Le rap franco, ses maux, son flot, son écho

Écrit par : Gabrielle Beaupré

31 mars 2021

Moyen d’expression porté par les communautés noires aux États-Unis, le rap est l’un des styles musicaux les plus écoutés au monde. Pourtant en Alberta, les rappeurs francophones sont très peu présents sur cette scène musicale. 

Né dans les ghettos américains au début des années 70, « le rap est un style de musique très important pour la communauté noire pour se faire entendre », associe Aristóteles Jorge Canga, réalisateur franco-albertain, à propos de cet art. Et pourtant, en Alberta, les rappeurs francophones noirs sont rares.

Aristóteles Jorge Canga, réalisateur, producteur musical travaillant de près avec les artistes francophones de la province. Crédit: Joanne Canga

Dans ce désert culturel, 2Moods est une oasis. Le chanteur est parvenu à se faire une place sur la scène franco-albertaine depuis son passage au concours Polyfonik en 2016. Il avait alors remporté le prix de la chanson primée avec Message de paix.

La chanson dont le rappeur 2Moods est le plus fier d’avoir écrit s’intitule Réalité. Lancée en novembre 2020, cette chanson est nostalgique pour lui puisque celle-ci nous transporte en Afrique. Il y aborde son enfance, sa famille et sa ville natale. Crédit: Eudes Ess

Il raconte que dans son enfance, il adorait lire et écrire des poèmes et des textes. C’est lors d’un concours de talents organisé par son école secondaire qu’il avait pris conscience qu’il pouvait réciter ses poèmes devant un public. « J’ai lu mes poèmes à d’autres événements. J’ai par la suite enregistré ma première chanson en studio, ensuite, la séance photo, le premier vidéoclip [et ainsi de suite] ». Son premier album Rien à perdre est sorti en 2018 et son prochain album sortira au courant de l’année.

Que pense-t-il de la scène du rap francophone en Alberta ? « Elle est carrément inexistante », rétorque-t-il, sans hésitation.

Conscient du manque

Ce triste constat est partagé par Matthieu Damer, le directeur général du Centre de développement musical (CDM). Il mentionne la difficulté de trouver des artisans du rap ou du hip-hop dans les programmes de son organisme. Selon lui, les jeunes talents de ce style musical pensent que le CDM ne regroupe que les musiciens, les chanteurs et les groupes de musique et donc qu’ils n’ont pas leur place. « On fait des efforts pour changer cette perspective et leur montrer qu’il y a de la place pour eux dans la francophonie albertaine », affirme-t-il.

2Moods a été découvert lors de Polyfonik 2016. Crédit: Steve Van Diest

Ayant l’habitude de travailler avec les artistes francophones de l’Alberta, le réalisateur et producteur musical Aristóteles Jorge Canga identifie quelques explications à ce contexte. Il soutient que le rap franco-albertain est confronté à plusieurs défis et que la plupart des rappeurs préfèrent rester dans l’anonymat par choix personnels.

Toujours selon lui, le fait que l’Alberta soit une province majoritairement anglophone provoque ce vide culturel sur la scène francophone. Les artistes émergents auraient tendance à quitter la province afin d’aller vivre de leur musique dans une zone francophone « afin d’être mieux acceptés et perçus en tant qu’artiste francophone ».

Le réalisateur nuance cependant qu’étant donné que la communauté francophone est en expansion, « il y a de plus en plus d’artistes francophones qui décident de rester dans la province ».

TEAMBMB. Crédit: danvieescla

2Moods et Aristóteles s’accordent pour dénoncer le manque d’événements consacrés au rap francophone en Alberta. « Il y a très peu d’événements qui mettent en lumière le rap francophone, c’est quelque chose que j’aimerais voir dans l’avenir », indique Aristóteles.

Reflet de la réalité  

Habitué à la scène, ce groupe franco-albertain n’hésiterait pas à participer à ce type d’événement. De son nom complet Born to be Magnifique & Best, la TeamBMB est composé de 15 membres provenant de disciplines différentes comme la danse, le chant et le rap.. Ben Motion, le leader du groupe et rappeur, indique que le groupe mélange la langue anglaise et française dans leur chanson. « Dans le groupe, il y a aussi des anglophones et c’est important qu’ils se sentent impliqués dans notre musique ».

Originaire du Congo et habitant désormais Calgary, Ben Motion a créé le groupe dans la ville de Brooks en dixième année afin d’éloigner les jeunes de la rue et des organisations criminelles. « J’utilise mon rap pour inspirer les gens et envoyer des messages comme la poursuite des rêves, être gentil avec tout le monde, aimer les autres ».

Never going down est une chanson très importante pour Ben Motion puisqu’elle relate qu’il faut toujours continuer quoi qu’il arrive dans la vie sans lâcher. Crédit: danvieescla

Si parfois leurs textes ne sont que de la pure création, 2Moods et Ben Motion soulignent que l’écriture de leur texte est une sorte de thérapie puisqu’ils puisent leurs inspirations dans leur expérience de vie, leur environnement, l’actualité mondiale et l’injustice. Leur témoignage musical pourrait être utile à une société marquée par le mouvement Black Lives Matter.

Les musiques de TeamBMB ET 2Moods sont disponibles sur Spotify. 

Partager

La francophonie albertaine vous intéresse?

Nous aussi.

Abonnez-vous gratuitement à notre infolettre pour recevoir chaque deux semaines un concentré de nos meilleures histoires!