Une alimentation du futur

Écrit par : Le Franco

22 mai 2022

Concours National de Rédaction – Texte écrit par Leonie Rondeau – Gagnante du Concours

.

Maman, j’ai faim! Prends le comprimé bleu, c’est ce que nous mangeons pour souper. Est-ce une phrase que nous entendrons dans le futur? Plus le temps avance, plus les êtres humains et les modes de vie évoluent. Nous avons modifié notre environnement pour répondre à nos besoins alimentaires.

.

Aujourd’hui, nous commençons à en subir les conséquences. Par exemple, le lac Sumas en Colombie-Britannique qui, auparavant avait été asséché pour développer l’agriculture, semble vouloir reprendre ses droits, comme le cite Radio-Canada dans sa publication : Dans la prairie Sumas, la nature semble reprendre ses droits. Ce lac, après de lourdes pluies, s’inonde et reprend sa forme d’il y a cent ans.

.

Cette triste réalité nous rappelle que nous devons nous adapter et changer nos habitudes alimentaires pour trouver une façon de vivre qui subvient à nos besoins et à nos désirs tout en respectant notre environnement. Mais à quoi ressemblera notre alimentation dans les années à venir? Quelles décisions devrons-nous prendre pour garder une alimentation diversifiée tout en étant conscient des conséquences de nos choix?

.

Pour commencer, je pense que dans les prochains dix ans, notre alimentation va se tourner vers un régime plus végétarien, basé plus sur les plantes et moins sur la viande. Nous savons que l’industrie de la viande a un impact environnemental important et nous devons diminuer la consommation de celle-ci.

.

Au cours des prochaines années, je crois que les gens vont réaliser que nous pouvons trouver les nutriments et les vitamines dont notre système a besoin dans des aliments autre que les viandes. Le fer par exemple, se retrouve dans la viande rouge mais aussi dans les fruits séchés comme les abricots, les pruneaux et les raisins secs. Même si la quantité de fer en est beaucoup plus basse, cela demeure quand même une bonne source de fer pour en avoir la quantité nécessaire dans son corps.

.

Par contre, certaines vitamines, dont la vitamine B12 qui se retrouve en majorité dans les viandes et les produits animaliers, peuvent être plus difficiles à retrouver dans les plantes. Ayant une alimentation basée majoritairement sur les plantes, nous pourrons diminuer l’impact qu’à l’industrie de la viande. Par contre, il y a plusieurs végétaux qui ne se retrouvent pas dans certaines régions. Nous devrons faire preuve d’imagination pour faire face à cette problématique.

.

Ensuite, l’endroit d’où proviennent nos aliments jouera aussi un rôle dans le changement de notre alimentation au fil des années. Je crois que nous allons devenir plus indépendants et que nous allons devoir moins compter sur les autres pays pour fournir ces aliments.

.

En produisant et en achetant localement, nous contribuons plus à l’économie de la région. Évidemment, il y a des aliments qui ne se retrouvent pas dans certaines régions. Si des producteurs décident de développer ces productions, il leur faudra quand même tenir compte qu’en décidant de produire, il ne faut pas modifier l’environnement pour avoir les conditions propices à la production de ces aliments. Il va sûrement toujours y avoir l’importation et l’exportation de certains aliments qui ne peuvent pas pousser dans de nombreux pays mais leurs nombres vont sûrement diminuer.

.

De plus, si notre alimentation devient de plus en plus basée sur les plantes et que nous favorisons la production locale, un élément important devra être considéré, soit la modification de notre environnement pour subvenir à nos besoins. En modifiant notre environnement, nous devons être conscients que nous pourrons en subir les conséquences au cours des prochaines années.

.

Par exemple, comme nous l’avons vu dernièrement dans l’actualité, l’assèchement d’un lac en 1923 en Colombie-Britannique ayant un sol riche a été profitable pour l’agriculture durant plusieurs années mais a eu des conséquences importantes suite à la montée des eaux. Les décisions qui seront prises face à la production locale devront tenir compte de l’environnement, des changements climatiques et des besoins alimentaires des gens de cet endroit.

.

Enfin, dans le futur, notre alimentation va sûrement changer. Nous consommerons sûrement plus de végétaux ou de produits que nous retrouverons dans notre région. De plus, nous serons moins dépendants des autres pays pour la production d’aliments mais il faudra garder en tête de ne pas trop modifier notre environnement.

.

En trouvant des alternatives aux aliments que nous consommons régulièrement, nous pouvons varier notre alimentation pour qu’elle corresponde à nos besoins. Qui sait, un jour peut-être, notre alimentation pourrait être entièrement différente de celle que nous connaissons aujourd’hui… mais accepteriez-vous un comprimé pour souper?

Question : Ce sujet de rédaction vous a-t-il donné envie de poursuivre des recherches dans ce domaine ou dans un domaine connexe et pourquoi?

Réponse : Personnellement, même si ce ne sont pas des recherches approfondies, je crois que je continuerai à m’intéresser à ce sujet. L’alimentation fait partie de notre quotidien et je trouve qu’il est important d’avoir de bonnes habitudes alimentaires. Non seulement avoir de bonnes habitudes alimentaires, mais aussi trouver des façons de réduire l’emprunt écologique m’est important. Je veux pouvoir faire de mon mieux pour me retrouver dans un futur dont je suis fière.

.

Pour en savoir plus : t.ly/97Ca

.

Partager

La francophonie albertaine vous intéresse?

Nous aussi.

Abonnez-vous gratuitement à notre infolettre pour recevoir chaque deux semaines un concentré de nos meilleures histoires!