Dévoilement des conversations vitales sur le leadership francophone

Écrit par : Salima Bouyelli

19 mai 2021

Groupe de travail bénévole assidu depuis trois ans : de g à d, Rhéal Poirier, Dany Bazira, Anastasia Lim, Marcel Préville et Thomas Pomerleau. Crédit : Courtoisie.Groupe de travail bénévole assidu depuis trois ans : de g à d, Rhéal Poirier, Dany Bazira, Anastasia Lim, Marcel Préville et Thomas Pomerleau. Crédit : Courtoisie.

Le 7 novembre 2020, la Fondation franco-albertaine en partenariat avec l’ACFA a invité des participants à des discussions vitales sur le leadership de la francophonie albertaine. Aujourd’hui, elle souhaite diffuser ses résultats. Ainsi,  le 20 avril dernier, elle a convié ces mêmes participants ainsi que tout organisme ou individu susceptible d’être intéressé à une rencontre virtuelle pour  débattre de ses  conclusions.

IJL-RÉSEAU.PRESSE-LEFRANCO

L’institution de bienfaisance au service de la francophonie albertaine a été créée en 1995 par la communauté francophone de l’Alberta, avec l’aide de l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA), partenaire philanthropique et du soutien financier de Patrimoine canadien. 

Il existe 191 fondations communautaires à travers le Canada avec deux principaux volets et «112 différents fonds de dotation qui couvrent différentes causes pour différentes choses», affirme M. Lavoie, le directeur général de la Fondation franco-albertaine à Edmonton. Le premier volet est la mise en place de fonds de bienfaisance où les personnes soutiennent un projet de façon permanente. 

Joël F. Lavoie, directeur de la Fondation franco-albertaine. Crédit : Courtoisie.

Le second volet des fondations communautaires au Canada est d’avoir des fonds qui ne sont pas spécifiques, «les gens donnent à la fondation en lui laissant la liberté d’utiliser ces fonds comme elle le souhaite», précise-t-il. 

En s’interrogeant sur le meilleur investissement de ces donations pour la francophonie, la Fondation opte pour le leadership citoyen. Pour Marcel Préville, un des membres du groupe de travail sur le leadership, «un leader citoyen, de par son engagement civique, est conscient de l’influence de ses choix et de ses actions sur la francophonie».

Marcel Préville lors de la conférence de presse de présentation des Signes vitaux et de lancement des Conversations vitales le 7 novembre dernier. Crédit : Courtoisie.

Des outils pour les organismes et les participants

Au mois de novembre dernier, plusieurs outils ont été mis en place pour animer ces conversations vitales. De celles-ci, il en ressort que le concept de leadership citoyen est accessible à tout le monde dans un contexte minoritaire. «C’est souvent juste de choisir de parler en français avec ses enfants, d’aller chercher les services en français ou de consommer des médias francophones», explique M. Lavoie.

Thomas Pomerleau, lors du lancement du Fonds Henri-Lusson. Crédit : Courtoisie.

Une autre option consiste à rassembler des personnes de son entourage en visioconférence pour discuter du sujet sous forme de questions ou de jeux. Les travaux obtenus à la fin de ces groupes de discussions permettent de faire grandir l’espace francophone.

Un tour de table a été effectué auprès de 290 participants afin qu’ils donnent leur propre définition du leadership. Une vingtaine de mots en sont ressortis comme respectueux, capable,  rassembleur, communauté, altruiste, positif ou encore réaliste

Les résultats de la Fondation franco-albertaine confirment l’importance du leader citoyen car son influence peut impacter la communauté francophone et l’objectif est d’accroître la visibilité et la force de la francophonie.

Connaissance, appartenance, implication et leadership 

Le leadership citoyen aux objectifs multiples se traduit de façon multiple. Non seulement il met en avant la francophonie en la valorisant et en la promouvant, mais il veille aussi à sa pérennité tout en respectant des valeurs comme l’inclusion ou la diversité. 

Dany Bazira à la conférence de presse de présentation des Signes vitaux et de lancement des Conversations vitales, le 7 novembre dernier. Crédit : Courtoisie.

Le leader doit aussi s’impliquer au sein de l’organisation par le biais du bénévolat en participant aux activités, en siégeant au conseil d’administration ou en encadrant des jeunes.

La Francophonie Jeunesse Alberta (FJA), présente à cette conférence, donne des stages et des animations sur le leadership. Créée en 1972 et se composant de jeunes entre 14 et 25 ans, cette association a formé des jeunes responsables qui ont fait preuve d’un leadership remarquable. 

Logo de La Fondation franco-albertaine: Assurer l’épanouissement de la francophonie albertaine par le biais de la promotion, du développement et de l’établissement de la philanthropie. Crédit : Courtoisie.

C’est une association très dynamique «qui n’a jamais eu de souci pour renouveler ses membres du conseil d’administration, et avec une grande expertise dans le leadership», souligne monsieur Lavoie.

La fondation franco-albertaine donne jusqu’au 17 septembre prochain aux participants pour ouvrir et animer des discussions, partager leur réflexion, et en divulguer les résultats dans un rapport final.

Pour informations :

Définition du leadership citoyen :  https://www.youtube.com/watch?v=7ie4C-cKQP8

En savoir plus sur la Fondation Franco-Albertaine : https://fondationfa.ca

Partager

Lire des articles sur un thème similaire

Articles similaires