Un chapeau de cowboy blanc, emblème de Calgary

Écrit par : Chloé Liberge

4 juillet 2022

Brian Hanson, maître-chapelier, nous a ouvert les portes de son atelier de conception à Smithbilt Hats. Crédit : Chloé Liberge
Le célèbre rodéo de Calgary est de retour du 8 au 17 juillet 2022! Rodéo, concerts, courses de chariots, le Stampede est un réel événement dans le monde des cowboys. Parez-vous de vos bottes en cuir et chemises à carreaux sans oublier le chapeau blanc mythique, véritable symbole du festival et présent sur le drapeau de Calgary depuis 1983.

.

Petit retour en arrière. C’est dans les années 1860 au Colorado (États-Unis) que John B. Stetson a eu l’idée de génie d’inventer un chapeau de qualité en feutre de fourrure pour les cowboys après un voyage dans l’ouest du pays.

.

Ce matériau composé de fibres naturelles, telles que le coton, la laine de mouton ou les poils d’animaux, reliées entre elles, assure une solidité à toute épreuve au chapeau. Bien sûr, aujourd’hui, il en existe aussi en fibres synthétiques, moins onéreux.

.

Le bloc de bois solide, placé au milieu de la machine de blocage, permettra de mouler la forme du chapeau. La calotte du chapeau est à nouveau bloquée dans une presse hydraulique afin d’en façonner les bords. Et voilà! La forme de la couronne et des bords est bien modelée; il ne reste plus qu’à effectuer les derniers ajustements. Crédits : Chloé Liberge

Le bloc de bois solide, placé au milieu de la machine de blocage, permettra de mouler la forme du chapeau. La calotte du chapeau est à nouveau bloquée dans une presse hydraulique afin d’en façonner les bords. Et voilà! La forme de la couronne et des bords est bien modelée; il ne reste plus qu’à effectuer les derniers ajustements. Crédits : Chloé Liberge

.

.

Avec une couronne haute pour couvrir le haut du crâne et un large bord rigide pour protéger le visage, le cou et les épaules des rayons du soleil, son créateur ne pensait pas qu’il allait révolutionner toute une culture avec ce couvre-chef.

.

Vendu en millions d’exemplaires dans le monde entier, le Boss of the Plains (le patron des plaines), aujourd’hui Stetson en hommage à son créateur, est LE chapeau de cowboy par excellence.

.

Un chapeau de cowboy blanc pour Calgary

La ville de Calgary a, elle aussi, son propre modèle : le fameux chapeau de cowboy blanc. C’est en 1946 que Morris Schumiatcher, rebaptisé Smith, a l’idée de ce fameux «White Hat». Variation de l’original Stetson, il ne connaîtra le succès que l’année suivante lorsque la famille du pétrolier William Stewart Herron le revêt avec fierté à l’occasion du Stampede.

.

«J’ai grandi dans un ranch en portant des chapeaux, alors c’est vraiment devenu une passion.» Brian Hanson

.

Rob Lennard, historien bilingue spécialisé dans la période western albertaine du Ranch historique de la vallée de la Bow, prend plaisir à narrer cette histoire. «Et devinez quoi, la famille a gagné le prix de la meilleure tenue lors de la parade!», relate le directeur de l’éducation et de la sensibilisation au Ranch historique de la vallée de Bow.

.

.

Cette année, Rob Lennard, historien et directeur de l’éducation et de la sensibilisation au Ranch historique de la vallée de la Bow, participera pour la 50e fois au Stampede de Calgary. Crédit : Courtoisie

Cette année, Rob Lennard, historien et directeur de l’éducation et de la sensibilisation au Ranch historique de la vallée de la Bow, participera pour la 50e fois au Stampede de Calgary. Crédit : Courtoisie

.

.

À la suite de cet événement, l’équipe de football de Calgary, les Stampeders, participe à la finale de la Coupe Grey, championnat de la Ligue canadienne de football (LCF), en 1948. Afin d’assister à l’événement se déroulant à Toronto, des centaines de fans font le voyage, le chapeau de cowboy blanc sur la tête. Un choix vestimentaire qui a permis à ce couvre-chef d’atteindre une certaine renommée.

.

Aujourd’hui, bien que de nouveaux propriétaires aient repris les rênes de la boutique Smithbilt Hats, située à Calgary, sa réputation est restée intacte.

.

.

Un chapeau créé sur mesure

C’est avec le sourire, un café à la main, que Brian Hanson commence la journée dans l’atelier de Smithbilt Hats. Au milieu des différentes machines, il aime son métier. «J’ai grandi dans un ranch en portant des chapeaux, alors c’est vraiment devenu une passion», explique le maître-chapelier.

.

Ici, tout est fabriqué sur mesure. Du choix de la taille à la couleur du textile, noir, marron, rose : il y en a pour tous les goûts. Une fois la calotte en feutre choisie, elle est placée dans une machine de moulage. Ensuite, un bloc en bois dur va définir la forme de la couronne grâce à la vapeur de l’appareil.

.

.

Chapeau en feutre l’hiver ou en paille l’été, le cowboy Pascal Isabelle en a toujours un sur la tête. Crédit : Courtoisie

Chapeau en feutre l’hiver ou en paille l’été, le cowboy Pascal Isabelle en a toujours un sur la tête. Crédit : Courtoisie

.

.

La deuxième étape consiste à presser la calotte, préalablement sablé pour obtenir une finition lisse, dans une presse hydraulique. À l’aide d’une matrice, moule ayant une forme spécifique, et d’une selle, semblable à celle d’un cheval, placée au-dessus, les bords du chapeau vont être façonnés. Selon les exigences du client, certains sont confectionnés à la main.

.

Il ne reste plus qu’à personnaliser l’accessoire. Ceinture, doublure et bourdalou, tous sont cousus manuellement. Un savoir-faire dont Brian Hanson est fier. «Chaque client peut avoir son propre chapeau.»

.

Plus qu’un couvre-chef, un réel symbole

C’est aussi cette singularité entre chaque accessoire qui attire de nombreux curieux. Les passionnés de western, les policiers de la ville et même le cinéma, tous réclament l’expertise de Smithbilt Hats.

.

Comme le Stetson l’a été, le White Hat a été porté par de nombreux acteurs. Kevin Costner dans Open Range ou Brad Pitt dans Légendes d’automne en ont été de fiers ambassadeurs.

.

Qui aurait pu penser qu’un simple accessoire deviendrait le symbole de toute une culture western? Pour Rob Lennard, il ne s’agit pas d’un simple chapeau, c’est une réelle symbolique.

.

Ce chanteur et compositeur de musique country n’a jamais la tête nue. Lors de ses concerts, il l’expose comme un trophée. «Le chapeau de cowboy signifie beaucoup pour moi et puis, avec, nos cheveux ne connaissent jamais de mauvais jours», dit en riant celui qu’on surnomme History Wrangler.

.

«Le chapeau de cowboy signifie beaucoup pour moi.» Rob Lennard

.

Et ce n’est pas Pascal Isabelle qui dira le contraire! Pour ce professionnel de rodéo, impossible de monter à cheval sans cet accessoire essentiel à la tenue. «Je ne peux pas mettre de chemise et de jean sans chapeau de cowboy», s’amuse ce Québécois installé aujourd’hui en Alberta.

.

«Je ne peux pas mettre de chemise et de jean sans chapeau de cowboy.» Pascal Isabelle

.

Toutes les fins de semaine, il l’enfile aussi avant de partir en compétition. «C’est un peu une partie de mon équipement et de moi aussi», ajoute celui qui attend une invitation pour participer au Stampede 2022.

.

Rendez-vous donc le 8 juillet prochain pour arborer ce symbole de la culture western lors de l’emblématique festival ouest-canadien.

.

Considéré comme le père de l’industrie pétrolière de l’Alberta, William Stewart Herron a découvert un liquide de gaz naturel provenant des bords de la rivière Sheep. Ce suintement se révéla être du pétrole, ce qui permit à William de fonder son entreprise Calgary Petroleum Products. Pour découvrir sa biographie : biographi.ca/fr.
Pour en savoir plus sur l’entreprise Smithbilt Hats et son histoire : smithbilthats.com.

Partager

La francophonie albertaine vous intéresse?

Nous aussi.

Abonnez-vous gratuitement à notre infolettre pour recevoir chaque deux semaines un concentré de nos meilleures histoires!