Le Café Bicyclette souffle ses neuf bougies

Écrit par : Gabrielle Beaupré

21 août 2021

Daniel Cournoyer est content de voir des anglophones oser parler français au Café Bicyclette. Crédit : Gabrielle Beaupré

Ce qui fait le charme du Café Bicyclette, c’est son ambiance décontractée et que d’une table à l’autre, on peut entendre le français comme l’anglais. Peu importe leur âge, ses clients s’y retrouvent pour discuter et y casser la croûte. La rédaction s’est rendue sur place pour reconstituer l’histoire du café et ses moments marquants.  

Le 13 août dernier, le café bicyclette a fêté ses 9 ans d’existence. Au début de l’aventure, Daniel Cournoyer, le directeur du Café Bicyclette et de la Cité Francophone s’est fixé l’objectif d’établir un café à l’image de la francophonie albertaine. Aujourd’hui, il se dit très fier de l’avoir atteint. 

Nawal Rajabi l’affirme, «tous les jours sont une nouvelle aventure au Café Bicyclette». Crédit : Gabrielle Beaupré

Pour illustrer son propos, Daniel Cournoyer, avec le sourire aux lèvres, raconte que fréquemment, des parents anglophones viennent avec leurs enfants, inscrits à l’école d’immersion française. Ils veulent entendre leurs enfants s’exprimer en français. «C’est stressant pour le jeune et je sympathise». Il indique que lorsque la situation se présente, les serveurs sont encouragés à prendre le temps avec les familles. 

Daniel Cournoyer se remémore également avec enchantement avoir déjà servi un client qui était venu spécifiquement au Café Bicyclette pour pratiquer son français. Cette personne ayant autrefois côtoyé l’école d’immersion française en Alberta n’avait pas parlé dans la langue depuis près de 10 ans.  

Une rapide construction 

Le Café Bicyclette est l’une des premières initiatives que Daniel Cournoyer a mis en œuvre dès son arrivée en poste le 2 janvier 2012. Il s’est donné la mission de la faire rayonner à travers la municipalité d’Edmonton. «Je voulais qu’un résident sur trois de la ville d’Edmonton soit conscient qu’elle existe»

Le groupe Senior Ski Club est venu diner au Café Bicyclette. Crédit : Gabrielle Beaupré

Le directeur s’esclaffe en se rappelant que le projet du Café Bicyclette a été réalisé très rapidement. En effet, le plan d’affaires fut approuvé le 23 juillet 2012 et quelques semaines plus tard, le 13 août, à l’heure du midi, le restaurant est inauguré. Entre-temps, de grosses rénovations ont lieu à l’intérieur du local où se trouve le Café aujourd’hui est démoli et rénové au complet.  

Pour réussir l’impossible, Daniel Cournoyer s’est appuyé sur de nombreuses personnes, il cite notamment Jean-Michel Dentinger et d’Elena Mager. Ceux-ci étaient alors  les deux seuls membres de son équipe administrative. Le directeur se rappelle combien leur enthousiasme était immense et qu’ils avaient une belle candeur vis-à-vis de ce projet.  

Deux amies profitent du Café Bicyclette. Crédit : Gabrielle Beaupré

Lorsqu’arrive le jour J, quand l’improbable est réussi et que le personnel du café est en place, un objet manque à l’appel. La caisse enregistreuse. «À midi, mon chef me demande si j’avais une caisse. Je me suis dit ‘’OMG c’est vrai! Ça prend une caisse’’. Alors, je suis partie à la banque et je suis revenue 30 minutes plus tard avec celle-ci», rigole Daniel Cournoyer. 

Un premier hiver albertain

Pour Isaël Huard, un client régulier aime y venir travailler, prendre des cafés ou tout simplement profiter des activités qui sont proposées au Café Bicyclette tel que le Flying Canoë Volant, le festival bien connuu des Edmontonniens. 

Isaël Huard, un client régulier apprécie l’endroit de par son accessibilité et par son ambiance. Crédit : Gabrielle Beaupré

Selon lui, la touche spéciale du Café Bicyclette est sa terrasse quatre saisons. «Il n’y a pas beaucoup d’endroits où on peut venir profiter d’un feu et prendre un café dans les journées un peu plus douces de l’hiver». 

Quant à Nawal Rajabi, la directrice des services de la restauration, ventes et marketing de la Cité Francophone, se rappelle avoir eu son baptême hivernal par l’intermédiaire de la terrasse du Café Bicyclette en 2019. Originaire du Maroc et nouvellement arrivée à Edmonton, elle a été surprise de voir des clients à l’extérieur pendant les froids d’hiver. 

«C’était incroyable!». 

Elle a alors pris connaissance que le Café Bicyclette est un endroit rassembleur «malgré les températures» et grâce à la diversité culturelle de ses clients. «C’était magnifique!», s’exclame-t-elle. 

 

Partager