«Ce programme ne répond pas aux besoins des enfants»

Écrit par : Vous

15 avril 2021

Mots-clés : ,

Ces pages sont les vôtres. Le Franco souhaite donner la possibilité aux lecteurs d’exprimer leurs opinions. Cette semaine, Liane Proulx, enseignante à l’école élémentaire Ardrossan et mère d’élève, publie cette lettre ouverte adressée au gouvernement provincial dans laquelle elle dénonce certains points de l’ébauche du nouveau programme scolaire publié le 29 mars dernier.

Je vous écris aujourd’hui en tant qu’enseignante et parente inquiète. Je vous écris pour exprimer ma frustration à propos du nouveau programme d’études publié le 29 mars 2021 par le gouvernement albertain qui ne reflète pas un système d’éducation de qualité et ne répond nullement au mandat de l’éducation francophone. 

Je demande au gouvernement de suspendre toute tentative de mise en œuvre ou de pilotage du programme d’études dans le système francophone afin de travailler en étroite collaboration avec les autorités scolaires et experts-conseils francophones, pour adresser les lacunes quant aux besoins culturels et identitaires uniques des élèves francophones.

En général, ce programme d’études ne reflète pas une pédagogie appropriée au développement et ne tient pas compte des capacités des élèves. Le programme d’études est fortement axé sur la mémorisation des faits et n’accorde aucune importance à l’utilisation de ces faits de manière significative. De plus, ce programme ne répond pas aux besoins des enfants de communautés de langues officielles en milieu minoritaire sur le plan culturel et construction identitaire. Dorénavant, le curriculum abandonne les valeurs canadiennes telles que la communauté, la citoyenneté et la diversité. 

Il y a une absence de contenu sur l’histoire autochtone, particulièrement l’histoire autochtone de l’Alberta et ses communautés existantes. Il y a aussi l’absence de l’histoire du Canada, y compris comment différentes communautés peuvent avoir des perspectives entièrement différentes et légitimes sur les mêmes événements historiques. Il faudrait ajouter davantage de contenu sur les droits des LGBTQS et autres minorités. Il faudrait aussi inclure l’enseignement aux élèves des compétences nécessaires à la recherche, à la compréhension, l’évaluation et l’analyse critique, et à l’utilisation de sources crédibles.

En regardant certaines matières et résultats d’apprentissage spécifiques, je suis inquiète que le programme d’études sociales est trop axé sur l’histoire américaine, il n’est pas adapté au développement des élèves et contient des perspectives préoccupantes qui nourrissent la stigmatisation et l’exclusion d’autrui. De plus, le programme est trop dense pour être traité en une année, en particulier à certains niveaux et n’aide pas les élèves à développer leurs compétences année après année. Dorénavant, le programme d’études sociales contient des discussions sur l’esclavage qui sont dégradantes et demande aux élèves d’apprendre le slogan du Klu Klux Klan, qui n’est pas une pédagogie appropriée au développement des jeunes. 

Le programme de mathématiques contient trop de concepts abstraits pour les élèves de certains âges et comporte des résultats qui ne sont pas alignés de manière continue d’une année à l’autre. Également, le programme de mathématiques inclut des erreurs significatives comme la référence à « des unités canadiennes » au lieu de faire la différence entre les unités de mesure métriques et impériales.

Le programme de Français confond la langue et la culture et suppose que la construction identitaire peut être réalisée de manière organique par la lecture, l’écriture et la conversation. 

Aussi, le programme de Français suggère beaucoup d’œuvres qui ne sont pas appropriées au développement de l’enfant ET surtout qui sont des traductions d’une autre langue (souvent l’anglais). Il existe de nombreux écrivains francophones au pays et ailleurs dans le monde pour ne pas avoir à se fier à des traductions.

En tant que francophone, je suis déçue que le programme ne valorise pas la construction identitaire au sein d’une francophonie plurielle en milieu minoritaire, car il n’intègre pas le développement culturel et la construction identitaire dans les activités régulières de la classe. Ce programme représente un retour en arrière par rapport à la promesse d’intégration des perspectives francophones au sein de toutes les matières.

Le gouvernement UCP avait promis de développer le curriculum simultanément en anglais et en français. Ce que je constate c’est que le nouveau programme d’études semble avoir été une traduction, avec bien des erreurs de vocabulaire. Encore un exemple de recul face au curriculum existant.

Veuillez transmettre mes préoccupations et les détails spécifiques inclus dans ma lettre à la ministre LaGrange et au premier ministre Kenney.

Je souhaite que le conseil scolaire prenne position publique sur ce dossier, en solidarité avec les autres conseils scolaires de la province afin d’exiger une nouvelle refonte du programme d’études.

J’attends votre réponse avec impatience.

Cordialement,

Liane Proulx

Partager

Articles similaires