Plumes Jeunesse, photoreportages: Un défi auquel fait face ma ville (partie 2 – 2/2)

Écrit par : Jeunes Plumes

19 novembre 2022

.

.

.

La pollution à Edmonton

Selon moi, le plus grand défi auquel fait face ma ville est la pollution.
La raison pour laquelle je crois qu’elle anéantit notre ville est parce que la nature et les animaux s’affaiblissent de jour en jour. La pollution est un désastre qui, en plus de tuer la nature, cause des problèmes respiratoires aux humains.
Arrêtons de polluer notre terre, car cette planète est unique et il faut la préserver.

.

.

.

.

Kenda Ebrahim – école À La Découverte – 7e année

.

La pollution visuelle d’Edmonton

Comme vous pouvez le voir, ma ville n’est pas proche d’être parfaite. Elle a beaucoup d’imperfections. Ces détails incluent la pollution de l’air et de l’environnement, des usines qui produisent des combustibles fossiles, des toxines dans l’environnement et des problèmes d’accessibilité à cause de cette pollution.
Une ville ne serait pas complète sans ces défis.

.

.

.

.

.

.

Sabria Al Jiashy – école À La Découverte – 7e année

.

.

Le nombre de sans-abris à Edmonton

Le nombre de sans-abris dans notre ville a toujours été un problème et inquiète la population qui vit au centre-ville.
Cette année, il y a toujours un manque de refuges, alors ils s’installent dans les bibliothèques, les centres commerciaux et les stations du LRT et d’autobus. Ils s’installent aussi dans les dépanneurs ou tout simplement sur les trottoirs après avoir installé des tentes.
Il est alors très dangereux de se promener au centre-ville le soir, car les rues ne sont pas sécuritaires. Plusieurs sans-abris consomment des substances intoxicantes qui peuvent présenter un danger pour les citoyens, mais presque aucune mesure n’est présente.
À cause de cela, de moins en moins de personnes se promènent au centre-ville dû à ce sentiment d’insécurité. L’image de notre ville s’amenuise rapidement.

.

.

.

.

Ayah Belquas – école Michaëlle-Jean – 8e année

.

.

L’avis de la spécialiste en urbanisme, Maude Le Brun:
Bravo à Ayah Belquas qui mentionne le sentiment d’insécurité souvent présent dans les villes.
Les images prises sont floues pour respecter l’identité des individus.

.

.

Les désagréments de notre ville

J’ai choisi de prendre ces photos, car c’est triste de voir qu’il y a des sans-abris qui ne peuvent pas se payer un toit où rester, de la nourriture à manger, etc.
Les déchets sont présents un peu partout et c’est néfaste pour l’environnement tout comme les trous qui empêchent de se déplacer correctement.
Les maisons sont trop près les unes des autres et il y a peu d’espace pour jouer à l’extérieur.

.

.

.

.

.

.

.

Alyson Roy – école Boréale – 8e année

.

.

.

.

.

Partager

La francophonie albertaine vous intéresse?

Nous aussi.

Abonnez-vous gratuitement à notre infolettre pour recevoir chaque deux semaines un concentré de nos meilleures histoires!