Des étudiants du Campus Saint-Jean interpellent par leur témoignage

Écrit par : Vous

18 septembre 2021

Chiara Concini (elle)

Chiara Concini (elle), vice-présidente externe de l’Association des Universitaires de la Faculté Saint-Jean (AUFSJ). Crédit : Courtoisie

Vice-présidente externe de l’Association des Universitaires de la Faculté Saint-Jean (AUFSJ)

Notre objectif avec ce projet est de mettre de la pression sur le gouvernement provincial afin qu’il accepte l’offre de financement pour le Campus Saint-Jean venant du gouvernement fédéral. On veut mettre en lumière les enjeux académiques auxquels font face les étudiant.e.s du Campus Saint-Jean pour montrer l’impact positif que l’argent du fédéral pourrait avoir sur les programmes d’étude offerts au Campus Saint-Jean.

Julia Fabbro-Smith (elle)

Julia Fabbro-Smith (elle), étudiante de 3e année en arts. Crédit : Courtoisie

Étudiante de 3e année en arts

Présentement, êtes-vous capable d’étudier en français ?

Non. Pendant l’année entière, je ne suis que 3 cours au Campus Saint-Jean. En tant qu’étudiante en arts, il existe moins de cours disponibles en raison du sous-financement du Campus. 

Lorsque je regarde ma feuille de route pour voir les cours acceptés pour ma mineure, presque tous les cours n’existent plus. Cette année, il faut que je prenne un cours de français au Campus Nord puisqu’il n’existe pas d’autres cours.

Pendant le semestre d’automne, la majorité de mes cours sont au Campus Nord. Je suis étudiante au Campus Saint-Jean et je ne serai même pas là. 

Joannie Fogue (elle)

Joannie Fogue (elle), étudiante de 3e année en arts. Crédit : Courtoisie

Étudiante de 3e année en arts

Quelle est l’importance de l’éducation francophone en Alberta ?

L’éducation francophone en Alberta représente le futur de la francophonie albertaine et du bilinguisme dans l’Ouest. Le Campus Saint-Jean est au cœur de la francophonie et c’est pour cela qu’on doit le soutenir, pour qu’il puisse continuer sa contribution à la protection et la préservation de la langue française. 

Présentement, êtes-vous capable d’étudier en français ?

Je ne suis que partiellement capable d’étudier en français. J’entame ma troisième année et c’est la deuxième année universitaire où je ne peux pas choisir les cours nécessaires pour terminer mon diplôme. Ce n’est pas par choix, je dois maintenant étudier au Campus Nord, ce qui crée plus de problèmes sous-académiques pour moi en raison de mon statut d’étudiante de la Faculté Saint-Jean.

Natalie Herkendaal (tous pronoms)

Natalie Herkendaal (tous pronoms), étudiant.e de 4+ années en sciences. Crédit : Courtoisie

Étudiant.e de 4+ années en sciences

Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées pendant vos études en raison du sous-financement ?

En ce moment, il n’est pas permis d’aller voir les conseiller.ère.s des autres facultés pour parler de mon parcours scolaire, même si tu dois prendre des cours chez eux. C’est une question de financement, mais ça veut dire que j’ai dû faire tout ce travail seule et sans l’aide que je m’attends à recevoir comme les autres.

Actuellement, le Campus Saint-Jean échoue ses étudiant.e.s en sciences. Je ne devrais pas avoir à me battre pour graduer.

Aris Sobze (il)

Aris Sobze (il), étudiant de 3e année en sciences. Crédit : Courtoisie

Étudiant de 3e année en sciences

Comment la situation financière du Campus Saint-Jean vous affecte ?

Au cours de mes trois années au Campus, il y a un problème majeur auquel j’ai dû faire face à plusieurs reprises : l’inscription aux cours au Campus Nord.

En raison de la différence d’abréviation des cours en français et en anglais, Beartracks ne reconnaît pas mes cours préalables en français, ce qui m’empêche de m’inscrire à certains cours. Pour que je puisse m’inscrire, je dois toujours passer par l’administration et comme certains cours se remplissent rapidement, je risque de perdre ma place. 

J’espère que ce problème peut être résolu afin de permettre à tou.te.s les étudiant.e.s d’avoir une chance égale de s’inscrire à leurs cours.

Grace Whiteley (elle)

Grace Whiteley (elle), étudiante de 2e année en administration des affaires (programme bilingue). Crédit : Courtoisie

Étudiante de 2e année en administration des affaires (programme bilingue)

Comment le sous-financement du Campus Saint-Jean vous affecte ?

Je suis dans un programme bilingue. Beartracks ne reconnaît pas mes cours du Campus comme prérequis pour les cours en anglais qui sont nécessaires pour mon baccalauréat. 

De plus, le Campus Saint-Jean a seulement une conseillère pédagogique en raison du sous-financement. Ça prend des semaines pour pouvoir la rencontrer. 

Il n’y a pas de soutien nécessaire pour organiser mes cours pour mon baccalauréat. Alors que j’ai plusieurs questions, personne n’a les réponses.

À lire aussi sur le Campus Saint-Jean.

Partager