« QUI ES-TU ? »

Écrit par : Nahida Mohamadou

13 mai 2021

Nahida Mohamadou est la chroniqueuse poésie du Franco. Crédit: capture d'écran

Qui es-tu ? Euh… D’où viens-tu alors ? Euh… Bon, que fais- tu dans la vie ? Euh… ”. Ayant déménagé et voyagé à de nombreuses reprises, j’ai souvent eu à confronter ces questions. Certaines personnes les posent de manière anodine tandis que d’autres essaient de vous déstabiliser. Il semble difficile, voire impossible de trouver une réponse à ces questions. Néanmoins, existe-t-il une convention qui nous obligerait à se définir en un mot ? Négatif. Tu es plusieurs choses à la fois. Recommençons !

Qui es-tu ? Je suis la fille de mes parents, mais aussi la sœur de mes frères. Je suis une élève, mais je suis aussi une future étudiante. Je suis mes qualités, mais je suis aussi mes défauts. D’où viens-tu ? Je suis née en Afrique, j’ai vécu en France et au Canada, mais je suis aussi une fille de la Terre. Que fais- tu dans la vie ? Je me bats tout en me découvrant chaque jour. Je m’amuse tout en prenant en compte mes responsabilités”. Et vous, qui êtes-vous ? 

C’est pour cela que je vous propose cet extrait de poème qui nous prouve que l’on peut se définir de mille et une façons. 

Qui es-tu ?” est un poème du poète, auteur-compositeur chanteur et guitariste camerounais, Francis Bebey qui est décédé en 2001 à l’âge de 72 ans. Ce personnage a su mêler poésie et musique afin de produire des œuvres époustouflantes. Dans ce poème, un certain Mamadi est interrogé par un inconnu. Tout d’abord, la répétition de “Je suis” à chaque paragraphe permet d’insister sur les différentes facettes de Mamadi. Ce dernier se définit comme le fils de son père mais aussi comme un griot. Malgré l’insistance de son interlocuteur, Mamadi n’a pas peur ou honte de répondre aux questions : “m’entends-tu ?”. Aussi, on constate, avec la comparaison “comme l’était mon père”, que se définir peut tout simplement passer par une ressemblance avec une autre personne inspirante. Ici, cette ressemblance fait la fierté de Mamadi.

Alors, chers/ères lecteurs/trices, soyez fiers de vous-même et n’essayez pas de vous définir en un mot, il vous sera difficile. Essayez plutôt de jouer sur votre versatilité. Enfin, si vous n’arrivez toujours pas à vous définir, raisonnez à l’inverse : “Je suis ce que je ne suis pas”.  Bonne chance !

 

Qui es-tu ?

Francis Bebey

Qui es-tu ?

Je suis Mamadi, fils de Dioubaté.

D’où viens-tu ?

Je viens de mon village.

Où vas-tu ?

À l’autre village.

Quel autre village ?

Quelle importance ?

Je vais partout, là où il y a des hommes,

C’est ainsi ma vie.

 

Que fais-tu dans la vie ?

Je suis griot, m’entends-tu ?

Je suis griot, comme l’était mon père,

Comme l’était le père de mon père,

Comme le seront mes enfants

Et les enfants de mes enfants.

Je suis griot pour vivre comme aux temps anciens

Des feux de joie et des danses rituelles

Et chanter les hauts faits du vaillant guerrier

Et la bonté du riche

Qui laisse son miel couler dans ma calebasse

Et son mil joncher le sol de ma case.

Je suis griot, m’entends-tu ?

[…]

Je suis enfant de Guinée,

Je suis fils du Mali,

Je sors du Tchad ou du fond du Bénin,

Je suis enfant d’Afrique…

[…]

 

«Quand Baudelaire rencontre Hippocrate…»

Toute l’équipe du journal Le Franco remercie Nahida Mohamadou pour son talent et sa passion pour la poésie. Nous lui souhaitons bonne chance pour son retour en France et ses nouvelles aventures à la Faculté de médecine.

Partager

Lire des articles sur un thème similaire

Articles similaires