Passeport, l’autre départ

Écrit par : Vienna Doell

6 novembre 2022

Robert Suraki Watum, dramaturge, poète et écrivain. Crédit : Vienna Doell
Récipiendaire du prix d’excellence Roger-Motut (histoire et littérature) 2022 décerné par l’ACFA, Robert Suraki Watum est une force dans le théâtre franco-albertain. Sa pièce Passeport sera présentée dans le cadre de la 30e saison de L’UniThéâtre, à Edmonton, pendant le Mois de l’histoire des Noirs, du 22 au 26 février 2023.

.

Né au Congo, ce poète et écrivain a longtemps été impliqué dans le théâtre. «Il n’y avait que L’UniThéâtre à La Cité francophone et je me trouvais le seul Noir dans la salle plusieurs fois», plaisante Robert.

.

D’ailleurs, son travail dans le domaine du théâtre n’a pas débuté dans la francophonie albertaine, mais plutôt dans son pays d’origine. Là où les histoires de «la vie en société» nourrissent la scène.

.

«L’inspiration, c’était beaucoup plus la société, les relations, la politique…» Robert Suraki Watum

.

«L’inspiration, c’était beaucoup plus la société, les relations, la politique…», explique-t-il. Avec peu de salles de théâtre disponibles pour y présenter des œuvres, beaucoup d’acteurs et écrivains ont participé à la scène artistique «juste pour s’assumer» et pour livrer un message parfois risqué.

.

Robert Suraki Watum se souvient avoir écrit Trop tard en 1991. «C’était au sujet du régime.» Il y critique celui de l’ancien président Mobutu Sese Seko, son pouvoir autocratique (1965-1997), la corruption et les difficultés économiques du pays. La pièce a été vue d’un mauvais œil par «certains membres de la division présidentielle». Le Congolais a été très vite «victime de la dictature de l’époque», subissant harcèlement et persécution.

.

«Un passeport, c’est pour partir»

Cette expérience alarmante au Congo n’a pas empêché le dramaturge de poursuivre sa passion du théâtre au Canada. Depuis qu’il est à Edmonton, Robert Suraki Watum est aussi membre du conseil d’administration de L’UniThéâtre.

.

Écrivain, l’artiste est aussi connu par le public franco-albertain pour ses scénarios basés sur des récits d’immigration. Refuge, l’une de ses pièces de 2016, raconte «le parcours des immigrants» et se concentre surtout sur ce qui s’est passé depuis son départ du Congo. «Comment est-ce que cela s’est passé? Est-ce que l’on était libre? Comment est-ce qu’on est arrivés?»

.

.

L'affiche de Passeport par Camille Paris. Crédit : L’UniThéâtre

L’affiche de Passeport par Camille Paris. Crédit : L’UniThéâtre

.

.

Passeport, la pièce mise en scène cette saison par l’auteur lui-même, est la suite de Refuge. Elle relate cette fois-ci des faits antérieurs à l’exil. «Il y aura une partie qui raconte quand la personne se trouve dans son pays d’origine et puis après quand il prend la décision de partir», explique Robert Suraki Watum.

.

Il ajoute qu’un «passeport, c’est pour partir». Il faut alors comprendre ce geste. «Partir, c’est quoi? C’est quitter tout ce qu’ on a… qu’est-ce qu’on découvre?»

.

«Partir, c’est quoi? C’est quitter tout ce qu’ on a… qu’est-ce qu’on découvre?» Robert Suraki Watum

Des ingrédients pour une mise en scène réussie

Afin de raconter la complexité de ces vies destinées à l’exil, l’artiste n’est pas monocorde. Il puise dans le récit de huit individus de la communauté qui ont partagé leur histoire et les met en scène. Une première pour l’artiste.

.

Chaque témoin de cet exil joue son propre rôle. Même si sa pièce se veut «à saveur documentaire» et basée sur des événements véridiques et actuels, l’écriture des dialogues ne se résume pas à un mot pour mot. «J’ai inventé de petites choses ici et là», s’amuse-t-il.

.

«Le théâtre, c’est un peu comme préparer une sauce. Pour que les gens l’aiment, il faut ajouter des ingrédients», illustre l’écrivain, sans oublier d’y incorporer de la musique.

.

.

Il ajoute que lorsque Steve Jodoin, directeur artistique et codirecteur général de L’UniThéâtre, lui a «demandé de faire la mise en scène», Robert a accepté avec beaucoup de plaisir. «J’ai toujours rêvé de faire quelque chose dans ce sens.»

.

Finalement, il aime à dire que «le théâtre, c’est pour tout le monde» et espère que les Franco-Albertains s’identifieront à ses pièces et que «les histoires leur ressemblent». Il évoque la place de la diversité dans le théâtre et assure que «les gens viennent» aussi pour cela.

.

C’est quoi le théâtre documentaire?

C’est un style de théâtre, connu aussi sous le nom de docudrame, qui utilise des sources authentiques pour créer le texte. Cela peut être des événements politiques, des entrevues ou d’autres documents politiques ou juridiques. Parfois, le dialogue de la pièce est un peu modifié par rapport à la documentation authentique.

Partager

La francophonie albertaine vous intéresse?

Nous aussi.

Abonnez-vous gratuitement à notre infolettre pour recevoir chaque deux semaines un concentré de nos meilleures histoires!