Les déchets de Noël, comment s’en sortir?

Écrit par : Vienna Doell

17 décembre 2022

Mots-clés :
Centre de recyclage de la Ville d'Edmonton. Crédit : Courtoisie - Ville d'Edmonton
Les Canadiens produisent environ 545 000 tonnes de déchets générés juste par les emballages cadeaux et les sacs durant les temps des Fêtes. À Edmonton, la municipalité et Waste Free Edmonton (WFE) se relèvent les manches pour faire évoluer les mentalités, et ce, même durant la saison critique des fêtes de fin d’année.

.

Vienna Doell
IJL – Réseau.Presse – Le Franco

.

Waste Free Edmonton (WFE) est un organisme sans but lucratif géré par des bénévoles. C’est en 2018 que l’organisation prend son essor grâce à deux avocats environnementaux, Sean et Melissa Stepchuk. En plus d’avoir fait adopter un règlement sur les plastiques à usage unique par le conseil municipal, ils luttent pour obtenir d’autres changements sur les lois environnementales et se concentrent sur la sensibilisation et l’éducation. Cette première satisfaction n’empêche pas d’être réaliste face aux déchets produits durant le temps des Fêtes.

.

«Il est important de ne pas culpabiliser les personnes pour leurs déchets ou leurs habitudes de consommation», explique Shawn Gray, membre du conseil d’administration à WFE et aussi responsable de la sensibilisation du public. «Mais nous voulons éduquer les gens sur les petits changements qu’ils peuvent faire dans leur vie.»

.

Changer les mentalités

Durant les temps des Fêtes et le Vendredi fou (Black Friday), de nombreuses familles ont tendance à acheter toujours plus. «Pour chaque Canadien, on constate une augmentation de plus de 25 % des déchets pendant les temps des Fêtes», indique le représentant de WFE. Et «avec une culture de la consommation vient une culture du gaspillage», ajoute-t-il. Un gaspillage aujourd’hui synonyme de pollution et de réchauffement climatique.

.

.

Shawn Gray, représentant de Waste Free Edmonton. Crédit : Courtoisie

Shawn Gray, représentant de Waste Free Edmonton. Crédit : Courtoisie

.

.

Il suggère alors de réfléchir à la manière dont vous achetez et offrez les cadeaux cette année et de vous interroger : «Dois-je vraiment emballer ça? […] Est-ce que je pourrais le mettre sous le sapin sans emballage? Est-ce que je pourrais trouver des cadeaux usagés qui soient aussi bien?»

.

Il regrette l’utilisation de nombreux produits non recyclables en cette période festive. «Le papier d’emballage n’est pas recyclable en raison des colorants lourds et il est généralement recouvert de cire», décrit Shawn. Il ajoute que le ruban adhésif ne l’est pas non plus. À l’inverse, le papier journal et le papier brun sont recyclables. Shawn suggère «qu’il existe des façons uniques de plier le papier et de le fermer sans utiliser de ruban adhésif».

.

Petit truc de la rédaction : utilisez vos anciens journaux Le Franco pour emballer vos cadeaux. Double effet réussi, de beaux cadeaux et de bonnes nouvelles!

.

Afin de changer les habitudes de consommation, Shawn recommande d’offrir des expériences plutôt que des cadeaux. «On peut amener quelqu’un voir une pièce de théâtre, un film ou leur offrir un dîner», suggère-t-il. Par ailleurs, il ne faut pas hésiter à «demander aux gens ce dont ils ont besoin… Peut-être qu’un ami a besoin d’aide pour payer ses factures». Cela évitera d’acheter des biens inutiles qui seront oubliés sur une étagère ou mis à la poubelle.

.

«On peut amener quelqu’un voir une pièce de théâtre, un film ou leur offrir un dîner.» Shawn Gray

.

Contrôler les déchets que vous produisez

Et si vous produisez des déchets à Noël, il existe des moyens de les éliminer de manière plus responsable. Krista Wildemann, responsable du programme d’éducation sur la réduction des déchets pour la Ville d’Edmonton depuis 2018, suggère d’utiliser l’application mobile Waste Wise.

.

«Vous pouvez vous assurer que les déchets que vous produisez sont acheminés vers le bon flux». Si les déchets et les matières recyclables ne sont pas éliminés correctement, Krista indique que «cela prend un peu plus de temps et de ressources du côté du traitement».

.

Elle souligne d’ailleurs que la gestion des déchets des Fêtes demande une grande coordination du personnel et des équipements afin de faire face à l’augmentation des poubelles bien remplies. Les deux semaines après Noël, il y a «presque deux fois plus de déchets recyclables», décrit Krista.

.

.

Le sapin naturel est recyclable

La Ville d’Edmonton offre aussi «le ramassage des arbres de Noël naturels». «Nous envoyons 35 à 40 camions pour ramasser les arbres et ces deux dernières années, ce sont 7000 arbres qui ont été ramassés chaque année», explique Krista Wildemann.

.

Au lieu de finir dans des sites d’enfouissement, «ces arbres sont généralement réduits en copeaux et vont au même endroit que les déchets de jardin». Ils peuvent alors servir de compost, de bois de chauffage ou de broyat afin de protéger certains arbres en les déposant sur le sol, près de ceux-ci.

.

L’économie circulaire passe par les écocentres

Krista invite aussi les familles à apporter les objets dont ils ne se servent plus à un écocentre (reuse centre). Ils font la force de l’économie circulaire tant nécessaire pour lutter contre la surconsommation et les dérèglements climatiques dus à la surproduction. Ainsi, les produits sont réparés, lavés et donnés à ceux qui en ont le plus besoin. D’autres organismes acceptent les dons et peuvent revendre ces biens à moindre coût.

.

«Un autre moyen de détourner les déchets des sites d’enfouissement.» Krista Wildemann

.

«Les décors de toute saison y sont acceptés.» Elle ajoute que c’est une très bonne option «si vous avez un arbre artificiel!» Elle estime aussi que de nombreux biens peuvent être réutilisés et que ces écocentres «acceptent même les cartes de Noël et les cartes de vœux usagées. Un autre moyen de détourner les déchets des sites d’enfouissement». Et si vous n’aimez pas vos cadeaux de Noël, ils trouveront toujours preneurs sur les étagères de ces organismes de bienfaisance. Elle invite la population «à essayer de créer des souvenirs plutôt que des déchets!»

.

«Le règlement Single-use Item Reduction [sur les articles à usage unique] a été adopté cet automne.» Il imposera des restrictions ou des interdictions sur de nombreux produits comme les pailles en plastique, les sacs en plastique à usage unique et les produits en polystyrène [styrofoam].

Partager

La francophonie albertaine vous intéresse?

Nous aussi.

Abonnez-vous gratuitement à notre infolettre pour recevoir chaque deux semaines un concentré de nos meilleures histoires!