La passion des institutions scolaires d’Abigail Lawrence

Écrit par : Gabrielle Beaupré

12 avril 2021

Enseignante de profession, Abigail Lawrence carbure aux défis. Nommée directrice de l’école élémentaire À la Découverte en 2019, elle est la première femme noire à occuper ce poste dans un établissement du Conseil scolaire Centre-Nord. 

Pour Abigail, sa couleur de peau est une richesse. Elle dit que les membres de la communauté noire ont tellement à apporter en raison notamment de leur culture, de leur vécu, de leurs expériences scolaires, sociales et de travail. 

Ses premiers pas avec l’enseignement

En 2002, suite à un baccalauréat ès sciences avec majeure en psychologie de la santé et un baccalauréat ès arts en français à Andrews University aux États-Unis, Abigaël se questionnait face à son avenir professionnel. Pour s’aider à y voir plus clair, elle a décidé de rejoindre ses parents à Lacombe, en Alberta. 

À la recherche d’un emploi passionnant et en français à Lacombe, Abigail a postulé au milieu de l’année scolaire sur un poste d’aide-élèves dans une école élémentaire. Engagée, elle a travaillé six mois dans des classes de maternelle. 

« Lacombe, à l’époque, n’avait pas une population très diverse ». Pour plusieurs élèves qui ont côtoyé Abigail, elle était la première personne noire qu’ils rencontraient. « Je me retrouvais à faire un peu d’enseignement social et culturel auprès de mes élèves puisqu’ils étaient curieux. Ils s’intéressaient à moi. Une fois qu’ils me connaissaient, ils étaient très contents de travailler avec moi et il n’y avait aucune hésitation de leur part », raconte-t-elle. 

Abigail Lawrence, directrice de l’école élémentaire À la Découverte souligne que les établissements francophones donnent « une belle opportunité d’exposer nos jeunes à une langue qui peut leur ouvrir des portes à leurs différents stades de vie ». Crédit : Courtoisie

Être témoin de l’apprentissage des élèves a été très motivant pour Abigail. « À cet âge, ils s’émerveillaient de beaucoup de choses et c’était fascinant de les voir apprendre ». Elle a adoré aider les élèves, mais indique qu’elle voulait un plus grand défi. « Je voulais encore aider les élèves dans les années futures, mais je voulais être capable d’en faire plus et passer mes journées à l’école ». C’est ainsi qu’elle a décidé de devenir enseignante. 

Elle a poursuivi ses études en éducation à la faculté Saint-Jean, appelée désormais le Campus Saint-Jean. « L’occasion de faire mes études en français me plaisait beaucoup. Je voulais être capable de continuer de me bercer dans la langue et ça m’intéressait spécifiquement d’enseigner en français ». 

Un retour sur les bancs d’école

Toujours en quête d’apprentissage dans l’amélioration de ses pratiques d’enseignements et de nouveaux défis, Abigail est retournée sur les bancs d’école à temps partiel pour réaliser une maîtrise en éducation avec une concentration en leadership et en amélioration scolaire à l’Université de l’Alberta. 

Elle se rappelle : « Je suis tombée en amour avec le fonctionnement des institutions scolaires et sa complexité, notamment pourquoi il y a des choses qui réussissent mieux que d’autres en tant qu’initiatives et dans la formation du personnel ».  

Pendant ses études, elle a fait plusieurs rencontres marquantes. Elle a fait la connaissance de personnes motivées et qui mettaient la main à la pâte en s’impliquant dans leurs écoles. « C’était des personnes qui étaient prêtes à se salir les mains, se mettre au travail avec les personnes qui voulaient faire des modifications et des améliorations ». 

Cette maîtrise lui a offert de nouvelles opportunités de carrière. Aujourd’hui, directrice d’un établissement scolaire, elle continue d’apporter son aide aux élèves en étant membre d’une équipe administrative. Son expérience en tant qu’enseignante lui permet notamment de soutenir et comprendre son équipe professorale. 

Les sciences avant tout

La directrice de l’école De la Découverte continue de mettre les sciences et technologies en valeur. Elle veut donner l’opportunité aux élèves d’expérimenter les sciences et technologies, l’ingénierie et les mathématiques hors des salles de classe. 

De plus, son équipe et elle-même surveillent de près la réussite des jeunes au niveau de la compréhension de la lecture et des mathématiques, deux matières essentielles dans tous les domaines selon elle.

Partager