Un chef globe-trotteur, francophile et fin gourmet

21 décembre 2022

Mots-clés :
Participation spéciale de Chris Hartman, chef du restaurant Fence & Post

.

Chris Hartman est un vrai passionné de gastronomie et il adore apprendre! C’est ce qui l’a amené à travailler, pendant plus d’une décennie, dans des cuisines aux quatre coins du globe. Originaire de Calgary, il quitte d’abord l’Alberta pour compléter sa formation à l’institut Le Cordon Bleu à Ottawa.

.

À la fin de ses études, sa passion le fait voyager jusqu’en France où il occupe le rôle de chef adjoint dans plusieurs restaurants étoilés par le guide Michelin ainsi que dans de luxueux hôtels en Haute-Savoie. Ce long séjour en France lui permet non seulement de perfectionner ses habiletés de pâtissier, mais aussi d’apprendre la langue de Molière qu’il maîtrise encore avec aisance aujourd’hui.

.

.

La devanture du Fence & Post à Cochrane. Crédit : Courtoisie

La devanture du Fence & Post à Cochrane. Crédit : Courtoisie

.

La salle à dîner rustique du Fence & Post. Crédit : Courtoisie

La salle à dîner rustique du Fence & Post. Crédit : Courtoisie

.

.

Chris part ensuite en direction de la Nouvelle-Zélande et de l’Australie, puis revient enfin à Calgary où il est nommé chef cuisinier des défunts restaurants Bear’s Den et Farm. En 2016, il fonde son propre restaurant, le Fence & Post, dans la ville de Cochrane. Chris cherche dès lors à créer un environnement de travail sécuritaire pour tous. Son but : permettre aux membres de son équipe de travailler dans une atmosphère positive où l’apprentissage est constant.
Lorsqu’il se trouve derrière les fourneaux du Fence & Post, Chris prépare chacune de ses recettes de manière méticuleuse, avec un souci du détail aiguisé. Il aime mélanger les saveurs, les textures et mettre de l’avant ses produits saisonniers. Le Calgarien d’origine mise d’ailleurs sur l’achat de produits locaux et biologiques ainsi que sur le «fait maison». Pourquoi? Car cela permet au chef de réduire son empreinte écologique, d’encourager des producteurs et des éleveurs de sa région… Et en confectionnant son propre pain, ses charcuteries, ses glaces, etc., le chef s’assure aussi de contrôler la qualité des aliments qu’il sert à sa clientèle. ​​

.

.

.

.

Partager

La francophonie albertaine vous intéresse?

Nous aussi.

Abonnez-vous gratuitement à notre infolettre pour recevoir chaque deux semaines un concentré de nos meilleures histoires!