Une drôle de campagne pour Heather McPherson

Écrit par : Gabrielle Beaupré

30 septembre 2021

Mots-clés : ,
Heather McPherson, députée néo-démocrate de la circonscription d’Edmonton-Strathcona. Crédit : Courtoisie

La députée néo-démocrate de la circonscription d’Edmonton-Strathcona, Heather McPherson est très contente de sa réélection. Elle est fière d’avoir obtenu 60,7% du vote des électeurs. Faire campagne à l’ère de la COVID-19 a été très intéressant et étrange à la fois. 

Heather McPherson emploie le terme «bizarre». En effet, en 2019, lors de sa première élection, elle raconte que son bureau de campagne était très occupé par les bénévoles. Cette année, c’était le contraire, aucun volontaire ne pouvait s’y déplacer en raison de la crise sanitaire alors que «normalement, plusieurs personnes y travaillent pendant les élections».

Étant donné qu’il n’y avait aucun événement à organiser, elle a pu tout de même converser avec les citoyens de sa circonscription et écouter leurs préoccupations grâce au porte-à-porte. Un des éléments de sa campagne qu’elle a trouvé intéressant puisqu’elle rencontrait «un à un», les citoyens d’Edmonton-Strathcona.  

Travailler pour les Franco-Albertains 

Lors de son retour à Ottawa, Heather McPherson assure qu’elle continuera à travailler avec d’autres députés du Nouveau Parti démocratique dont Alexandre Boulerice de la circonscription de Rosemont-La Petite-Patrie pour faire avancer les dossiers des francophones en milieu minoritaire. 

Crédit : Courtoisie

Elle souligne qu’ils feront, avec d’autres élus, pression sur le Parti libéral pour qu’il propose rapidement  une Loi sur les langues officielles. Elle martèle qu’il est très important de protéger les communautés francophones qui se trouvent à l’extérieur du Québec.

Ne pas oublier le Campus Saint-Jean 

Concernant le Campus Saint-Jean et sa sauvegarde, elle indique qu’elle continuera à prendre la parole à la Chambre des communes pour soutenir ce dossier. Elle le sait très important dans la province puisqu’ils forment notamment les futurs enseignants francophones. 

Qu’ils soient étudiants, actifs ou retraités, «c’est un grand honneur de représenter les Franco-Albertains et tous les citoyens d’Edmonton Strathcona à Ottawa», déclare-t-elle en français comme elle le fera tout au long de son entrevue.

Elle profite de l’instant pour souligner son bonheur d’apprendre la langue française depuis 2019 à Ottawa et son désir de continuer afin de s’améliorer.

Partager