Des artisans de l’excellence et des sages

Écrit par : Le Franco

1 avril 2021

L’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) a révélé le 11 février dernier les récipiendaires des Prix d’excellence 2020 ainsi que les personnes intronisées à l’Ordre des sages de la francophonie albertaine. Ces individus ont été récompensés pour leur dévouement envers la communauté franco-albertaine ainsi que pour leurs qualités exceptionnelles et leur vision, promeut l’association porte-parole de la francophonie. Mais alors, qui sont-ils ?

Prix d’excellence :

Prix Au service de ma francophonie (Engagement professionnel) 

Angelina Gionet 

Cette passionnée a commencé à s’impliquer dans sa communauté il y a de cela très longtemps. Lorsqu’elle vivait au Nouveau-Brunswick, elle s’est battue pour l’équité salariale et a réussi, en 1985, à l’obtenir. Elle déménage par la suite à Fort McMurray, en Alberta, et devient directrice de l’ACFA de Wood Buffalo jusqu’en 2017.

Sylvie Thériault 

Enseignante de profession, Sylvie, 54 ans, est devenue en 2011 directrice du Regroupement artistique francophone de l’Alberta (RAFA), qui est au service des artistes et des organismes artistiques et culturels. Elle dit que recevoir un Prix d’excellence l’a profondément émue. Aujourd’hui, Sylvie souhaite qu’elle et la communauté continuent de travailler de concert afin de promouvoir la culture et les arts franco-albertains.

Prix Roger-Motut (Histoire et littérature) 

Élyse Chartrand-Déry

Pour Élyse Chartrand-Déry, l’obtention du Prix d’excellence est due à l’accumulation d’une multitude d’actions. Ayant débuté comme enseignante de chant, elle s’intéresse rapidement à la recherche et écrit une biographie historique sur Maurice Beauregard.

Prix Pierre-Bergeron (Jeunesse) 

Antoine Boussombo

Très impliqué auprès des jeunes franco-albertains, Antoine Boussombo affirme que 2020 a été « une année flottante » en ce qui concerne le bénévolat. Dans les années antérieures, il a été très présent dans le milieu du sport, étant lui-même un athlète sprinteur de renommée internationale. Recevoir un prix lui a fait réaliser que certaines personnes avaient remarqué sa dévotion, une agréable surprise qui le pousse davantage à aider sa communauté.

Prix Dulari-Prithipaul (Immigration) 

René Vincent Thsibula

René aide les nouveaux arrivants à passer au travers du processus d’immigration et à s’intégrer dans notre société. En plus de cela, il dirige Alta TV, qui est une chaîne de télévision communautaire anglophone. Il est le président du CANAVUA, un organisme qui a œuvré en 2020 pour créer une cantine communautaire destinée aux plus défavorisés.

Prix Marguerite-Dentinger (Développement communautaire)

Herman et Brigitte Poulin 

Le premier est un artiste né au Québec, et la seconde est originaire de Saint-Paul en Alberta. Ils croient que le succès du développement communautaire ne se mesure pas au nombre de personnes qui participent, mais plutôt au nombre de petits groupes qui travaillent à rendre leur communauté meilleure. Ils appliquent cette philosophie dans tout ce qu’ils entreprennent, autant dans le milieu artistique que communautaire.

Prix Maurice-Lavallée (Éducation) 

Ernest Piquette 

Président de l’ACFA de Saint-Paul, Ernest s’implique énormément auprès des membres de sa communauté. Il se dit heureux que les gens se souviennent de sa contribution à cette dernière. Il a mis en place de nombreuses activités virtuelles afin de permettre aux Franco-Albertains de profiter de leur francophonie malgré la pandémie. Les aînés peuvent même participer en s’enregistrant en train de raconter leurs histoires ainsi que leurs gestes ayant bénéficié à la francophonie.

Prix Guy-Lacombe (Service à la communauté)

Maryse Champagne

Généreuse de nature, Maryse Champagne est bénévole de sa communauté de Fort McMurray depuis qu’elle y a déménagé en 2013. Après les inondations en avril dernier, elle a représenté et soutenu les francophones en plus d’être maintenant directrice générale de l’ACFA régionale de Wood Buffalo. Malgré les difficultés que les Franco-Albertains doivent affronter, elle espère de tout cœur pouvoir continuer à promouvoir le français dans cette province majoritairement anglophone.

Prix Jean-Paul-Bugeaud (Santé et bien-être)

Dr Michelle Dion

Durant la dernière année, Michelle Dion, en plus d’être médecin, s’est donné pour devoir d’informer les Franco-Albertains sur leur santé. Sur la chaîne YouTube éduc-franco-santé, elle publie régulièrement des vidéos en collaboration avec le Campus Saint-Jean ayant pour but d’instruire, en français, sur divers aspects du corps humain.

Ordre des sages :

Région de Rivière-la-Paix

Jeanne D’Arc Mailloux  

Établie en Alberta depuis 1988, Jeanne est bénévole pour divers organismes depuis plus de 30 ans. Durant la pandémie, elle a mis sur pied un service de lettres pour les aînés, qui consistait en des messages quasi quotidiens contenant des histoires et des mots gentils afin de leur remonter le moral. De ces mots, cette intronisation a été surprenante : « je ne sais pas encore comment réagir à ça ».

Région de Bonnyville/ Cold Lake

Yvonne Chartrand 

Infirmière, Yvonne a travaillé à l’hôpital Saint-Louis pendant près de 50 ans. Dévouée, elle participe encore à la chorale francophone de la paroisse Saint-Louis en plus de gérer les repas du Club de l’Aurore, à Bonnyville.

Région de Saint-Paul :

Rémi St-Arnault 

Ayant quitté l’école au jeune âge de 15 ans pour travailler à la ferme, Rémi St-Arnault fait preuve d’ambition ! Passionné et fervent protecteur de la langue française, il devient président de l’ACFA de Saint-Paul dans les années 80 et participe à la fondation du Centre culturel francophone de Saint-Paul (détruit en 2016).

Hubert et Pauline Landry

Modestes, Hubert et Pauline disent qu’ils n’ont pas aidé leur communauté afin d’être membres de l’Ordre des sages. Pauline affirme qu’ils ont seulement « vécu leur vie selon leurs convictions ». Enseignant établi en Alberta depuis 1975, Hubert a d’abord rejoint un groupe de jeunes danseurs folkloriques tout en étant le directeur artistique de la troupe. Madame Landry, quant à elle, a créé un jardin pour les enfants francophones et fait partie de la troupe de danse qui se nomme « Les blés d’or ».

Région de Calgary

Anne-Marie Boucher

Anne-Marie, d’origine québécoise, décide de définitivement s’installer en Alberta en 1996 après avoir travaillé comme enseignante dans la province durant les années précédentes. Titulaire d’un baccalauréat en éducation, elle se fait un devoir de s’impliquer dans l’enseignement de ses enfants. Cette volonté l’encourage à devenir présidente du Conseil scolaire FrancoSud en 2004. Pour le futur, elle espère notamment que les jeunes auront accès à l’apprentissage en français afin « qu’ils apprennent l’importance de la langue ».

Région de Wood Buffalo

Léo et Erin Parent

À Fort McMurray, l’absence d’école francophone a poussé Léo et Erin Parent à s’impliquer dans un comité afin que les jeunes puissent avoir accès à une éducation en français. Madame Erin s’est énormément engagée ; elle a été membre de nombreux conseils scolaires et bénévole à l’école Boréale. Pour eux, cela a été une surprise d’être intronisés, mais leurs efforts reconnus poussent Léo à s’impliquer davantage.

Région de Centralta

Steve Daigle

Venu s’établir en Alberta en 2005, Steve a fortement contribué à l’épanouissement de la francophonie dans sa région. En effet, faisant partie de l’ACFA de Centralta, il planifie une activité d’Halloween qui s’intitule « La maison hantée » ainsi qu’une autre de Cabane à sucre, qui deviennent rapidement reconnues et aimées des jeunes. M. Daigle espère que les jeunes pourront étudier en français dans le futur, et il continue à s’impliquer afin de faire avancer les choses en ce sens.

 Région de Canmore/Banff

Sylvie Grégoire et Jean-François Gouin 

Albertains depuis maintenant plus de 30 ans et propriétaires du restaurant Chez François, Sylvie Grégoire et Jean-François Gouin sont des piliers de la communauté franco-albertaine dans la Vallée de la Bow. Journaliste à ses heures perdues et membre du Conseil de développement économique de l’Alberta (CDÉA), Sylvie fait du bénévolat pour plusieurs organismes afin de contribuer à l’épanouissement de la francophonie.

Région de Lethbridge

François Eudes 

Selon François Eudes, ses plus grandes réalisations sont celles en lien avec le développement et l’épanouissement de la francophonie en Alberta. Concrètement, en tant que président de l’ACFA de Lethbridge, il s’est assuré que les projets de construction de la Médiathèque francophone et du Centre scolaire communautaire francophone de Lethbridge voient le jour.

Partager

Articles similaires