Plumes Jeunesse, photoreportages: Un défi auquel fait face ma ville (partie 2 – 1/2)

Écrit par : Jeunes Plumes

18 novembre 2022

.

.

La pollution de l’air à Edmonton

Plusieurs industries ont de la fumée qui sort du haut. Certaines usines brûlent des combustibles fossiles, par exemple le charbon. Les gaz qui sortent des usines polluent notre air et même l’environnement.

.

Ce n’est pas seulement la fumée des usines qui pollue, mais ce sont aussi les voitures, les camions, etc. qui dégagent de la fumée n’importe où. À cause de ça, plusieurs gens risquent de développer des maladies ou d’avoir des difficultés à respirer.

.

Aussi, la pollution apporte la pauvreté et ce n’est pas juste pour les zones urbaines et rurales, ça concerne aussi les changements climatiques et en conséquence ceux qui ne peuvent pas se protéger souffrent beaucoup.

.

Pour aider à prévenir la pollution de l’air et même de l’environnement, nous pouvons plutôt construire des usines dans des endroits moins peuplés, réduire les déchets, etc.

.

SVP, lutte contre la pollution!!!

.

.

.

.

Dalanda Bah – école À La Découverte – 7e année

.

L’avis de la spécialiste en urbanisme, Maude Le Brun:
Bravo à Dalanda Bah qui parle de l’injustice environnementale.

.

.

Maisons abandonnées en plein cœur de la ville

Il y a quelques années, ces logements du quartier Keyano ont été fermés. Ils ont été fermés, car un poison nommé amiante (asbestos) a été trouvé dans ces appartements, donc tout le monde a dû sortir.
L’amiante était dans l’isolation (insulation) et a commencé à sortir par les murs avec le temps.
Sur les portes, on dit que le confinement de l’amiante serait temporaire, mais cela fait des années et seulement quelques bâtiments ont été rénovés et déclarés en toute sécurité.
Il reste encore de l’espace pour d’autres gens, mais le poison doit encore être enlevé.

.

.

.

.

.

.

Shiloh Leger – école Boréale – 9e année

.

.

Le fléau du transport en commun

Tout d’abord, ma première photo démontre que les habitants de Fort McMurray utilisent leurs voitures pour se rendre à des endroits très près d’eux. Ceci est causé par le manque de transport en commun dans le centre-ville.

.

Ensuite, dans ma deuxième photo, on peut clairement voir mon point de vue. Les personnes veulent se rendre à certains endroits, mais ils ne peuvent pas. Ils n’ont pas le choix de prendre leur auto parce que l’autobus va seulement aux places importantes en ville (le centre sportif, le tribunal, le collège).

.

Dans ma troisième photographie, on peut observer que les personnes reviennent de la mine. C’est pour ça qu’on voit beaucoup de circulation le soir. Cela est causé par un manque de transport pour les soudeurs et ingénieurs.

.

Ma quatrième image illustre que le peuple utilise le pétrole pour presque toutes ses activités.

.

En conclusion, si on continue d’émettre plus de gaz à effet de serre, la terre s’en remettra, mais pas nous.

.

.

.

.

.

Axel Lecompte – école Boréale – 7e année

.

L’avis de la spécialiste en urbanisme, Maude Le Brun:
Axel Lecompte s’est grandement démarqué par son sujet et la profondeur de ses arguments. En effet, il apporte un nouveau regard sur la dépendance que les gens ont par rapport à l’automobile. De plus, les alternatives proposées sont très appropriées. Bravo également pour le titre percutant.

.

.

.

.

.

.

Partager

La francophonie albertaine vous intéresse?

Nous aussi.

Abonnez-vous gratuitement à notre infolettre pour recevoir chaque deux semaines un concentré de nos meilleures histoires!