À FORT MCMURRAY, LES MÉTIS OBTIENNENT LEUR CENTRE CULTUREL

Écrit par : Benjamin Freeland

26 mars 2021

Il y a environ 30 ans, la communauté franco-albertaine obtenait son centre culturel à Edmonton (la Cité francophone). Aujourd’hui, la communauté métisse de Fort McMurray vient d’obtenir le sien. Ce projet de longue haleine sera financé par les gouvernements provincial et fédéral qui ont annoncé ce 2 septembre une enveloppe de 150 millions de dollars destinée à 18 projets d’infrastructures dans le nord de la Province.

Ces dernières années ont été difficiles pour les communautés dans le nord de l’Alberta. La pandémie de COVID-19 et les inondations du printemps de cette année ne sont que les plus récents défis à confronter une région qui, malgré sa position de moteur industriel de la province, a dû faire face à d’importantes difficultés économiques et à de nombreuses catastrophes naturelles.

C’est dans ce contexte que l’annonce de nouveaux investissements fédéraux et provinciaux a été accueillie avec grand enthousiasme par les communautés à travers la région. Parmi les projets qui bénéficieront de ce nouveau financement, un des plus attendus est le Centre culturel métis à Fort McMurray. Ce projet de longue haleine est devenu réalité en juin 2020, lorsque l’achat de 7,8 acres de terrain sur l’île MacDonald (un lieu d’importance historique et patrimoniale pour les Métis) par les McMurray Métis pour la construction du centre a été approuvé par la municipalité régionale de Wood Buffalo.

La construction doit commencer en 2021, avec l’espoir d’une ouverture au printemps 2022. La structure, une fois terminée, comprendra une salle polyvalente, un studio de danse, un théâtre, un amphithéâtre, une cuisine commune, des bureaux, des espaces d’exposition et de stockage, des espaces de travail extérieurs, et des jardins, ainsi qu’un toit-jardin avec des panneaux solaires, et des pompes à chaleur géothermiques pour réduire son empreinte carbone.

«Nous avons été un peuple oublié»

Selon Bill Loutitt, directeur de l’association McMurray Métis, le centre culturel est un rêve de longue date pour sa communauté de Fort McMurray et celle de la région nord-est de la province. « Ce projet inspirera l’espoir chez nos anciens ainsi que chez nos jeunes ».

« Les Métis ont dû lutter pour être reconnus comme un véritable peuple autochtone. Depuis trop longtemps nous avons été un peuple oublié, ce qui nous a désavantagés pour obtenir des fonds pour de tels projets  », dit-il. Bill Loutitt ajoute que malgré les problèmes économiques et naturels des années récentes, la communauté métisse de la région n’a jamais été aussi cohésive qu’aujourd’hui.

« La COVID-19, les inondations, et la chute du prix du pétrole… Tous ces coups durs nous ont rapprochés davantage. Nos partenaires du secteur pétrolier tels que Syncrude, Husky, et Suncor ont tous aidé considérablement avec leurs compensations financières pour nos membres en réponse à la COVID, et notre communauté continue à relever ceci et autres défis relativement bien. Néanmoins, nous sommes toujours dans une période économique difficile et beaucoup de nos entrepreneurs ont besoin de travail, et ce projet-ci sera une aubaine pour eux. »

Purification par la fumée à Lac La Biche 

Le nouveau Centre culturel métis de Fort McMurray ne sera pas la seule institution culturelle qui bénéficiera de l’enveloppe de 150 millions de dollars. L’annonce du gouvernement fédéral et provincial a aussi été accueillie avec grand enthousiasme dans le comté de Lac La Biche, où ces fonds vont permettre de construire un lieu de sensibilisation à la culture autochtone et de purification par la fumée sur le campus du Collège Portage, ainsi qu’un nouveau centre aquatique.

Image représentant le futur centre Métis à Fort McMurray. Crédit: Courtoisie Fort McMurray Métis

Le Collège Portage, basé à Lac La Biche et qui compte sept campus à travers le nord-est de la province, a toujours été un important carrefour régional pour les sept Premières Nations et quatre établissements métis de la région. 45 pour cent de sa population étudiante s’identifie d’ailleurs comme autochtone.

Un partenariat existe entre le collège et l’Université de l’Alberta, qui livre son programme d’éducation d’enseignants autochtones (Aboriginal Teacher Education Program—ATEP) dans plusieurs de ces campus nordiques, et qui bénéficiera davantage du nouveau lieu de sensibilisation.

« Le collège reconnaît l’importance culturelle de la purification par la fumée ainsi que son importance en matière de santé mentale chez nos étudiants », dit Nancy Broadbent, présidente et directrice du Collège Portage. « Portage se réjouit de la construction de ce nouveau lieu de rencontre et apprécie grandement le soutien des gouvernements du Canada et de l’Alberta. »

Le collège, ajoute Nancy, n’existerait plus aujourd’hui que grâce aux efforts d’une génération précédente d’activistes autochtones, qui ont manifesté pour 26 jours en 1970 contre la fermeture proposée de l’institution. Ce nouveau lieu culturel représente donc une victoire longue en cours de réalisation pour ces activistes des années passées.

« Ce projet s’inscrit solidement dans la continuité des nos racines autochtones et profitera aux étudiants et à notre personnel pour de nombreuses années à venir. Nous sommes très reconnaissants à la communauté et aux gouvernements pour leur soutien à cette initiative. »

150 millions pour l’avenir

L’annonce de 150 millions de dollars faite le 2 septembre porte sur 18 projets dans le nord de la province. Le gouvernement du Canada s’est engagé à investir plus de 87,7 millions de dollars. Ils font partie du plan d’infrastructure Investir dans le Canada, pour lequel le gouvernement du Canada investit plus de 180 milliards de dollars sur 12 ans dans des projets visant le transport en commun, les infrastructures vertes, les infrastructures sociales, les routes de commerce et de transport, ainsi que les collectivités rurales et nordiques du Canada.

Le gouvernement de l’Alberta, pour sa part, s’est engagé à investir plus de 62,4 millions de dollars en infrastructure nordique. Ces investissements provinciaux proviennent du Plan de relance de l’Alberta (Alberta’s Recovery Plan) annoncé par le premier ministre Jason Kenney en juin 2020.

« Les collectivités rurales sont confrontées à des défis sans précédent en raison de la COVID‑19 », a dit Maryam Monsef, ministre fédérale des Femmes et de l’Égalité des genres et du Développement économique rural, en annonçant ces nouveaux investissements.

« Grâce à des projets comme ceux qui sont annoncés aujourd’hui, notre gouvernement contribue à garantir que les dirigeants locaux, en particulier dans les secteurs ruraux, disposent des outils dont ils ont besoin pour planifier et créer des collectivités plus fortes aujourd’hui et pour les générations à venir. L’investissement fédéral de 87,7 millions de dollars annoncé aujourd’hui pour 18 projets du nord de l’Alberta vise à améliorer la sécurité publique et les infrastructures de distribution d’eau, à préserver le patrimoine culturel et à accroître les possibilités récréatives pour les Canadiens. »

Partager

Lire des articles sur un thème similaire

Articles similaires