18e festival Edmonton Chante : nos musiciens ont soif de la scène

Écrit par : Gabrielle Beaupré

16 septembre 2021

Mots-clés : ,
Allen Jacobson et Maxime Lapointe. Complices, ils indiquent que les musiciens sont sous la direction de Robert Walsh. Crédit : Gabrielle Beaupré.

Ce n’est pas en raison de l’arrivée du froid de septembre que la musique en plein air n’est plus au rendez-vous. Sur la scène extérieure de la Cité Francophone, chauffée pour l’occasion, a lieu gratuitement du 16 au 18 septembre, le festival Edmonton Chante. Pour sa 18e édition, l’évènement rassemble des artistes qui ont soif de la scène et qui ont très hâte de partager leur musique avec vous. 

Le festival Edmonton Chante est la «célébration de la chanson francophone», souligne Allen Jacobson, le directeur culturel de la Cité Francophone. De jeudi jusqu’à samedi, des chanteurs tels que Renelle Ray, Christian De La Luna, Crystal Plamondon, 2 Moods et Renelle, et les artistes de Polyfonik viendront vous partager leur univers musical sur la scène extérieure du centre culturel d’Edmonton. 

Le duo Post Scrip profitera de leur passage samedi soir pour lancer leur deuxième EP intitulé Amour Fatale. Remplis de joie de se retrouver pour une deuxième fois sur la scène depuis le début de la pandémie, Steph Blais et Paul Cournoyer ont très hâte d’interpréter leurs nouvelles chansons. 

Le festival Edmonton Chante 2021 est financé par l’ACFA régionale d’Edmonton. Pour sa première année, l’équipe du centre culturel d’Edmonton agit comme boîte de production du spectacle. Son expérience d’organisation de spectacles à l’ère de la Covid-19 est un précieux atout pour l’ACFA Régionale d’Edmonton. 

La ligue majeure musicale

Venu spécialement du Québec, Maxime Lapointe, demi-finaliste du festival de Granby de 2020 se dit impressionné par l’évènement. Habitué des festivals québécois qu’il compare avec la Ligue nationale de hockey, il relate que les artistes de la relève n’y ont pas souvent accès. «Il faut qu’on commence dans le club-école, il y en a de moins en moins». 

Quant à ce festival, il met à l’honneur les artistes de la relève, les artistes émergents ainsi que les artistes établies. La soirée de sa prestation soit le vendredi soir en est le parfait exemple. Le Québécois présentera pour la première fois son spectacle composé de ses chansons originales. «Ça va être un gros party!», s’exclame-t-il. 

Sa performance sera précédée de celle de Bernard Salva, un artiste établi de la francophonie albertaine qui lancera son deuxième album, Rêveur éveillé. Remontant devant public pour la première fois depuis le début de la pandémie, l’artiste aux multiples chapeaux se dit excité. Pour lui, la scène artistique et le public ne font qu’un. «C’est l’imagination du public qui nous aide à transporter les mots et les sons».

Portrait de Bernard Salva

Bernard Salva est fébrile quant à son lancement d’album. Crédit : Courtoisie.

La relève du Centre de développement musical (CDM) sera sur la scène extérieure de la Cité Francophone jeudi et vendredi soir. Olivia Vincent, Sophie Perreaux, Aimée Gagnon, Elysha Chevigny et Meera Sylvain présenteront leurs chansons de l’album de La Chicane Albertaine paru cette semaine. 

À la fois stressée et enthousiaste à l’idée de se produire, Meera Sylvain va interpréter sa composition devant de nombreux spectateurs. La jeune femme a hâte de partager sa musique et «de revoir les visages de l’équipe du CDM».

Portrait de Meera Sylvain

Meera Sylvain se dit très contente de rencontrer en personne les autres filles de La Chicane Albertaine. Crédit : Courtoisie.

La soirée se terminera avec le grand retour de Pierre Sabourin. Fébrile, l’auteur-compositeur-interprète est très content de renouer avec la scène edmontonienne afin d’offrir ses nouveautés musicales «et de redécouvrir ses anciennes chansons».  

Les mesures sanitaires restent les mêmes que pour les séries patios. 

 

Partager