L’histoire de Saint-Paul est entre de bonnes mains

Écrit par : Gabrielle Beaupré

2 décembre 2021

Le Musée historique de Saint-Paul. Crédit : Courtoisi

Un an après sa création, la Société historique francophone Régionale de Saint-Paul compte une quarantaine de membres. Lise Belliveau, la présidente et membre de l’équipe fondatrice, peut dire «mission accomplie». Fière, elle souligne que l’histoire de la ville est aujourd’hui promue partout en Alberta. 

«La perle d’or est notre cercle de lecture et de partage», soulève Lise Belliveau. Organisé de pair avec l’ACFA régionale de Saint-Paul, ce cercle de lecture offre des présentations durant lesquelles les membres de la Société historique se plongent dans des ouvrages qui portent essentiellement sur l’histoire de la municipalité fondée en 1896. «Ces rencontres nous permettent de comprendre la mentalité des gens [qui vivaient à cette époque] et aussi d’approfondir nos connaissances.» 

L’histoire de la ville de Saint-Paul à l’intérieur de son musée. Crédit : Courtoisie

«Des fois, ce sont des gens qui viennent raconter leur histoire ou celle de leur famille», ajoute Lise Belliveau. Parmi ces invités, Claudette Roy, la présidente de la Société historique francophone de l’Alberta, a parlé de ses souvenirs de jeunesse vécus dans les années 1950 et 1960 à Saint-Paul, sa ville natale. 

Lise Belliveau. «D’ici deux ans, on aimerait avoir un membership assez élargi et faire des activités pour tous les âges.» Crédit : Courtoisie

«Les habitants du village étaient majoritairement francophones», se remémore Mme Roy. À l’époque, le curriculum scolaire ne permettait qu’une heure d’apprentissage en français par jour, mais l’environnement de Saint-Paul était francophone même s’il y avait une présence anglophone. «On pouvait vivre en français à l’extérieur des salles de classe, ainsi cela a solidifié notre identité [francophone].»  

Par ailleurs, Mme Belliveau indique que chacune des rencontres est enregistrée pour permettre à l’organisme de se promouvoir comme une «bibliothèque d’information» sur l’histoire de la ville. 

Un retour dans le passé au Musée historique de Saint-Paul. Crédit : Courtoisie

Diffusées de façon virtuelle, ces présentations rejoignent les personnes qui s’intéressent à l’histoire de la ville, et ce, dans toute la province. Une activité qui continuera au cours de la prochaine année. Elle invite le public à se rendre sur la page Facebook de la Société historique francophone Régionale de Saint-Paul pour connaître les futures dates du cercle de lecture et de partage. 

Un coup de main au musée 

Aujourd’hui, celle qui porte également le chapeau de directrice du Musée historique de Saint-Paul est extrêmement soulagée. Mme Belliveau apprécie voir la Société historique francophone Régionale Saint-Paul revigorer l’histoire de sa commune.  

Claudette Roy applaudit le travail effectué par la Société historique francophone Régionale de Saint-Paul au cours de la dernière année. Crédit : Courtoisie

L’organisme est d’ailleurs d’un grand soutien pour le musée de la municipalité qui n’a pas de relève. Ainsi, en collaboration avec l’ACFA régionale de Saint-Paul, la Société historique est «un œil de surveillance et de continuité» sur tout le matériel historique exposé dans le musée.  

Un futur circuit touristique

L’été prochain, la présidente de la Société historique francophone Régionale de Saint-Paul a pour projet d’organiser deux circuits touristiques dans les municipalités environnantes telles que Saint-Édouard et Saint-Vincent. L’objectif : aller à la rencontre des communautés francophones et relayer leurs histoires. «Ça va être très enrichissant», déclare Lise Belliveau. 

Cependant, rien n’est encore coulé dans le béton. Elle invite toutes les personnes intéressées par cette activité à communiquer avec l’organisme. 

Lors de l’assemblée générale de la Société historique francophone Régionale de Saint-Paul qui a eu lieu le 16 novembre dernier, les membres ont élu le nouveau conseil d’administration pour les deux prochaines années. Il est composé de Lise Belliveau à la présidence, de Jean Champagne à la vice-présidence, d’Ernest Piquette au poste de trésorier, d’Albina Brousseau comme secrétaire et d’Alfred Gratton comme conseiller. 

Partager

La francophonie albertaine vous intéresse?

Nous aussi.

Abonnez-vous gratuitement à notre infolettre pour recevoir chaque deux semaines un concentré de nos meilleures histoires!