Si j’étais mairesse / maire… Partie 2

Écrit par : Jeunes Plumes

17 octobre 2021

Mots-clés : ,

Le Franco, en collaboration avec le Conseil scolaire Centre-Nord, a lancé le projet: Plumes jeunesses au CSCN ! Des élèves de la 5e à la 12e année ont été invités à écrire des textes sur un même thème : les élections municipales.

Le but de ce projet est d’offrir aux jeunes une expérience pratique d’écriture dans un contexte réel en les affectant à rédiger un texte sous la forme d’un article.

Les élèves intéressés par le projet ont reçu une formation de l’équipe du Franco. Les meilleurs textes remporteront un total de 800$ en prix. Le Conseil scolaire Centre-Nord et le journal Le Franco sont heureux de s’associer pour ce projet qui encourage le relève locale en journalisme en Alberta tout en décloisonnant l’utilisation du français en dehors des salles de classe et dans l’espace public.

Si j’étais mairesse…

Tout d’abord, vous ne le réalisez peut-être pas, nous menons notre une vie à l’aide des structures qui ont été établies par notre gouvernement municipal. Les maires, qui sont des personnes qui représentent l’autorité municipale, sont responsables de planifier l’avenir pour le public. Les maires donnent beaucoup de leur temps pour s’assurer que nous menons des vies agréables dans nos villes. 

C’est alors que je me suis mis à réfléchir : si j’étais mairesse d’Edmonton, que ferais-je ? 

Le fait que nous vivons dans des circonstances habituelles avec la pandémie, c’est aussi un grand défi!  J’ai conclu que je contribuerais à réduire le nombre de sans-abri et à créer davantage d’établissements psychiatriques.

Kaylie Murangwa

Avant tout, avoir un logement adéquat et vivre en sécurité est un besoin humain fondamental. Néanmoins, près de 50 000 ménages d’Edmonton dépensent plus qu’ils ne peuvent pour se permettre en loyer. Sans compter que 2 000 Edmontoniens sont sans abri, dont plus de 200 enfants. Évidemment, ceci est un problème à régler. C’est-à-dire que je créerais des logements abordables et mettrais en place des refuges pour les sans-abri 24/7 afin de diminuer leur nombre et de mettre fin à cette crise du logement. 

D’autant plus, le Canada se classe au troisième rang mondial pour le niveau de stress, d’anxiété et de tristesse que ses citoyens adultes ont ressenti au cours de la pandémie de coronavirus. Ceci n’est pas une surprise, car par le temps que les Canadiens atteignent l’âge de 40 ans, un sur deux souffre – ou a souffert – d’une maladie mentale*. Les maladies mentales sont dues à de nombreux facteurs, mais ce problème est intergénérationnel. Le fait qu’ environ la moitié des Canadiens qui vivent un épisode dépressif majeur reçoivent des «soins potentiellement adéquats», est inacceptable. Le temps d’agir est maintenant. Je créerais plusieurs institutions psychiatriques avec de bons services et je sensibiliserais davantage à ce sujet.

En somme, je suis impatiente de résoudre des problèmes dans notre communauté, plusieurs que je n’ai pas écrits dans ce texte. En même temps que je résoudrais ces problèmes, je chercherais aussi la croissance économique. Fin de fin, si j’étais mairesse j’ai une stratégie bien réfléchie de mettre fin à la crise du logement et aider les sans-abri, et d’investir dans les services de santé mentale. Quels problèmes résoudriez-vous si vous étiez maire ?

*Source : Le Centre de toxicomanie et de santé mentale

Kaylie Murangwa – École Alexandre-Taché – 9e année

Si j’étais maire…

Si j’étais maire d’Edmonton, le gros projet que j’organiserais serait de construire des autobus qui marchent à l’énergie éolienne. Premièrement, il faudrait un emplacement pour le parc éolien où beaucoup de vent passerait. Après ça, on construirait une place où on pourrait faire charger les autobus. La prochaine étape serait de faire un modèle d’autobus qui peut contenir l’énergie éolienne.

Adam Martin

À l’intérieur de l’autobus, je mettrais des sièges chauffants qui fonctionnent par l’énergie du moteur. Il y aurait une radio à l’avant qui pourrait jouer de la musique dans tout l’autobus. Sur les roues, il y aurait des pneus faits en plastique recyclé et compacté en pneus. Les lumières seraient alimentées par la même batterie que la radio. Elles pourraient marcher par l’énergie du moteur en cas d’urgence. Le moteur pourrait fonctionner à l’essence au besoin.

Ce projet aurait plusieurs avantages. Tout d’abord, il réduirait la production de gaz à effet de serre. Ces autobus pourraient aussi remplacer les autobus à essence. De plus, la construction des autobus créerait des emplois bien payés comme des ingénieurs et des techniciens. Pour finir, un autre avantage est que ça donnerait un exemple de développement durable aux autres grandes villes canadiennes. À mon avis, ce projet serait très bon pour l’environnement et rendrait la ville d’Edmonton une ville encore plus en santé.

Adam Martin – École Sainte-Jeanne-d’Arc – 6e année

 

Si j’étais maire, je changerais ma communauté

Premièrement, si j’étais le maire de la ville d’Edmonton, je favoriserais le développement de communautés complètes en protégeant l’environnement.

Bannir les plastiques à utilisation unique

Ma première idée est de bannir les plastiques à utilisation unique une fois pour toutes. Je crois que l’environnement serait content. Je pense que si on travaille avec les grosses compagnies locales comme Shell on pourrait améliorer l’économie circulaire. Ceci ferait moins de pollution et nous gaspillerions moins. Le métal et le verre durent plus longtemps que le plastique et ça serait mieux pour l’environnement. 

Nico Lapointe

Le plastique est très utile, mais il a beaucoup de remplaçants qui sont aussi bons. Toutes sortes de métaux et de verre se conservent plus longtemps. La qualité de vie de plein de gens serait améliorée. En bref, cela aiderait l’environnement et c’est pour ça que les plastiques à utilisation unique devraient être bannis.

Les plantes

Je pense que pour l’environnement, il devrait y avoir au moins un arbre dans chaque cour et au moins dix plantes dans une maison. Pour les appartements et les bureaux, il devrait y avoir une plante dans chaque bureau et au moins cinq plantes dans chaque appartement. Avec cette loi, l’air de la ville serait meilleur et nous respirerions mieux. Il y a déjà beaucoup de maisons sans arbres et sans plantes, mais ce serait encore mieux si chaque maison et appartement avait des plantes et des arbres. C’est pour ça que cela serait mieux pour nous.

Les espaces verts

Ma prochaine idée est d’instaurer plus d’espaces verts protégés et des petits parcs en plein centre-ville (par exemple, avec des petits lacs, des canards, etc.) Cela aiderait l’environnement parce que ça aiderait à diminuer la pollution et nous n’aurions plus autant besoin de se déplacer en voiture, nous marcherions. 

Prenons l’exemple du Hawrelak Park; nous y allons en voiture, mais si on met plus de petits parcs dans les communautés, nous n’aurions plus besoin d’aller jusqu’à ce gros parc en voiture. C’est ça l’idée d’une communauté complète. Ceci aiderait beaucoup la pollution de l’air de notre chère ville.

Les voitures

Je pense aussi qu’on devrait bannir les automobiles de la ville et instaurer plus de différents types de transport dans ville. Nous pourrions mettre en place plus de métros, de lignes d’autobus, de sentiers et de pistes cyclables. Comme ça, je crois que la pollution serait réduite d’environ 50%. Si nous comparons les automobiles, les autobus, les trains, les piétons et les cyclistes à l’heure de pointe, il est clair que les automobiles sont celles qui produisent le plus de pollution. On devrait donc bannir les voitures pour la santé des gens. Le retrait des voitures influencerait l’avenir de notre ville. Ensuite, je ferais des changements pour le bien de la société et aussi pour qu’il y ait des communautés complètes.

La santé

Si j’étais maire, j’essaierais d’influencer le gouvernement provincial à mieux financer les hôpitaux pour trouver des traitements au cancer et à plein d’autres maladies. De cette manière, nous pourrions sauver plus de vies avec de nouveaux traitements. Je veux qu’on améliore la qualité des soins de 20% environ. Les soins de ses chers gens seraient améliorés et comme ça nous sauverions la vie de plus de personnes.

Aider les écoles

Finalement, je pense que nous devrions travailler ensemble avec les gouvernements pour financer chaque école pour répondre aux besoins des élèves. Comme ça, chaque élève en difficulté pourrait avoir ce dont il a besoin. Prenez cet exemple; lorsqu’un élève aurait besoin de quelque chose que l’école ne peut pas financer, ils pourront maintenant y avoir accès.

Voilà les changements que je ferais à ma ville pour la rendre meilleure si j’en étais le maire!

Nico Lapointe – École Claudette-et-Denis-Tardif – 5e année

Si j’étais maire, je ferais…

Si j’étais le maire, je baisserais les taxes des gens parce que beaucoup de ces personnes ont besoin de cet argent. Je ferais également préserver une grande somme d‘argent pour construire des voitures électriques comme Tesla pour préserver la nature. Je construirai aussi des foyers d’accueil pour que les personnes pauvres aient un foyer pour dormir et qu’ils aient plus de chances de survie.    

Antony Bebawy

J’aurais également construit plus de maisons pour les réfugiés. J’aurais fait des stations de pompier partout dans Edmonton pour que s’il y a un  feu, on puisse y accéder plus facilement. Je contribuerais également à ce que je placerai partout dans la ville d’Edmonton pour que les enfants puissent aller sortir et aller au parc jouer pour qu’ils restent en bonne santé et prennent une pause de leur écran .

J’ai également contribué une grande somme d’argent pour construire des maisons pour les seniors pour qu’ils aient des infirmières ou infirmiers ou leurs proches pour s’occuper de leur santé. J’ai aussi l’idée de donner plus de temps aux employés qui travaillent pour passer plus de temps avec les membres de leur famille et augmenter l’heure de salaire de travail. Je voudrais également que le maire agrandisse la bibliothèque pour que plus de personnes puissent lire et étudier à la maison. 

Je voudrais également mettre une loi qui interdit le racisme en tout genre et pour montrer qu’on est contre le racisme et que tout le monde fera quelque chose qui célèbre la diversité. 

 

Antony Bebawy – École Notre-Dame – 6e année

Partager

Lire des articles sur un thème similaire

Articles similaires

La francophonie albertaine vous intéresse?

Nous aussi.

Abonnez-vous gratuitement à notre infolettre pour recevoir chaque deux semaines un concentré de nos meilleures histoires!