Radio Cité tend le micro à la jeunesse francophone

Écrit par : Gabrielle Beaupré

17 février 2022

Mots-clés :
  • Radio Cité. Sylvie, Gung et Priscilla
Sylvie Boisclair (à gauche), Gung Zorigt (au centre) et Priscilla Dhaussy (à droite). Crédit : Courtoisie

Avez-vous écouté la nouvelle émission de Radio Cité intitulée Mon histoire, mes racines? Ce sont des jeunes de 12 à 30 ans qui en prennent les commandes afin de discuter de leur vécu, sous le regard et l’expérience de Sylvie Boisclair, l’animatrice de Bonjour Edmonton.

Gabrielle Beaupré
IJL – Réseau.Presse – Le Franco  

Les lundis à 18 h ou en rediffusion les dimanche à 16 h, vous pouvez écouter l’émission Mon histoire, mes racines sur les ondes de Radio Cité. Durant 120 minutes, et ce, pendant deux semaines consécutives, vous entrerez dans l’univers de deux jeunes de la communauté francophone. Puis, un nouveau binôme prend le flambeau.

Durant la première heure, les intervenants parlent de leurs origines et dans la seconde, de qui ils sont. «Qui sont-ils en tant que personne», mentionne Sylvie Boisclair, la coordonnatrice du projet. Il en va de leurs préoccupations, de leurs défis, de leurs passions.

Sylvie Boisclair. Animatrice Radio-Cité

Sylvie Boisclair espère donner aux participants le goût de devenir la relève radiophonique de demain. Crédit : Gabrielle Beaupré

Medina Diabate, jeune activiste âgée de 12 ans et membre de la communauté noire, a profité de cette tribune pour parler du mouvement Black Lives Matter. «C’est important pour moi parce que le racisme pourrait m’affecter un jour et […] mes parents, ma famille et mes amis.»

«C’est important pour moi parce que le racisme pourrait m’affecter un jour et […] mes parents, ma famille et mes amis.» Medina Diabate

Leur donner de la visibilité

Ce projet a émergé d’un constat émis par le conseil d’administration de Radio Cité, il y a un an et demi. «Les adultes nous connaissent et nous écoutent, mais on a remarqué que les jeunes, malheureusement, ne font pas partie de nos auditeurs», relate Alain Bertrand, le président de la radio communautaire.

Pour remédier à cette situation, le conseil d’administration a voulu leur donner la parole et l’occasion de partager leurs histoires respectives. «Ils ont chacun un vécu et des origines différentes.» Alain Bertrand sait d’ailleurs combien les jeunes n’ont pas souvent l’occasion de parler de leurs histoires à part dans le contexte scolaire.

À lire aussi :

L’accent est souvent mis sur les parents par le biais de leur travail et de diverses associations. «On veut leur offrir une chance supplémentaire pour partager leur voix avec la communauté en général.» Un tel projet nécessitant du financement, le conseil d’administration a soumis une demande de subvention à Patrimoine canadien qui leur a été accordée l’automne dernier. Une belle nouvelle pour mettre en valeur Mon histoire, mes racines.

«On veut leur offrir une chance supplémentaire pour partager leur voix avec la communauté en général.» Alain Bertrand

Parallèlement, Sylvie Boisclair trouve que la jeunesse n’est pas assez présente à la radio. «Il n’y a pas un gros roulement. Que ce soit sur n’importe quelles ondes, les places sont occupées pendant des années par les mêmes personnes.» Alors, pour elle, c’est une magnifique occasion de mettre les jeunes en avant-plan.

Avant d’enregistrer l’émission, les participants ont l’occasion de s’immerger dans l’univers de la radio. Ils y découvrent le studio où s’enregistrent les émissions diffusées en direct. Priscilla Dhaussy, une participante, rapporte que sa coéquipière et elle ont appris à insérer de la musique et de la publicité dans les émissions. Un temps leur est aussi imparti pour qu’ils puissent préparer leur émission. «On fait aussi des tests de voix afin de trouver la bonne tonalité.»

Une complicité amicale 

Lorsque Medina Diabate s’est inscrite au projet de Radio Cité, elle l’a fait avec son amie, Hanam Salem. Pendant l’enregistrement, elles se sont rassurées mutuellement. Pour sa première fois derrière un micro, Medina Diabate affirme que si son amie n’avait pas été à proximité, elle aurait été plus stressée. Hanam Salem ajoute qu’elle a adoré son expérience et qu’elle a beaucoup aimé y participer avec sa coéquipière Medina et sa mentore, Sylvie Boisclair.

Médina Diabate et Hanam Salem. Radio-Cité

Medina Diabate (à gauche) et Hanam Salem (à droite). Amies depuis un an, les participantes de l’émission Mon histoire, mes racines se sont soutenues mutuellement lors de l’enregistrement. Crédit : Courtoisie

Priscilla Dhaussy, quant à elle, a un cercle d’amis composé majoritairement d’anglophones. Elle décide tout de même de participer seule à ce projet dès qu’elle a vu l’annonce sur Facebook. Lorsqu’elle a rencontré sa partenaire, une complicité est tout de suite née entre les deux jeunes femmes en raison de leurs nombreux points communs. «Je pense qu’elle va devenir une très bonne amie», sourit Priscilla.

Au moment d’écrire ses lignes, Sylvie Boisclair mentionne que l’émission Mes racines, mon histoire doit se terminer en août. Néanmoins, si d’autres jeunes se montrent intéressés à raconter leur histoire sur les ondes de Radio Cité, elle souhaite poursuivre l’aventure jusqu’en décembre prochain. Les inscriptions sont toujours ouvertes.

Radio-Cité est la radio communautaire d’expression française du Grand Edmonton. Dans la capitale albertaine, elle est diffusée sur la fréquence 97,9 FM. Ses émissions sont également accessibles en direct ou en différé sur son site web.

Pour plus d’information : radiocitefm.ca

Partager

La francophonie albertaine vous intéresse?

Nous aussi.

Abonnez-vous gratuitement à notre infolettre pour recevoir chaque deux semaines un concentré de nos meilleures histoires!