La diète carnivore

Écrit par : Le Franco

9 septembre 2022

Mots-clés :
Certains carnivores le sont depuis plusieurs décennies, suggérant ainsi que le carnivorisme pourrait être une avenue durable.
Ces pages sont les vôtres. Le Franco permet à ses lecteurs et lectrices de prendre la parole pour exprimer leurs opinions. Sylvain Lacroix partage avec nous son expérience de la diète carnivore qu’il effectue depuis quelques mois.

.

Plus tôt cette année, nous lisions dans les pages du Franco la Dre Julie Hildebrand qui nous expliquait les effets néfastes de l’obésité et du diabète de type 2.

.

Souffrant elle-même de diabète, la Dre Hildebrand affirme qu’elle recommande à sa patientèle de bien choisir «ses sucres» en diminuant l’apport des sucres concentrés (dans les desserts, les plats préparés, les boissons gazeuses, etc.) et de consommer davantage des sucres lents, à index glycémique bas, et des sucres naturels de fruits. Elle concède ensuite que bon nombre de ses patients se laisseront glisser vers une douce négligence qui conduira à des conséquences dangereuses.

.

À mon avis, une solution plus durable pour une partie de la population serait de complètement éliminer les sucres de l’alimentation, car les sucres créent une dépendance.

.

Heureusement, il semble y avoir de l’espoir pour certaines personnes qui choisissent de manger exclusivement de la viande et des produits provenant du règne animal comme le beurre, les œufs et le fromage. Par exemple, le steak, riche en gras, est privilégié et les carottes, riches en sucre, sont évitées.

.

.

Certains carnivores vont occasionnellement inclure quelques fruits et légumes très pauvres en glucides. L’idée est de manger de façon «ancestralement» appropriée, c’est-à-dire de se nourrir d’aliments qui étaient disponibles avant que les sociétés humaines débutent avec l’agriculture.

.

Pensons à nos Inuits du Grand Nord qui ont traditionnellement mangé ce qu’ils trouvaient dans la mer. Ils avaient peu accès aux fruits et légumes et encore moins au pain et autres produits transformés. Il semble que cette alimentation leur a assuré une bonne santé.

.

Une étude de la très réputée Université Harvard intitulée Behavioral Characteristics and Self-Reported Health Status among 2029 Adults Consuming a “Carnivore Diet” indique que le mode de vie carnivore semble prometteur pour aider certaines personnes à, entre autres, arrêter les fringales, perdre du poids, réduire leur hémoglobine A1C (chez les diabétiques) et améliorer leur santé mentale.

.

Pour certaines personnes, manger des glucides, même en très petite quantité, conduit à une faim insatiable qui pousse à manger continuellement, alors que manger de la viande grasse aurait l’effet contraire. Possiblement que les hormones qui régulent la faim et la satiété varient en fonction du type de macronutriment consommé (glucide, protéine ou lipide).

.

.

Crédit : Jeremy Stewart - Unsplash.com

Crédit : Jeremy Stewart – Unsplash.com

.

.

Malgré tout l’enthousiasme que suscite le carnivorisme, il n’est pas possible de dire avec l’état actuel de la recherche si cette diète peut aider 25%, 50% ou même 75% de la population, mais même si elle aide ne serait-ce qu’une petite portion de la population à améliorer sa santé, c’est déjà un succès. Certains carnivores le sont depuis plusieurs décennies, suggérant ainsi que le carnivorisme pourrait être une avenue durable.

.

La diète carnivore a été récemment popularisée par les médecins américains Shawn Baker, Ken Berry et Philip Ovadia qui ont écrit des livres de vulgarisation et qui sont présents sur YouTube. La nutritionniste Judy Cho offre des conseils pour mettre la diète en pratique.

.

Étant donné que la province de l’Alberta est une importante productrice de bœuf et que la viande est amplement disponible ici, espérons que nos scientifiques auront la curiosité d’approfondir les connaissances nutritionnelles et médicales sur la consommation exclusive de viande. Il serait bénéfique d’avoir accès à des professionnels de la santé qui peuvent parler de carnivorisme avec leurs patients.

.

Quant à moi, j’ai adopté le mode de vie carnivore depuis le début de cette année et réduit mon tour de taille de trois pouces. Je me porte à merveille! Bonne santé!

.

Partager

La francophonie albertaine vous intéresse?

Nous aussi.

Abonnez-vous gratuitement à notre infolettre pour recevoir chaque deux semaines un concentré de nos meilleures histoires!