Vaccination obligatoire : tout n’est pas noir ou blanc

Écrit par : Jeunes Plumes

14 octobre 2021

Mots-clés : , ,
Gloria Sanouvi-Awoga

Le Franco, en collaboration avec le Conseil scolaire Centre-Nord, a lancé le projet: Plumes jeunesses au CSCN ! Des élèves de la 5e à la 12e année ont été invités à écrire des textes sur un même thème : les élections municipales.

Le but de ce projet est d’offrir aux jeunes une expérience pratique d’écriture dans un contexte réel en les affectant à rédiger un texte sous la forme d’un article.

Les élèves intéressés par le projet ont reçu une formation de l’équipe du Franco. Les meilleurs textes remporteront un total de 800$ en prix. Le Conseil scolaire Centre-Nord et le journal Le Franco sont heureux de s’associer pour ce projet qui encourage le relève locale en journalisme en Alberta tout en décloisonnant l’utilisation du français en dehors des salles de classe et dans l’espace public.

Les vaccins semblent être une des meilleures façons de combattre la COVID-19, mais une partie des citoyens d’Edmonton hésitent à se faire vacciner. Comment les candidats des élections municipales de cette année comptent-ils adresser cette problématique?

Les deux dernières années ont laissé plusieurs différents groupes de personnes bouleversées de manière diverses. Que ce soit les enfants, socialement, les adultes ou les ainés, financièrement et en termes de santé, tout le monde a été touché par la COVID-19. 

En décembre 2020, le Canada a reçu sa première cargaison de vaccins (Pfizer) combattant le virus. En juillet 2021, le gouvernement albertain s’est débarrassé de plusieurs restrictions en réponse aux vaccins qui étaient rendus accessibles. Dans les mots de Jason Kenney, nous avions finalement «le dessus sur le virus» et pouvions rouvrir la province. 

Nous avons cru à la fin de la pandémie. Nous avons eu tort. Vers la fin d’août, les cas ont commencé à grimper et n’ont pas cessé depuis. Il y a plusieurs enjeux pertinents dans les élections municipales d’Edmonton, mais celui de la COVID-19 touche tout le monde.

Avec 5175 cas actifs du virus détectés à Edmonton, la majorité des candidats se présentant au poste de maire sont en faveur des passeports vaccinaux. Pourtant, certains croient qu’obliger la vaccination serait un acte contre-productif. 

Mais pourquoi y a-t-il une telle réticence de la part des citoyens? 

De l’avis de Mike Nickel, un candidat aux élections municipales, «il y a plusieurs raisons pour lesquelles certaines personnes refusent de se faire vacciner. Il se peut qu’elle soit des raisons personnelles, religieuses, un manque de confiance dans les vaccins ou des raisons de santé (conditions médicales préexistantes)».

La vérité, c’est que cette pandémie a pris le monde entier au dépourvu et que le domaine de la science n’était pas prêt à faire face à une telle crise. Les scientifiques et les docteurs n’ont pas cessé de faire des recherches pour trouver un moyen de combattre le virus, mais en cours de chemin, les plateformes médiatiques ont véhiculé plusieurs messages erronés. 

Après deux ans de contradictions et de divulgation de fausses informations de la part de plusieurs sources d’actualités, certains ont perdu foi et préfèrent se fier à leur immunité naturelle. Ce ne sont pas les anti-vaccins qui organisent des manifestations à la porte des hôpitaux que la société cherche à atteindre. Ce sont les citoyens qui ne font pas confiance aux vaccins, ceux qui sont en bonne santé et font preuve de prudence face au virus qui circulait toujours en juillet lorsque l’Alberta s’est débarrassée des restrictions. Ils pensent que l’immunité collective est devenue un type de fixation pour le gouvernement et la société. 

Les médias ont contribué à créer un gouffre entre les vaccinés et ceux qui hésitent à se faire vacciner. C’est devenu une situation «eux contre nous», dans tous les sens. Ceci est objectivement contre-productif. M. Nickel insiste qu’il est «important de respecter les décisions prises par les autres».

Mais le meilleur moyen d’assurer la sécurité des citoyens serait-il plutôt d’instaurer la vaccination obligatoire? 

Pour Michael Oshry, un autre candidat aux élections municipales, la réponse est oui. Il promet que s’il est élu, il compte instaurer la vaccination obligatoire. Il considère la vaccination comme «une responsabilité civique».

Une autre question se pose par rapport à l’enjeu qu’est la vaccination obligatoire. On véhicule l’idée que l’immunité collective trace la route vers la victoire contre la COVID-19, mais est-ce que ce sentiment est un faux pas de la part de nos sociétés?

Gloria Sanouvi-Awoga- École Alexandre Taché – 10e année

Partager

Lire des articles sur un thème similaire

Articles similaires