Trois soldats nous parlent du jour du Souvenir

Écrit par : Isaac Lamoureux

11 novembre 2021

Mots-clés : ,
Main posée sur le casque d’un soldat de la Première Guerre mondiale lors du jour du Souvenir. Crédit : Courtoisie

Le jour du Souvenir est un moment solennel pour toutes les personnes qui servent leur pays. Symbolique, le 11 novembre est l’occasion de rendre hommage à tous ceux et celles qui ont marqué l’histoire. Mais quel que soit le conflit, ce jour en la mémoire des victimes de la Première Guerre mondiale est un instant de recueillement essentiel pour ne jamais oublier.

IJL – Franco.Presse – Le Franco

Le père du sous-lieutenant Anabelle St-Martin était dans l’armée quand elle était jeune. «C’est lui qui m’a tout montré de ce que l’armée pouvait offrir». C’est l’une des raisons pour laquelle le Slt St-Martin s’est jointe à l’armée quelques mois après avoir atteint sa majorité. Le jour du Souvenir signifie énormément pour cette officière de la logistique engagée dans les Forces armées canadiennes depuis quatre ans. La native de Valcartier, au Québec, se souvient, «c’est grâce à lui que je comprends à quel point le jour du Souvenir est important».

Sous-lieutenant Anabelle St-Martin lors du cours d’officier de la logistique – terre. Crédit : Courtoisie

Diplômée du Collège militaire royal du Canada à Kingston, en Ontario, elle s’est beaucoup plus impliquée dans le jour du Souvenir lorsqu’elle a rejoint l’armée. «Pour moi, c’est toujours un honneur de faire partie de la cérémonie. C’est un jour de mémoire pour ceux qui ont défendu notre nation et tous ceux qui ont servi», dit-elle. Elle explique combien le jour du Souvenir symbolise une reconnaissance pour les services et les sacrifices des soldats. 

Cette cérémonie est aussi dans l’esprit du caporal Lucie Vachon qui y ajoute l’évocation d’une liberté essentielle à notre société. Normalement, en dehors de la pandémie, le Cpl Lucie Vachon participe à des défilés militaires, notamment dans le centre-ville d’Edmonton. 

La femme de 36 ans, domiciliée à Morinville, a participé à un déploiement en Lettonie dans le cadre d’un programme de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) en 2019. À l’étranger, il y avait aussi des célébrations. Cela «n’inclut pas juste les Canadiens, mais toutes les nations qui étaient avec nous», dit-elle. Elle ajoute qu’en déploiement, le jour du Souvenir a une signification encore plus grande. «On perd des confrères et des consœurs, donc c’est quelque chose qui nous touche plus personnellement.»

Portrait officiel du caporal Lucie Vachon. Crédit : Courtoisie

Si le jour du Souvenir est évident pour les militaires, le caporal Alexandre Garon, spécialiste de l’intelligence des signaux, se souvient de l’époque où il était un civil. «C’est différent quand on porte le drapeau sur notre épaule, ça l’apporte une autre perspective. Ça donne un sentiment d’appartenance qui est beaucoup plus proche que quand j’étais un civil.» 

Celui qui intercepte et analyse les transmissions électroniques ainsi que protège les réseaux informatiques du gouvernement du Canada pense au jour du Souvenir. Sa perception du 11 novembre «est celle de collègues de travail que je n’avais jamais eu la chance de connaître et qui sont allés faire face aux horreurs de la guerre pour le Canada». L’homme de 37 ans, qui est dans l’armée depuis le 10 octobre 2015, insiste sur le fait de se rappeler «le sacrifice des hommes et femmes en uniforme qui se sont battus pour qu’on puisse avoir nos libertés».

À lire aussi : Du Musée des régiments au Musée militaire

Un coquelicot pour ne pas oublier

La Première Guerre mondiale peut sembler loin pour certaines personnes, pense le sous-lieutenant Anabelle St-Martin. «Mais c’est tellement un grand événement dans notre réalité qu’on ne devrait jamais l’oublier», dit-elle. Elle pense que le coquelicot représente l’histoire de la Première Guerre mondiale et des champs d’honneur et elle aime sa couleur rouge qui attire l’attention.

Pour le caporal Lucie Vachon, le jour du Souvenir fait partie de notre histoire. «Pour certaines personnes, [le coquelicot] est peut-être juste une fleur rouge qu’on porte, mais ça représente les plaines après la fin de la Première Guerre mondiale», dit-elle en ajoutant «c’est une forte représentation». Pour elle, le jour du Souvenir ne représente pas juste une journée, mais le symbole d’une génération complète de soldats qui ont donné leur vie pour la cause.

Portrait officiel du sous-lieutenant Anabelle St-Martin. Crédit : Courtoisie

Alors que le coquelicot et le jour du Souvenir représentent la Première Guerre mondiale, pour le caporal Alexandre Garon, ils évoquent tous les soldats qui sont allés se battre pour leur pays. Le Cpl Garon souligne notamment ceux qui ont combattu lors de la Seconde Guerre mondiale et lutté contre les atrocités des camps de concentration. 

Il insiste d’ailleurs sur la libération de ces camps et pense aussi à l’unification de tous ces pays qui se sont soulevés contre le tyran. Le caporal s’exclame, «tous les soldats qui sont allés faire face aux horreurs de la guerre ont démontré un courage incroyable!»

Coquelicot rouge et coquelicot blanc

Le coquelicot rouge est une plante indigène qui pousse le long de la majeure partie du front occidental de la Première Guerre mondiale. Il est devenu un symbole éloquent du souvenir, de ces victimes militaires. C’est aussi le principal emblème de la Légion royale canadienne.

Le coquelicot blanc a, quant à lui, été utilisé pour la première fois comme symbole de paix en Angleterre en 1933. Il symbolise aujourd’hui toutes les victimes civiles de la guerre.