Falher a un nouveau centenaire : Camil Moulun

Écrit par : Vous

8 juillet 2021

Notre père est né le 5 juillet 1921 à Falher, dans la région de Rivière-la-Paix.  Dernier de quatre enfants, il a perdu son père Georges lorsqu’il n’avait que 18 mois. Sa mère Alvinia est restée seule avec les enfants et la ferme située à environ 5 km au nord du village.

Denise Moulun-Pasek – À titre citoyenne et fille de Camil Moulun

Malgré les temps difficiles imposés par la perte de son père, Camil grandit en santé et devint un jeune homme ingénieux et travailleur.  De l’âge de 17 à 20 ans, il fut l’unique responsable du bien-être de ses sœurs, de son frère et de sa mère puisque son beau-père, souffrant de la tuberculose, était au sanatorium.

Camil et son épouse Thérèse en 1946. Crédit : Courtoisie

Avant de quitter son foyer natal pour se marier, Camil faisait les semences, s’occupait des animaux, gardait des abeilles et coupait des blocs de glace l’hiver sur le lac Magloire à l’aide d’une machine qu’il avait patentée. Il vendait ensuite les blocs à deux cents pour les armoires à glace du village.

Lorsque l’électricité fut installée au village vers 1944, il a travaillé brièvement comme monteur de lignes électriques et quand le village lui a demandé s’il voudrait devenir électricien, il s’est empressé d’obtenir et d’étudier le matériel nécessaire pour obtenir son certificat d’électricien.

Camil a fêté ses 100 ans ce lundi 5 juillet. Crédit : Courtoisie

Peu après, en 1945, il rencontre notre mère Thérèse Therriault dans une des rues du district de Garneau, à Edmonton.  Lui était venu de Falher pour travailler au marché du porc pendant quelques jours et elle étudiait à l’école normale pour devenir enseignante. Ils se marient l’année suivante et prennent le train pour Edmonton où Camil passe son examen pour devenir électricien.  Les nouveaux mariés ont ensuite repris le train direction Jasper pour leur lune de miel.  C’est à l’église de Jasper qu’ils entendirent chanter Bing Crosby qui était là pour le tournage du film The Emperor’s Waltz.

Camil à l’âge de 20 ans. Crédit : Courtoisie

Après quelques années de pratique de son métier, il fonde sa compagnie : Falher Electric. Son magasin/atelier de travail était sur les lieux où se trouve Vision Credit Union sur la grande rue de Falher aujourd’hui. Pendant une quarantaine d’années, les services de notre père étaient en grande demande. Il réparait appareils ménagers, téléviseurs, systèmes de chauffage et de réfrigération et installait les câbles électriques dans les commerces, hôpitaux, écoles et maisons de la région de la rivière Smoky et jusqu’à Hay River dans les Territoires du Nord-Ouest (TNO). Il a obtenu son certificat de maître électricien, sans étudier et sans examen, grâce à la recommandation de l’inspecteur qui vérifiait son travail.

Camil et son épouse Thérèse en 1946. Crédit : Courtoisie

Notre père était et est toujours un citoyen fier et dévoué de Falher. Lorsqu’une famille passait au feu ou tombait sur la misère, il réparait des appareils ménagers et leur en faisait don.  Il connaissait bien son village et ses villageois, c’est pourquoi sa contribution au projet de livres d’histoire : District de Falher: Au pays du blé et du miel, 1912-2008 fut grandement appréciée.

Camil cependant, ne faisait pas que travailler.  À ses heures, il aimait lire l’histoire albertaine et canadienne et, avec son tour à métaux, il créait non seulement des pièces de réparation mais aussi de petits engins à gaz et à vapeur. Son dernier chef-d’œuvre était un chasse-neige qu’il a utilisé pour déblayer l’entrée de sa maison et les trottoirs environnants.

Camil et Thérèse parte à la noce. Crédit : Courtoisie

Il n’a jamais pris sa retraite formellement mais il a continué à travailler ici et là surtout pour rendre service. À 80 ans, il a installé l’air climatisé chez moi!  

Notre mère est décédée en 2006 et il a vécu dans sa maison jusqu’à l’âge de 96 ans après quoi il a déménagé à la Villa Beauséjour. Je me souviens que lors d’une de mes visites, il a réparé les freins de la marchette d’un de ses voisins au foyer.

C’est donc après une longue vie de travail et de dévouement à ses proches et à son village que notre papa s’est rendu à l’âge de 100 ans. Ses 6 enfants : Gilbert, Vivian, Doreen, Daniel, Denise et Harvey se sont réunis autour de lui le 5 juillet pour le célébrer.

 

Félicitations Papa!

 

Partager