Les communautés locales francophone et anglophone unies par le bénévolat

Écrit par : Isaac Lamoureux

3 mars 2022

  • Zinnya Morningstar et un groupe de guides d’accès l’année dernière, «garder une pagaie à part».
Zinnya Morningstar et un groupe de guides d’accès l’année dernière, «garder une pagaie à part». Crédit : Courtoisie

Jusqu’au 5 mars, le Flying Canoë Volant fête son dixième anniversaire. Ce festival francophone bilingue regroupe aujourd’hui toutes les communautés grâce à l’effort de nombreux bénévoles. Un bénévolat qui est aujourd’hui essentiel pour assurer la tenue de tels évènements tant au niveau communautaire que financier. Il ne faut donc pas être surpris d’entendre dans les coulisses 250 bénévoles se côtoyer dans l’une ou l’autre des deux langues officielles. 

Isaac Lamoureux
IJL – Réseau.Presse – Le Franco

Zinnya Morningstar, la coordonnatrice des bénévoles, annonce avec fierté que presque la moitié des bénévoles reviennent chaque année. Elle mentionne qu’environ «25% des bénévoles sont francophones et que beaucoup d’autres sont francophiles et aiment pratiquer leur français lors de l’activité communautaire». Elle ajoute qu’il est vital d’avoir des bénévoles francophones et anglophones.

C’est aussi l’objectif avoué de Daniel Cournoyer que d’offrir un évènement dans les deux langues officielles afin que les Edmontoniens puissent tous se réunir pour ces jours de fête. La coordonnatrice des bénévoles ajoute qu’en plus des deux langues officielles, elle voudrait y voir la présence des langues autochtones. «Malheureusement, de nombreuses langues autochtones ont été perdues et l’anglais est généralement devenu la langue principale.»

Un appui à la communauté francophone, une identité

Outre la pratique des langues, l’aspect communautaire de l’évènement est une raison importante pour laquelle de nombreuses personnes choisissent d’y faire du bénévolat. Océanne Kahanyshyn-Fontaine, bénévole pour la première fois, participe depuis le début à l’évènement comme spectatrice. Aujourd’hui, «je veux faire plus pour ma communauté en termes de bénévolat dans la francophonie».

Zinnya Morningstar et un des comédiens qui parcourent le site. Les comé- diens portent des costumes et interagissent avec les visiteurs.

Zinnya Morningstar et un des comédiens qui parcourent le site. Les comédiens portent des costumes et interagissent avec les visiteurs. Crédit : Courtoisie

Francophones, francophiles et anglophones sont réunis et peuvent se relever les manches ensemble autour d’une même cause. «C’est la beauté de l’évènement», explique l’élève de douzième année, qui est heureuse de le voir sous ce nouvel angle.

Dans un contexte en milieu minoritaire, le Flying Canoë Volant est aussi un moment incroyable pour regrouper de nombreux partenaires, et ce, peu importe leurs origines identitaires.

Des dons pour augmenter les festivités

Parmi la longue liste des commanditaires, beaucoup, comme Nordic Mechanical, sont fidèles à l’évènement depuis le début, preuve s’il en est que le festival est apprécié de tous. On y retrouve aussi bien évidemment des acteurs de la francophonie tels que La Cité francophone, le Conseil de développement économique de l’Alberta, Radio Cité, etc.

Le directeur général du Flying Canoë Volant, Daniel Cournoyer, est d’ailleurs reconnaissant envers ces nombreux partenaires qui rendent le Flying Canoë Volant possible et rend hommage à tous les bénévoles qui sont là chaque année. Il ajoute aussi que même s’il tient à offrir l’accès gratuit, ils n’ont pas le choix de demander une participation pour les frais d’inscription pour les courses de canoës, mais aussi pour «la bouffe et la consommation de boissons».

«Les trois piliers du Canoë Volant sont la culture française, métisse et autochtone.» Zinnya Morningstar

Dans une vision toujours plus inclusive, il explique l’importance d’enlever tous les obstacles financiers qu’une famille pourrait avoir afin d’assister à l’évènement. En 2020, avec 60 000 participants, l’activité n’a permis de récolter que quelque 8000 dollars en dons. Une somme bien trop minime pour pouvoir développer d’autres activités lors du festival.

Daniel Cournoyer regrette tout de même que chaque participant de 2020 n’ait pas fait un petit geste pour le festival. Il estime que cela ferait une énorme différence sur l’offre de services qu’il pourrait proposer. Il ajoute que «c’est notre francophonie qui est à la une», mais que tout le monde est encouragé à venir participer et à appuyer le Flying Canoë Volant.

À lire aussi :

Au cours de cette décennie, Zinnya Morningstar insiste, «les trois piliers du Canoë Volant sont la culture française, métisse et autochtone».

Responsables politiques et membres de la communauté main dans la main

«On est très fier de la participation des Edmontoniens», assure Daniel Cournoyer. Il explique que l’évènement a pour objectif de faire découvrir la francophonie locale et de la faire rayonner à travers la ville. «Nous sommes fiers et de partager notre amour de notre culture et de notre identité avec la ville», dit-il.

«Nous sommes fiers et de partager notre amour de notre culture et de notre identité avec la ville.» Daniel Cournoyer

Si le grand public est présent par dizaines de milliers, certains visages plus familiers seront là aussi. En effet, il espère voir la présence de la chef de l’opposition Rachel Notley, du député provincial Marlin Schmidt, du ministre de la Culture Ron Orr et de la députée fédérale Heather McPherson.

Zinnya Morningstar, la superviseure du quartier général des bénévoles et Laura qui travaille comme bénévole.

Zinnya Morningstar, la superviseure du quartier général des bénévoles et Laura qui travaille comme bénévole. Crédit : Courtoisie

D’autres participants et bénévoles s’associent au Flying Canoë Volant chaque année et sont présents une fois de plus. Vous reconnaitrez les groupes d’étudiants du Campus Saint-Jean, du programme bilingue de sciences infirmières, du programme d’ambassadeurs de MacEwan et de la Faculté des études autochtones de l’Université de l’Alberta.

Zinnya Morningstar dit que «l’évènement est le moyen idéal pour s’impliquer et rencontrer de nouvelles personnes dans la communauté». Elle souligne un bel éclectisme des participants par leurs origines, leurs langues et leurs religions.

*Ce texte a été écrit avant le début des festivités.

Le Flying Canoë Volant est, entre autres, un festival qui a lieu dans le Mill Creek Ravine, à La Cité francophone et dans la cour de l’école Rutherford où se déroulent diverses activités de plein air, des célébrations culturelles et des concerts.

Au Ski Club d’Edmonton, un triathlon canadien a lieu les 4 et 5 mars. Cette compétition comporte une course de canoë sur la pente de ski, une compétition de coupe de bûches par équipe avec une scie à deux mains et un lancer de haches. Les quatre équipes les plus rapides passeront à la finale afin de déterminer les grands vainqueurs!

Pour plus d’information : https://www.flyingcanoevolant.ca/

Partager

La francophonie albertaine vous intéresse?

Nous aussi.

Abonnez-vous gratuitement à notre infolettre pour recevoir chaque deux semaines un concentré de nos meilleures histoires!