Fort McMurray: les militants conservateurs désavouent la candidate imposée par le parti

Écrit par : Gabrielle Beaupré

25 août 2021

Mots-clés : ,
Laila Goodridge, candidate pour le Parti conservateur du Canada dans la circonscription de Fort McMurray - Lac La Biche. Crédit: Courtoisie

Pris par surprise par la candidature de Laila Goodridge, le conseil d’administration de l’Association de la circonscription électorale conservatrice de Fort McMurray-Cold Lake ne l’appuie pas et ne la reconnaît pas. Les militants conservateurs déplorent avoir été forcés par le parti sur ce choix sans équivoque.

Une journée à peine après le retrait de la vie politique du député fédéral conservateur David Yurdiga, le parti conservateur du Canada annonce sa remplaçante : Laila Goodridge. Jusqu’alors députée conservatrice provinciale, elle devient de facto la nouvelle candidate aux élections fédérales pour représenter le oil patch.

Le problème qui se pose ici, c’est l’absence de course à l’investiture. L’association de la circonscription électorale conservatrice de Fort McMurray-Cold Lake dénonce ouvertement cette situation. L’association est composée de personnes travaillant bénévolement pour le Parti conservateur.  Normalement, en campagne électorale, ils appuient et soutiennent activement le candidat de la circonscription.  

Or, au jour 8 de la campagne, les électeurs de la région cherchent encore les affiches électorales de Laila Goodridge. Cette dernière fait campagne principalement sur Facebook, Twitter et Instagram en publiant les événements auxquels elle prend part dans la communauté.

Atteinte à la démocratie”

«Cette nomination porte gravement atteinte aux valeurs fondamentales des conservateurs et au droit constitutionnel de chacun à la démocratie», déclare l’association par communiqué. En fait, aucune consultation ni discussion n’a eu lieu concernant  la décision de nommer rapidement Laila Goodridge comme la nouvelle candidate du Parti conservateur du Canada dans le comté de Fort McMurray – Lac La Biche. 

Les militants conservateurs soulignent que cette décision a privé les membres du parti de la circonscription de choisir leur nouveau représentant de façon démocratique. «De nombreux candidats qualifiés n’ont pas eu l’occasion de se présenter et leurs opinions conservatrices n’ont pas été examinées par le conseil local». 

Suite à l’annonce du départ David Yurdiga, l’association conservatrice affirme avoir reçu «des demandes de dossiers de nomination de la part de plusieurs candidats remarquables et crédibles». Le conseil d’administration a alors commencé à faire les démarches pour «lancer le processus de nomination».

Le journal Le Franco a contacté Laila Goodridge ainsi que le Parti conservateur du Canada, mais ils n’ont pas donné suite à nos demandes d’entrevue.

Château fort conservateur, à la dernière élection, David Yurdiga a gagné son élection avec près de 80% des votes. Si bien que les autres autres partis ne la priorisent pas cette circonscription cette année. En dépit des tensions manifestes qui animent les conservateurs dans la région, ni les libéraux, ni néo-démocrates n’ont encore annoncé officiellement leurs candidats. 

Appréciée dans sa communauté

Bilingue, Laila Goodridge a été députée conservatrice au provincial pour la circonscription de Fort McMurray – Lac La Biche de 2018 jusqu’à l’annonce de son saut en politique fédéral. Elle y a également tenu le rôle de secrétaire parlementaire à la francophonie. 

Son départ de la politique provinciale attriste le président de l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) Régionale de Plamondon – Lac La Biche, Francis Lamoureux. «Elle était présente pour la communauté». 

Il se souvient notamment de sa participation lors de la levée du drapeau franco-albertain. Elle s’est adressée, en français, aux élèves de l’école Beauséjour en soulignant la place importante de la francophonie dans sa vie. 

L’ancienne secrétaire parlementaire à la francophonie a été également l’hôte de Jason Kenney, le Premier ministre de l’Alberta lors d’une visite guidée de la région. Elle lui a montré certains attraits touristiques dont La Mission de Lac La Biche, un lieu historique national. 

«On perd un bastion francophone au sein du gouvernement Kenney», déclare Francis Lamoureux. Il espère que son prochain député parlera lui aussi français. 

Partager

Lire des articles sur un thème similaire

Articles similaires