L’éducation en français arrive à Stony Plain

Écrit par : Gabrielle Beaupré

22 juin 2021

Mots-clés :
Tanya Saumure, la présidente du CSCN et William Choy, le maire de Stony Plain entouré par la communauté. L’annonce de l’ouverture de cette école confirme que leur travail d’équipe a porté fruit. Crédit : Courtoisie

Dès la rentrée 2022, les jeunes étudiants francophones et francophiles pourront se presser dans ce nouvel établissement scolaire en région. Cette 20e école du Conseil scolaire Centre-Nord sera en premier lieu une structure portative. 

Le maire de Stony Plain, William Choy, souligne que cette nouvelle école permettra aux familles d’avoir «une plus grande diversité d’options d’éducation et créera des occasions plus riches pour célébrer la culture francophone». 

Dès la première année, Robert Lessard, le directeur général du CSCN, estime que ce sont 40 à 50 élèves des villes de Stony Plain et de Spruce Grove qui fréquenteront l’établissement. Il pense qu’une centaine d’élèves pourraient fréquenter l’établissement dans les quatre premières années. 

En effet, si le conseil se réfère à son expérience dans les municipalités de Beaumont et Sherwood Park, dès qu’il y a une ouverture d’école francophone, le nombre d’inscriptions monte en flèche.  

Robert Lessard nuance que l’école de démarrage est une solution temporaire qui leur permet de mettre un pied dans la région et ainsi, «d’acquérir un site scolaire permanent dans les prochaines années» en vue de la construction d’un édifice traditionnel.  

Une communauté qui s’implique

Aujourd’hui, l’école n’a pas encore de nom. Le CSCN compte impliquer la communauté de la région de Stony Plain pour l’aider à nommer son nouvel établissement scolaire. «Il faut qu’il ait une signification pour la municipalité dans laquelle l’école s’installe», note Robert Lessard. 

De plus, il reste à définir si cette nouvelle école sera publique ou catholique. Avant de prendre sa décision, le CSCN prendra en considération le souhait du comité des parents. 

Robert Lessard l’explique, «certains parents sont prêts à faire des sacrifices pour envoyer leurs enfants à l’école francophone, d’autres ne la choisissent pas parce qu’elle est trop loin pour eux». Crédit : Courtoisie

Les 12 classes mobiles seront construites à partir du mois de décembre et installées au printemps 2022. 

L’année scolaire à venir donnera au CSCN, «le luxe de nommer sa direction d’école ainsi que son personnel administratif et enseignant», commente Robert Lessard. Quant aux détails concernant l’emplacement de celle-ci et les niveaux scolaires proposés seront dévoilés dans un avenir proche. 

Des parents qui se mobilisent

Cette annonce est un grand soulagement pour les parents, la municipalité Stony Plain et de Spruce Grove ainsi que le conseil scolaire. Ensemble, ils travaillent d’arrache-pied depuis trois ans pour faire valoir à la ministre de l’Éducation les besoins en infrastructure scolaire francophone dans la région. 

Robert Lessard, le directeur général du CSCN, indique que le conseil a entrepris un démarchage politique à la suite de demandes de parents envoyant déjà leurs enfants dans les écoles francophones de Saint-Albert. «Ils ont souhaité démarrer une école dans leur municipalité.» 

Le conseil a notamment préparé un dossier expliquant le projet d’une école francophone à Stony Plain. Également, afin de faire connaître le dossier et faire avancer la demande auprès du ministère de l’Éducation, plusieurs rencontres ont eu lieu entre les membres du conseil et la classe politique provinciale et municipale.  

De plus, plusieurs lettres de la présidence du conseil ont été envoyées à la ministre de l’Éducation. Celles-ci l’ont informée que le projet d’une école de démarrage dans la région était solide et que plusieurs enfants de la région sont admissibles à recevoir une éducation francophone.

Cette nouvelle école démontre surtout qu’il y a «encore une demande importante pour l’éducation francophone en Alberta», déclare le directeur général du CSCN. 

Partager