La bibliothèque de St-Isidore, un joyau méconnu

Écrit par : Geneviève Bousquet

12 juillet 2022

Bibliothèque de St-Isidore. Crédit : Courtoisie
Dans une petite communauté francophone du nord de l’Alberta, au cœur de son centre communautaire, est nichée une bibliothèque unique en Alberta : la seule bibliothèque municipale entièrement francophone. C’est à St-Isidore, bastion de quelques centaines d’habitants, que se trouve ce bijou dont plusieurs ignorent l’existence. Pourtant, les usagers de toute la province ont accès aux livres qui trônent sur ses tablettes.

.

Geneviève Bousquet
IJL – Réseau.Presse – Le Franco

.

C’est en 1981, dans la mezzanine de l’église du village, que la bibliothèque est créée grâce à la Fédération des femmes canadiennes-françaises de St-Isidore. L’idée était d’offrir des livres en français aux membres de la communauté, particulièrement aux enfants.

.

À l’époque, elle comptait 25 membres, surtout des familles avec de jeunes enfants. En 1998, elle se greffe au Peace Library System, ce qui permet à ses membres d’accéder aux collections des bibliothèques environnantes.

.

.

.

.

Il y a six ans, lorsque Anick Déchène en prend les rênes, elle fait le ménage. «Quand je suis entrée en poste, j’ai sorti tous les livres anglophones de la bibliothèque, car on est à 20 km de deux bibliothèques anglophones. Les gens qui viennent à la bibliothèque de St-Isidore viennent pour nos livres en français.»

.

C’est le cas de Françoise Lavoie qui profite de la bibliothèque au sein de sa communauté. «Je lis presque exclusivement des livres en français et je trouve pratique d’avoir la bibliothèque proche, car c’est facilement accessible et il y a une belle variété de choix. Ça permet aussi de faire des économies au lieu d’acheter des livres.»

.

«Je lis presque exclusivement des livres en français.» Françoise Lavoie

.

Madame Lavoie apprécie aussi le service personnalisé qu’elle obtient. «Ça m’arrive souvent de venir à la bibliothèque et de demander à Anick ce qu’elle me suggère de lire», ajoute-t-elle.

.

Petit bouquin va loin

En plus de desservir la population locale, la bibliothèque de St-Isidore fournit les trois écoles du Conseil scolaire du Nord-Ouest et prête des livres de sa collection à des lecteurs des quatre coins de la province.

.

Grâce aux plateformes TracPac ou Relais 2D2, il est possible d’emprunter des livres de toutes les bibliothèques albertaines. Depuis que Madame Déchène est en poste, la circulation des livres à travers la province a plus que triplé.

.

«C’est un gros travail de promotion pour nous faire connaître. La pandémie a sûrement aidé aussi puisque les gens ne sortaient pas pour emprunter leurs livres.» Les livres de la bibliothèque de St-Isidore se rendent jusqu’à Canmore, Beaumont, Cold Lake ou même Banff.

.

.

Pages cornées et taches de café

Gérer la seule bibliothèque municipale francophone de l’Alberta vient avec certains défis. Anick Déchène explique entre autres que les budgets pour les bibliothèques sont attribués selon la population locale. «Le projet de loi selon lequel l’argent est attribué au prorata de la population est désuet et devrait être changé, car on ne sert pas seulement nos membres, mais une vaste population. »

.

Elle aimerait aussi que les livres de la bibliothèque soient davantage empruntés. Entre autres, elle trouve que les parents de jeunes enfants devraient profiter de cette ressource. «Les gens ont peur de briser les livres. Ce n’est pas grave si le livre revient avec un coin brisé ou une page arrachée, on va le réparer. C’est la preuve qu’il aura servi.»

.

«La lecture, c’est tellement une belle façon de s’évader, de se cultiver et de s’informer.» Anick Déchène

.

Elle souhaite aussi que davantage de francophones de partout dans la province connaissent la bibliothèque de St-Isidore et profitent de sa riche collection. Elle explique d’ailleurs qu’elle garde sa page Facebook à jour avec les nouveautés mensuelles et invite les lecteurs à la consulter régulièrement pour s’inspirer. «La lecture, c’est tellement une belle façon de s’évader, de se cultiver et de s’informer», conclut la bibliothécaire.

.

Durant l’été, la bibliothèque est ouverte deux jours par semaine. L’horaire est flexible et varie en fonction de la météo. C’est ouvert généralement les mardis et mercredis et parfois la fin de semaine. Il est aussi possible d’appeler Anick Déchène pour prendre un rendez-vous et obtenir une aide personnalisée pour trouver le bon livre pour passer l’été. Pour les demandes de livres à l’extérieur de St-Isidore, les livres sont sélectionnés, préparés et envoyés tous les lundis.

.

Partager

La francophonie albertaine vous intéresse?

Nous aussi.

Abonnez-vous gratuitement à notre infolettre pour recevoir chaque deux semaines un concentré de nos meilleures histoires!