Une faible présence de la maladie de Lyme en Alberta

Écrit par : Gabrielle Beaupré

30 mai 2021

Mots-clés : ,
L’équipe masquée de la clinique vétérinaire Gateway Vet Centre. (De gauche à droite) le vétérinaire Gary Dhillon, l’assistante vétérinaire Shyleen Gerber, la directrice Mathilde Papaix accompagnée de Inky, le chien-mascotte de la clinique. Crédit : Courtoisie

Étant une maladie transmise par les tiques, la maladie de Lyme peut être très néfaste pour la santé de l’être humain. Mathilde Papaix, la directrice de la clinique vétérinaire Gateway Vet Centre, invite la population albertaine à rester vigilante lors des randonnées, même si l’Alberta est la province où il y a le moins de cas de la maladie de Lyme.

Mathilde Papaix, la directrice de la clinique vétérinaire Gateway Vet Centre et porte-parole du vétérinaire Gary Dhillon, explique que la maladie de Lyme se contracte si une personne ou un animal, principalement le chien, est mordu par une tique infectée par la bactérie Borrelia burgdorferi. Un nom à coucher dehors ! 

Inky, le chien-mascotte de la clinique. Les chiens sont plus à risque de contracter des tiques que les humains. Crédit : Courtoisie

«Généralement, la morsure de tique est bénigne. 80% des personnes mordues ont un rash cutanée, alors elle va la retirer tout de suite. Si elle ne le fait pas ou si elle le fait après 36 heures, elle a des risques de contracter la maladie de Lyme. Avant 36 heures, il n’y a pas de contamination de la maladie», précise Mathilde.  

Sans traitement rapide, Mathilde mentionne que «15% des personnes vont développer une déficience nerveuse tels que la paralysie musculaire, des problèmes de mémoire et de concentration dans le plus grave des cas. Et 5%, une déficience cardiaque». Sans traitement, la maladie deviendra chronique. «65% des gens resteront avec de l’arthrite à vie et 5% resteront avec une maladie neurologique à vie.»  

Des moyens de protection

En vue des randonnées printanières ou des promenades dans les hautes herbes, Mathilde conseille aux randonneurs de s’habiller de la tête au pied et de vaporiser ses vêtements avec de l’insectifuge. 

Concernant les chiens, notre vigilance est de mise. «Ils sont plus à risque d’avoir des tiques». En effet, la tique a tendance à aimer les hautes herbes et donc à s’accrocher assez facilement au pelage de votre animal. 

Elle commente que 90% des chiens sont asymptomatiques. La bactérie de la maladie de Lyme peut vivre dans l’organisme canin sans leur causer de problèmes. Cependant, pour 10% des chiens, les symptômes apparaîtront plusieurs semaines ou quelques mois plus tard. Avec un traitement antibiotique approprié et peu coûteux, le meilleur ami de l’homme retrouvera sa forme.  

Momo, le chat-mascotte de la clinique. Les chats peuvent également attraper la maladie de Lyme, mais c’est beaucoup moins fréquent que chez les chiens. Crédit : Courtoisie

Mathilde souligne que le problème avec les chiens, c’est qu’ils sont partout dans la maison et que la tique peut bien se décrocher de l’animal et «s’accrocher à un être humain qui se trouve dans la maison». 

Alors, après une promenade dans un lieu à risques, il est recommandé d’inspecter les pattes et le corps du chien. «S’il y a une tique, il faut la retirer». Mathilde indique qu’il existe des pinces adaptées pour les retirer. Un moyen alternatif qu’elle conseille est la pince à sourcils. Néanmoins, il faut être très précautionneux, «il faut attraper la tique par la tête, très près de la peau et non l’abdomen puisque la bactérie se trouve dans l’abdomen, et il faut la tirer doucement vers le haut». 

Le froid fait fuir les tiques

Pour connaître l’incidence des tiques dans la province ainsi que sa provenance, Mathilde mentionne que les vétérinaires et les médecins peuvent les tester lorsqu’elles sont apportées dans un petit contenant. 

Cependant, en raison du climat albertain hivernal très rude et froid, «les tiques n’ont pas la capacité de rester en sourdine et de pouvoir survivre jusqu’au printemps», pense Mathilde. 

Cette maladie est beaucoup plus présente dans le sud de la Colombie-Britannique et au Québec. 376 cas de la maladie de Lyme ont d’ailleurs été déclarés en 2019 dans la province québécoise. Mathilde remarque qu’entre 1991 et 2020, il y a eu 132 signalements de maladie de Lyme en Alberta. Cependant, ces personnes ont attrapé la maladie à l’extérieur de l’Alberta.  

La directrice de la clinique vétérinaire Gateway Vet Centre, indique que les risques de contracter la maladie pendant la saison printanière sont plus élevés, «les tiques ne survivent pas à la chaleur». 

Partager

La francophonie albertaine vous intéresse?

Nous aussi.

Abonnez-vous gratuitement à notre infolettre pour recevoir chaque deux semaines un concentré de nos meilleures histoires!