Danielle Smith ne semble pas considérer la francophonie albertaine

Écrit par : Vienna Doell

27 octobre 2022

Mots-clés : ,
Danielle Smith, la nouvelle cheffe du Parti conservateur uni de l’Alberta. Crédit : Courtoisie - bureau de la première ministre
La nouvelle première ministre de l’Alberta, Danielle Smith, a été élue avec 53,8 % des votes le 6 octobre dernier, lors des élections à la chefferie du Parti conservateur uni (PCU). Une semaine à peine après le début de son mandat, elle crée la polémique en raillant les minorités. Les membres de la francophonie albertaine sont-ils en droit de s’inquiéter pour leur avenir dans la province?
Vienna Doell
IJL – Réseau.Presse – Le Franco
Lorsque Danielle Smith suggère que les personnes non vaccinées ont été parmi les plus discriminées de la société et qu’elle se rétracte après ses commentaires désinformés sur l’invasion de l’Ukraine par la Russie en avril dernier, Marie Renaud est troublée par cette approche.

.

.

Marie Renaud, députée néo-démocrate de la circonscription provinciale de Saint-Albert. Crédit : Courtoisie

Marie Renaud, députée néo-démocrate de la circonscription provinciale de Saint-Albert. Crédit : Courtoisie

.

Elle évoque aussi le mutisme face à la francophonie lors de la campagne électorale. «Je pense qu’elle n’a rien dit sur la communauté francophone pendant toutes les élections de leadership», explique la députée néo-démocrate siégeant à l’Assemblée législative de l’Alberta.
«Cela me fait croire que ce n’est pas une communauté à laquelle Danielle Smith pense souvent», assume-t-elle.

La souveraineté de l’Alberta

L’objectif immédiat de Danielle Smith est d’adopter la loi sur la souveraineté (Sovereignty Act). Celle-ci permettrait au gouvernement provincial de refuser, selon ses choix, les lois fédérales qui ne lui conviennent pas. La députée de Saint-Albert, Marie Renaud, a l’impression que cela empêcherait de se concentrer sur les enjeux réels des Albertains.
Selon elle, Danielle Smith et le PCU devraient mettre leurs efforts dans d’autres domaines. «On a des problèmes avec le système de santé, on a des problèmes avec l’éducation, on a des problèmes économiques et on a encore des problèmes avec la COVID-19», clame la députée.

.

«On a des problèmes économiques et on a encore des problèmes avec la COVID-19.» Marie Renaud

.

De plus, cette insistance de la part de la première ministre vis-à-vis des droits constitutionnels de l’Alberta montre «qu’elle n’a pas de respect pour la Constitution», indique Marie Renaud. Il est alors très facile de croire que Danielle Smith «n’a pas de respect pour la protection des droits linguistiques pour les francophones», ajoute-t-elle.

Les droits des francophones sont-ils vraiment en danger?

«L’Alberta ne demandera plus la permission d’Ottawa pour être prospère et libre», s’exclame Danielle Smith lors de son premier discours en tant que nouvelle cheffe conservatrice. Un simple coup d’œil rapide à son fil Twitter clarifie sa position face au premier ministre Justin Trudeau, au Parti néo-démocrate (NPD) ou à la taxe carbone. On peut y voir clairement un discours en 280 caractères «anti-Trudeau», «anti-NPD» et «anti-taxe carbone».
Il est donc clair que Danielle Smith continuera la bataille menée par ses prédécesseurs contre le gouvernement fédéral. Ses valeurs séparatistes clairement nommées et la politique qu’elle mènera devraient avoir un impact tangible sur la communauté francophone de l’Alberta.
Frédéric Boily, doyen adjoint et professeur au Campus Saint-Jean, explique que «les relations entre Ottawa et le gouvernement conservateur uni albertain du régime parvenu de Smith risquent d’être plus conflictuelles en principe».

.

.

Frédéric Boily, doyen adjoint et professeur au Campus Saint-Jean. Crédit : Courtoisie

Frédéric Boily, doyen adjoint et professeur au Campus Saint-Jean. Crédit : Courtoisie

.

Cela signifie que les choix de la nouvelle première ministre afin d’enfoncer vigoureusement le clou de l’opposition au gouvernement fédéral pourraient causer des problèmes à la minorité francophone de la province.
«Est-ce que Danielle Smith peut s’opposer à certaines initiatives sur la modernisation de la Loi sur les langues officielles? Ce n’est pas impossible», explique Frédéric Boily. « Et d’une certaine façon, elle n’a pas même besoin de la loi sur la souveraineté pour le faire», continue-t-il.

.

.

Il évoque la possibilité que certaines initiatives mises en avant dans la modernisation de la Loi sur les langues officielles puissent être bloquées par le gouvernement provincial, notamment celles qui se trouvent dans «le champ de compétence de l’éducation», renseigne Frédéric Boily.

.

De plus, avec le but de réformer le système de santé albertain, la politique de Danielle Smith risque d’avoir un impact sur les services de santé en français «sans que ça soit nécessairement voulu». Le politologue argumente que «les changements structurels qui sont faits à la tête de AHS [Alberta Health Services] finissent par avoir un impact imprévu sur la livraison des services des soins de santé». Ils ont pour conséquences d’augmenter les difficultés des services plus modestes, moins financés et ayant peu de ressources, comme les soins de santé francophones.

.

«Les changements structurels qui sont faits à la tête de AHS [Alberta Health Services] finissent par avoir un impact imprévu sur la livraison des services des soins de santé.» Frédéric Boily

.

La députée Marie Renaud enchérit, «le système de santé est déjà en crise», ce qui laisse peu de place à des changements inadéquats.

La voix de la nouvelle première ministre

La première ministre Danielle Smith n’étant pas disponible pour une entrevue, son bureau a fait suivre une déclaration en anglais, mais traduite par la rédaction.
«Le gouvernement de l’Alberta célèbre sa deuxième langue la plus parlée dans notre province en continuant à développer et à améliorer les services en français. De plus, le gouvernement poursuit la mise en œuvre de la Politique en matière de francophonie du gouvernement de l’Alberta. Il s’agit notamment de créer du nouveau contenu sur le site web Alberta.ca et de veiller à ce que le contenu soit visible, accessible et de qualité égale au contenu offert en anglais. La première ministre continue d’être informée sur chaque ministère et rencontrera ses collègues du caucus et du cabinet au cours des prochaines semaines pour en discuter davantage.»
Et pourtant, lors du choix de son nouveau cabinet vendredi dernier, le poste de secrétaire parlementaire à la francophonie a été aboli alors qu’il jouait un rôle important dans la mise en œuvre de la Politique en matière de francophonie. Peut-être un avant-goût de la place des francophones dans la politique de Danielle Smith.
Pour en savoir plus sur le nouveau gouvernement, visitez : t.ly/fi4X

Partager

La francophonie albertaine vous intéresse?

Nous aussi.

Abonnez-vous gratuitement à notre infolettre pour recevoir chaque deux semaines un concentré de nos meilleures histoires!