Gaetan Benoit ou le précieux legs artistique pour la francophonie

Écrit par : Mehdi Mehenni

8 juillet 2022

Gaetan Benoit, artiste fransaskois multidisciplinaire installé à Edmonton. Crédit : Courtoisie
L’artiste Gaetan Benoit vient de s’illustrer avec un nouvel album de chansons pour enfants, Toutes sortes de Patates. Une belle création qu’il dit peut-être la dernière étant donné son état de santé. Des personnalités artistiques estiment, cependant, que son legs musical vivra aussi longtemps que la francophonie canadienne.

.

L’année 2021-2022 a été intense en termes de création pour Gaetan Benoit, cet artiste fransaskois multidisciplinaire installé depuis six ans à Edmonton où il a réalisé Oniva, une émission jeunesse à Radio-Canada, avant que les médecins ne lui diagnostiquent un cancer du cerveau.

.

L’artiste et chansonnier, comme il aime à se définir, parle avec beaucoup de courage et de dignité de sa maladie qui ne l’a pourtant pas empêché de continuer à pratiquer son art.

.

Ce sont donc six nouvelles chansons, qui viennent couronner son joyau musical pour enfants, Toutes sortes de patates. Un album qui sent bon le terroir avec, notamment, des airs d’accordéon qui rappellent les regroupements de familles en campagne. Ou alors des airs de vacances et d’aventures qui donnent envie d’aller jouer au soccer ou encore se rendre à la plage.

.

La symbiose et l’harmonie entre les textes, le chant et la musique ainsi que le vidéoclip Toutes sortes de patates, réalisé avec des marionnettes et une chorale d’enfants, sont étonnants d’un point de vue créatif.

.

Côté musical, Gaetan Benoit, très humble, reconnait l’apport de ses collaborateurs et de ses collaboratrices. Il cite, entre autres, Alexis Normand qui l’a aidé à donner «un son et une atmosphère autour de la chanson. Un style».

.

Des mélodies pour choyer et divertir les enfants

Pour lui, «ça sent, certes, le terroir», mais cela reste de la «pure création», comme il s’amuse depuis longtemps à inventer des chansons pour ses dix neveux et nièces, pour les faire rire et les divertir.

.

«Les chansons pour enfants, c’est un peu comme les chansons du terroir. Je les avais avec moi, dans ma tête, dans ce que j’appelle mon balluchon musical», souligne-t-il.

.

Beaucoup parmi ses ami.e.s et sa famille savent, en effet, qu’il aime divertir les enfants et explorer leur univers, dans l’image et dans les histoires, raconte-t-il.

.

C’est pourquoi c’était important pour lui de pouvoir partager ses chansons qu’il avait sur son téléphone et dans sa tête même si, en parle-t-il, «physiquement, je n’étais plus capable de le faire».

.

«À cause de mon cancer, je n’étais plus capable de les chanter ou les jouer. Mais je voulais quand même qu’elles voient le jour», insiste-t-il.

.

Gaetan Benoit a alors fait appel à ses ami.e.s qui avaient les compétences de réaliser et de chanter pour lui. «J’ai proposé une sorte de collectif où on fait un cover de mes chansons pour enfants. Mes ami.e.s ont tout de suite embarqué et j’en suis reconnaissant, car je sais que chacun d’entre eux était pas mal occupé de son côté», note-t-il.

.

Ce n’est pas tout puisqu’il salue également l’apport financier du Conseil culturel fransaskois, qui a «appuyé rapidement et généreusement le projet, pour que je puisse bien rémunérer les artistes avec qui j’ai travaillé».

.

«Son histoire est incroyable»

C’est dans cet esprit que Véronique Poulin, connue sous le nom d’artiste Vaero, a embarqué dans le projet pour combiner sa voix fransaskoise aux textes de Gaetan Benoit pour ses toutes dernières chansons : Toutes sortes de patates, Quand on joue au soccer et On est incroyable.

.

.

Véronique Poulin, artiste fransaskoise et interprète de Toutes sortes de patates. Crédit : Courtoisie

Véronique Poulin, artiste fransaskoise et interprète de Toutes sortes de patates. Crédit : Courtoisie

.

.

«Quand il m’a demandé, c’était comme un honneur pour moi. Gaetan avait besoin de quelqu’un et j’étais heureuse de savoir qu’il a pensé à moi. Il m’a offert un cadeau, comme un peu à tous ces enfants auxquels les chansons sont destinées», témoigne-t-elle.

.

«Il m’a offert un cadeau, comme un peu à tous ces enfants auxquels les chansons sont destinées.» Véronique Poulin

.

Véronique Poulin était à Montréal, où elle s’est installée ces dernières années, quand Gaetan Benoit l’a contactée. «J’y étais pour célébrer Pâques en famille. Quand je suis revenue en Saskatchewan, il m’a ramassée à l’aéroport et on a été au studio Rec Hall pour enregistrer. C’était plaisant d’avoir Gaetan avec moi au studio et partager cette expérience avec un réalisateur», raconte-t-elle.

.

Ce n’est pas un hasard, justement, si Gaetan Benoit a porté son choix sur Vaero. En effet, son grand-père était chansonnier pour enfants et cet univers lui est donc très familier. C’est à croire même que ces chansons ont été écrites pour elle.

.

«Je voulais avoir ce côté fanfaron et je me suis lâchée. C’était une journée avec beaucoup d’émotions. Mais je chantais avec le sourire. C’était beaucoup de plaisir», ajoute-t-elle. C’était aussi pour elle une manière de célébrer ce legs francophone artistique que Gaetan Benoit laissera aux futures générations.

.

«Ce sont des chansons qui vont vivre longtemps. J’espère qu’elles vont rejoindre le Québec, car son œuvre est de taille à marquer la francophonie canadienne. Il y aura certainement des artistes qui voudront reprendre ses chansons», prédit-elle.

Sylvie Thériault, directrice générale du Regroupement artistique francophone de l’Alberta. Crédit : Courtoisie

 

Pleine d’admiration pour l’auteur de Toutes sortes de patates, Véronique Poulin décrit Gaetan Benoit comme étant une personne «tellement créative», avec «cette force d’utiliser son talent malgré ses difficultés». «Son histoire est incroyable», lance-t-elle.

.

En guise de reconnaissance pour son travail, Gaetan Benoit s’est vu, en ce mois de juin, décerner «le prix Envol 2022» par le Regroupement artistique francophone de l’Alberta (RAFA). Sa directrice générale, Sylvie Thériault, relève d’abord que «ce que Gaetan a réussi à faire depuis deux années est immense en termes de résilience».

.

«Il a réussi à regrouper des artistes issus de plusieurs provinces», ajoute-t-elle.

.

Parlant de l’impact de son œuvre, Sylvie Thériault la considère comme étant «exemplaire».

.

«Son œuvre aura un impact à long terme et ne manquera pas d’inspirer tant d’autres artistes ainsi que les futures générations.» Sylvie Thériault

.

«Son œuvre aura un impact à long terme et ne manquera pas d’inspirer tant d’autres artistes ainsi que les futures générations. Il va éventuellement nous quitter, mais ce qu’il laisse comme œuvre, c’est incroyable», conclut-elle.

.

De ce point de vue, Gaetan Benoit l’affirme lui-même. «Le fil conducteur qui lie ma création, peu importe que ce soit de la musique ou de la vidéo, c’est la francophonie de l’Ouest.»

.

«Le fil conducteur qui lie ma création, peu importe que ce soit de la musique ou de la vidéo, c’est la francophonie de l’Ouest.» Gaetan Benoit

.

Son souhait est de savoir que les parents francophones de l’Ouest canadien mettent ses chansons dans la voiture, le matin, en accompagnant leurs enfants à l’école.

Partager

La francophonie albertaine vous intéresse?

Nous aussi.

Abonnez-vous gratuitement à notre infolettre pour recevoir chaque deux semaines un concentré de nos meilleures histoires!