Le programme Jet : un accès à l’emploi pour la jeunesse

Écrit par : Gabrielle Beaupré

10 mai 2021

Demandez-le aux jeunes, ils vous le diront. L’intégration dans le milieu du travail n’est pas facile. Ivan Touko explique que la plupart des entreprises ont l’habitude de demander plusieurs années d’expérience dans leur offre d’emploi. Le programme Jeunes-Études-Travail (JET) prépare et accompagne les jeunes francophones et francophiles âgés de 15 à 30 ans à accéder au monde du travail. 

Le programme JET d’accès-emploi offre aux participants une formation obligatoire d’une durée de deux à quatre semaines. Ces derniers naviguent notamment entre des sessions d’exploration de carrière, d’atelier de connaissance de soi, d’entrepreneuriat et de recherche d’emploi. Par exemple, les participants ont l’opportunité de faire réviser leur curriculum vitae et se préparer pour leurs futures entrevues en faisant des simulations. 

Ivan Touko, le coordonnateur du programme, indique que «JET et accès-emploi sont présents pour soutenir la jeunesse et pour s’assurer que celle-ci continue de fleurir dans la province». C’est ainsi que les participants ont ensuite le choix de profiter d’un stage rémunéré de 12 semaines avec un soutien de placement à l’emploi ou d’une bourse pour un retour à l’école. 

Ivan Touko, le coordonnateur du programme JET, affirme qu’il aurait aimé participer à ce genre de programme lorsqu’il était en recherche d’emploi à la fin de ses études. Crédit: Courtoisie

Un environnement anglophone ou francophone

Bien que les ateliers et les formations soient donnés dans la langue de Molière, Ivan Touko dit que «ce n’est pas évident de placer les participants dans des entreprises francophones en raison de leur nombre très limité dans la province». 

Il ajoute que le but de ce programme est que le participant trouve un emploi qu’il aime ou qu’il retourne sur les bancs de l’école dans un domaine qui le passionne. «Par exemple, si le participant a des opportunités [d’emploi] avec des entreprises anglophones, c’est correct puisque la priorité est qu’il débute sur le marché du travail.»

Jeunes-Études-Travail convient autant aux décrocheurs scolaires qu’aux jeunes diplômés ayant de la difficulté à trouver un emploi. Le coordonnateur nuance cependant que ce programme s’adresse principalement aux jeunes se retrouvant dans la région d’Edmonton et de Fort McMurray. 

Le témoignage d’une participante

Ce programme qui a débuté l’année dernière, d’une durée de trois ans, va permettre d’aider 72 participants. Pour l’instant, 18 jeunes l’ont déjà expérimenté. Gunj Zorigt, diplômée en 2020 du baccalauréat en science politique et psychologie du Campus Saint-Jean en fait partie. 

Gunj Zorigt, participante au programme JET. «Il m’a offert une vraie chance d’insertion dans le marché du travail». Crédit : Courtoisie

Jeunes-Études-Travail a donné à la jeune bachelière de nombreuses astuces quant à la mise en forme de sa recherche d’emploi. Elle sait aujourd’hui quelles sont les informations à inclure ou à éviter dans son curriculum vitae en fonction de l’offre d’emploi à laquelle elle répond, elle connaît les sites d’emploi sur le web à consulter lors de sa recherche et comment bien se préparer à une entrevue. 

Elle se dit reconnaissante du soutien apporté par les membres de l’équipe entre les formations et le début de son stage. «Ils m’envoyaient régulièrement plusieurs offres d’emploi dans mon domaine d’études. Ils m’appelaient souvent afin de savoir comment j’allais, comment se passaient mes recherches et pour s’informer, à savoir si j’avais reçu des retours sur les emplois auxquels je postulais.»

Gunj Zorigt salue l’accompagnement de l’équipe même à la fin de sa formation. «Je ne me suis jamais sentie délaissée. Ils se sont assurés que je puisse trouver un travail et grâce à eux, je travaille désormais au sein d’une merveilleuse institution que j’aime.»

 

Partager

Lire des articles sur un thème similaire

Articles similaires