Les Flames contre les Oilers : entre engouement et appréhension

Écrit par : Le Franco

17 mai 2022

L’amour du hockey et des Flames de père en fils.
Chronique sportive – Frédérick Audet, fan inconditionnel des Flames

.

Attachez vos tuques! Les deux équipes albertaines croiseront le fer lors de la deuxième ronde des séries éliminatoires de la LNH, une première depuis 1991, et il aura bien des soirées passées à se ronger les ongles.

.

D’emblée, je vais vous faire un mea culpa. Je suis vendu aux Flames depuis mon déménagement à Calgary en 2004. J’avoue qu’après le départ de mes oiseaux migratoires, les Nordiques, vers le Sud, j’étais assez malheureux et c’était un moyen de noyer ma tristesse. Je suis finalement tombé follement amoureux et, par extension, mon fils aussi!

.

On dit que le sport est la glu qui unit les peuples (du moins, c’est ce que moi je dis). Eh bien là, il y aura de la glu partout! Et les premières salves ont déjà été tirées.

.

Pas plus tard qu’après la victoire des Flames, à leur septième match contre les Stars, dimanche soir, que déjà il y avait un mème Internet circulant sur les réseaux sous forme d’alerte d’urgence gouvernementale. Celle-ci avisait les fans de Calgary de ne pas voyager au nord de Wetaskiwin, car il est impossible de garantir leur sécurité. Cela m’a donné le goût de mettre mon chandail des Flames et d’aller constater par moi-même si cela était une vérité ou un mensonge, même si j’avais un peu peur de ne jamais revenir.

.

À tous les fans des Flames et des Oilers, envoyez-nous vos photos à [email protected] pour une prochaine publication!
*N’oubliez pas d’indiquer les personnes sur vos photos et de nous fournir votre courriel. Merci! 🙂

.

En toute impartialité, cela fait longtemps qu’il n’y a pas eu de meilleur moment pour être un admirateur d’une équipe de hockey albertaine. Même s’il n’y a pas beaucoup de certitude dans la vie, je peux tout de même dire que le spectacle promet de nous en mettre plein la vue, si ce n’est que la joie qui sera ressentie par les fans de l’équipe qui s’en sortira en un seul morceau. Les Gaudreau, Tkachuk, McDavid et Draisaitl vont s’en donner à cœur joie avec leurs prouesses sur la patinoire, alors que les Lucic et Kassian auront bien des occasions de produire des étincelles et même d’allumer des feux si la chaleur devient trop intense.

.

Plus sérieusement, ce que l’histoire ne dit pas, c’est que la rivalité sportive que nous sommes sur le point de vivre est bonne pour l’Alberta. Après deux grosses années de pandémie et les difficultés économiques auxquelles l’Alberta a dû faire face, l’excitation créée va aider à raffermir le sentiment d’appartenance et l’identité et resserrer les liens sociaux. À ce titre, ma belle-famille vit à Edmonton et je peux vous dire qu’un peu de railleries sportives, de bon goût, font du bien.

.

Évidemment, comme toute compétition sportive, les enjeux sont élevés, surtout lorsqu’il s’agit de déterminer laquelle des équipes albertaines est la meilleure et mérite sa place en troisième ronde. Il y a l’emballement après un but dans le bon filet et la crainte lorsque la rondelle entre dans le mauvais. Le pire c’est que souvent, ces sentiments s’entremêlent en l’espace d’une toute petite période de jeu. Mais peu importe ce qui arrivera à la fin, l’aventure en vaudra la peine.

.

.

Il y a quand même une statistique qui peut s’avérer intéressante dans le contexte actuel. Depuis que les deux équipes existent, ils se sont rencontrés seulement cinq fois en séries. Edmonton a remporté quatre duels (1983, 1984, 1988 et 1991) alors que Calgary n’a reçu les honneurs qu’une seule fois (1986). Vous voyez où je veux en venir.

.

Pour ce qui est d’une prédiction sur l’issue de la série actuelle, il est bien mal avisé celui qui essayera d’en faire une.

.

Mais vu que je ne suis pas le mieux avisé et que vous êtes bien capable de voir que je suis biaisé par un mile… Calgary va gagner en six matchs. Les statistiques ci-dessus montrent clairement que c’est au tour des Flames de gagner et puis, de toute manière, mon engouement fait en sorte que j’en suis aveuglément convaincu.

.

Voilà! Vous ne pourrez pas dire que je ne l’avais pas prédit.

.

Partager

La francophonie albertaine vous intéresse?

Nous aussi.

Abonnez-vous gratuitement à notre infolettre pour recevoir chaque deux semaines un concentré de nos meilleures histoires!