La francophonie et la discrimination francophone en Alberta

Écrit par : Jeunes Plumes

21 mars 2022

Crédit : Islander Images / Unsplash.com
Ilan Kouamé – Jeune plume
École Boréale – 8e année

Il est important de parler beaucoup de langues en Alberta. Ceci permettra à d’autres personnes qui ne parlent pas l’anglais de pouvoir vivre en Alberta. Dans ce journal, je veux faire la promotion du français afin de permettre aux Franco-Albertains qui sont intimidés de parler fièrement la langue française dans la belle province de l’Alberta.

Comme vous le savez, en Alberta, il y a une compagnie francophone qui s’appelle l’ACFA, ce qui veut dire Association canadienne-française de l’Alberta. Son but est de donner aux francophones de la province de l’Alberta un moyen de se réunir et de créer une communauté vivante en Alberta. L’ACFA a été créée en 1995. Ça fait 27 ans que cette association a été créée.

En Alberta, il y a beaucoup de francophones, un total de 268 615 Albertains et Albertaines, 19% de la population de l’Alberta en tout. À Edmonton, il y a beaucoup de francophones qui se sont bien débrouillés pour ne pas être jugés par des anglophones. Comme tous les francophones en Alberta, ils se sentent heureux d’être dans une province anglophone parce qu’ils peuvent parler les deux langues du Canada.

Monsieur Kouame, père d’un enfant qui habite en Alberta, est un Franco-Albertain qui a vécu au moins
40 ans en Afrique, dans son pays natal, la Côte d’Ivoire. Il est venu au Canada en 2018, à Trois-Rivières, au Québec. La langue maternelle de monsieur Kouame est le français, c’est pour ça qu’il a pu s’adapter au Québec.

Plus tard, il a décidé de changer de province et il s’est installé en Alberta. C’était difficile pour lui parce que les gens à Edmonton parlaient l’anglais. Ensuite, il a décidé de se rendre dans une autre ville pour pouvoir chercher un travail francophone avec l’ACFA.

Selon monsieur Kouame, ses collègues l’entendent des fois parler en français au téléphone. Ils sont curieux d’entendre son accent anglais; ils ne se moquent pas de son accent anglophone gentil. L’Alberta a beaucoup de francophones, surtout des Africains français. Il y a en beaucoup, surtout à Edmonton : c’est la place où on trouve beaucoup d’Africains français; il y a une grande communauté africaine.

Concernant les problématiques des Français installés en Alberta, ce n’est pas un problème parce que ça peut les rendre franco-albertains et ils peuvent être heureux d’être en Alberta. Techniquement, les anglophones ne jugent pas les francophones en Alberta parce qu’ils savent que c’est une des langues du Canada.

Les Franco-Albertains africains ne sont pas jugés aussi parce qu’ils ont beaucoup fait pour l’Alberta. Ils ont aidé à agrandir le nombre de la population franco-albertaine. Puis, des écoles francophones sont nombreuses en Alberta, surtout à Edmonton. C’est là-bas qu’on trouve les conseils scolaires Centre-Nord, Centre-Est et Nord-Ouest qui dirigent de nombreuses écoles francophones de l’Alberta dans les villes comme Edmonton, Fort McMurray et Grande Prairie.

Aussi, la ville où il y a beaucoup d’écoles francophones doit être Edmonton avec 20 écoles francophones. Dites-moi, penseriez-vous cela si vous voyez des francophones qui se parlent en français?

Petite rectification pour tous :

L’Association Canadienne Française de l’Alberta, régionale de Wood Buffalo a été officiellement fondée en 1980. Son but est de promouvoir le bien-être culturel, intellectuel, social et économique des francophones. Depuis plus de 30 ans, elle est au service de la communauté francophone (estimée à environ 7% de la population de Wood Buffalo-Cold Lake). Source : ACFA régionale.

****
Nos jeunes plumes en sont à leurs débuts. Ils nous ont offert un travail remarquable et une participation incroyable.
Toute l’équipe du journal Le Franco est très fière de les avoir formées et de leur offrir un espace pour exprimer leurs talents.
Comme ces articles ne sont pas signé par les journalistes du Franco, leur contenu n’a donc pas été vérifié de façon indépendante comme l’usage le veut.
****

Partager

La francophonie albertaine vous intéresse?

Nous aussi.

Abonnez-vous gratuitement à notre infolettre pour recevoir chaque deux semaines un concentré de nos meilleures histoires!