À Lethbridge, les croissants font des heureux

Écrit par : Le Franco

21 décembre 2022

Mots-clés :
Article écrit par Jacqueline Boudine – Journaliste

.

À Lethbridge, une nouvelle odeur de pain frais plane dans l’atmosphère du matin. Elle provient de la boulangerie The Little Bakehouse qui a ouvert ses portes en septembre dernier. Ses propriétaires, Marjolaine Guignard et Dorian Mak, y ont mis tout leur cœur. Originaires respectivement de la Franche-Comté et du sud de la France, les jeunes trentenaires sont installés en Alberta pour y rester.

.

Après une belle rencontre sur l’île de la Réunion où ils ont vécu trois ans, Marjolaine et Dorian désirent changer de vie, mais aussi de carrière professionnelle. Ils cherchent «un projet commun, une certaine indépendance». Après des mois de réflexion, ils choisissent le Canada comme destination.

.

Dorian y était allé lors d’un voyage scolaire et avait gardé un souvenir impérissable de sa famille d’accueil. Marjolaine, pour sa part, a toujours eu beaucoup de curiosité pour ce pays. Après de nombreuses réflexions, ils décident d’y ouvrir une boulangerie.

.

Il leur faut toutefois faire escale en France pour entamer les démarches d’immigration. Dorian suit alors une formation professionnelle de six mois à l’Institut National de la Boulangerie Pâtisserie de Rouen, en Normandie, avant le grand départ.

.

De Chicoutimi à Lethbridge

Ils s’installent chez la sœur de Dorian, à Chicoutimi, au Québec en janvier 2015. Il acquiert de l’expérience comme boulanger, alors que Marjolaine est adjointe administrative dans une entreprise locale. Ensemble, ils prennent le temps de mûrir la prochaine étape. Ils acquièrent leur résidence permanente, étudient les possibilités financières d’un tel projet et se lancent enfin, six ans plus tard, avec enthousiasme et le désir d’explorer une province anglophone.

.

Cap à l’ouest! Le repérage en Alberta commence dès 2019 et les mène rapidement à Lethbridge. En effet, cette ville de cent mille habitants sans boulangerie française répondait à un grand nombre de leurs critères et un petit plus… «Un coup de cœur pour la ville» finit de les convaincre.

.

«Un coup de cœur pour la ville.» Marjolaine Guignard
Passé la nouveauté et l’enthousiasme, il faut prendre ses marques, trouver le local idéal, organiser les travaux, faire face aux contraintes d’approvisionnement en équipement en provenance de France, s’accommoder de la volatilité des prix en ces temps incertains et chercher du financement. Mais rien ni personne n’a pu entamer leur détermination.

.

Avec le recul, ils réalisent qu’ils ont fait le bon choix. La ville de Lethbridge les attendait. Le couple admet avec joie, «nous sommes surpris de l’engouement, c’est au-delà de nos espérances». À commencer par la communauté francophone qui se réjouit, mais The Little Bakehouse est aussi en passe de créer de nouvelles habitudes de consommation auprès des non-francophones.

.

Une clientèle qui s’attache

Marjolaine se remémore avec plaisir – et encore un peu surprise – de «la folie des croissants» des premières semaines. «Nous avons même dû limiter le nombre de croissants par clients!» Il semble d’ailleurs que la qualité et le goût soient au rendez-vous puisqu’une grande partie de leur clientèle leur est fidèle.

.

«Nous avons même dû limiter le nombre de croissants par clients!» Marjolaine Guignard

.

Derrière le pétrin, Dorian aime mettre en valeur l’art du bon pain à la française et Marjolaine se fait un plaisir de partager son amour pour leurs produits. À la vente, à la comptabilité et aux communications, elle fait valoir ses études dans le milieu bancaire, alors que Dorian s’est totalement éloigné des siennes puisqu’il a étudié en informatique.

.

Et si l’aspect linguistique était un défi, l’incertitude à converser en anglais contribue au charme et au succès de l’entreprise. «Je me débrouillais en anglais, mais je stressais un peu. Les clients sont compréhensifs et super cool».

.

.

The Little Bakehouse est un lieu intimiste et coloré pour se régaler. Crédit : Courtoisie

The Little Bakehouse est un lieu intimiste et coloré pour se régaler. Crédit : Courtoisie

.

.

Marjolaine l’avoue, ce changement de carrière professionnelle n’est pas de tout repos, mais elle le trouve passionnant. Aujourd’hui, ils passent près de 50 heures par semaine dans leur petite entreprise. Marjolaine en plaisante, «quand j’y repense, c’était si éloigné de ce qu’on faisait!»

.

Le couple espère d’ailleurs embaucher prochainement une vendeuse pour soulager Marjolaine qui se prépare à l’arrivée de leur deuxième enfant en mars prochain. Et puisque le succès, à n’en pas douter, va croître dans les prochains mois, ils espèrent aussi trouver un boulanger pour enrichir la gamme de viennoiseries ainsi qu’un pâtissier, à plus long terme, pour offrir une gamme de pâtisseries diversifiées.

.

Un lieu pour grignoter sans modération

Cette petite boulangerie intimiste vous propose de nombreux pains, tous au levain. Du seigle aux diverses graines, dont celles de citrouille ou d’épeautre, les miches vous attendent, sans oublier, bien sûr, l’emblématique baguette.

.

Et disons-le… une boulangerie sans viennoiserie n’est pas une boulangerie! Vous pourrez donc y goûter les fameux croissants au beurre ou aux amandes qui ont fait la réputation de l’endroit, aux brioches tressées, aux pépites de chocolat ou aux raisins et d’autres gourmandises appétissantes.

.

.

Pour l’heure du dîner, si vous passez par là, prenez le temps de goûter leurs sandwichs à la composition teintée de nostalgie pour les Français et d’exotisme pour les palais moins initiés. Du classique jambon brie ou au thon mayonnaise en passant par celui dédié aux carnivores, garni de poulet rôti sur place et de mayonnaise maison, vous aurez le choix de l‘emporter ou de le déguster sur place.

.

Car s’il y a bien un atout auquel Dorian et Marjolaine sont attachés, c’est d’offrir des produits de grande qualité et fait avec des ingrédients locaux, si possible. «La farine biologique nous coûte deux fois plus cher que la farine régulière, mais c’est important pour nous, la qualité.» Ils s’approvisionnent non loin de chez eux, en Alberta et en Saskatchewan. Et dès les premières heures de la matinée, la fournée est à vous, il est temps d’apprécier!

.

.

.

.

Partager

La francophonie albertaine vous intéresse?

Nous aussi.

Abonnez-vous gratuitement à notre infolettre pour recevoir chaque deux semaines un concentré de nos meilleures histoires!