Un scrutin pas comme les autres pour Élections Canada

Écrit par : Francopresse

21 août 2021

Mots-clés : ,
Un électeur dépose son bulletin de vote dans l’urne. Crédit : Élections Canada

Élections Canada estime recevoir jusqu’à cinq-millions de votes par la poste, contrairement aux 50000 bulletins habituellement reçus lors d’un scrutin général. Cette situation pourrait repousser la confirmation des résultats jusqu’à cinq jours après le jour du vote. En vue du scrutin du 20 septembre, Élections Canada devra déployer des efforts supplémentaires pour s’adapter aux conditions sanitaires des autorités locales imposées par la pandémie. 

Mélanie Tremblay – Francopresse

Le port du masque, la distanciation physique, l’utilisation de barrières physiques et l’utilisation de crayons à usage unique feront partie des changements mis en place dans les bureaux de vote. 

Malgré le déclenchement d’une élection anticipée en temps de pandémie, le directeur général des élections (DGE), Stéphane Perreault, se veut rassurant. 

Le directeur général des élections, Stéphane Perrault, signant les brefs de la 43e élection générale en 2019. Crédit : Élections Canada

«Depuis des mois, on consulte les autorités de santé publique de tout le pays, tant au niveau fédéral, provincial et territorial, pour nous assurer de fournir nos services dans un environnement qui est sécuritaire pour tous», a-t-il indiqué en conférence de presse le mercredi 18 aout.

Vérifier l’intégrité du vote postal

L’augmentation du vote postal constitue le changement le plus important attendu par Élections Canada. Le nombre de votes par la poste pourrait exploser en raison de la pandémie et passer de 50000 à cinq-millions, selon le DGE. 

Cette situation pourrait retarder la confirmation des résultats officiels en raison des mesures de vérification mises en place. 

«Je sais que les Canadiens sont habitués de recevoir les résultats le soir même de l’élection, mais ce sera différent pour cette élection», avertit Stéphane Perreault. Il estime qu’en fonction du volume, les résultats finaux pourraient être connus jusqu’à cinq jours après le scrutin du 20 septembre.

Ce délai s’explique par la mise en place de mesures de vérification des bulletins de vote : «Dès qu’un électeur fait une demande de vote postal, son nom est automatiquement rayé de la liste», précise le DGE.

Un bureau d’inscription des électeurs. Crédit : Élections Canada

Par exemple, un électeur qui a demandé un bulletin postal et qui tenterait d’aller voter en personne devra fournir des explications et prêter serment pour confirmer qu’il n’a pas voté deux fois. 

«Le lendemain de l’élection, c’est là que le dépouillement va se faire, indique Stéphane Perreault. On va être en mesure de comparer les enveloppes reçues avec les noms qui apparaissent comme étant rayés sur la liste.» 

«Il y a un travail de contrevérification qui est fait avant même de procéder au dépouillement du vote postal. C’est un processus qui se fait le lendemain de l’élection, en présence des représentants des candidats», ajoute le DGE.

Il insiste sur le fait que le vote en personne demeure la manière la plus facile et la plus efficace de voter. 

Le vote sans masque pour des raisons médicales

Les personnes qui, «pour des raisons médicales», ne peuvent pas porter le masque et qui n’auront pas pu voter par la poste pourront tout de même exercer leur droit de vote en personne, même si le port du masque est obligatoire dans leur région. 

Le directeur général des élections encourage tout de même ceux qui ne peuvent pas porter de masque pour des raisons médicales à voter par la poste.

«Si c’est une question de choix personnel et que le masque est obligatoire dans la juridiction dans laquelle vous votez, alors nous appliquerons ces règles [en vigueur localement]», nuance Stéphane Perreault.

Une affiche d’Élections Canada avec l’inscription «VOTE» est posée à l’extérieur d’un lieu de vote. Crédit : Élections Canada

La vaccination ne sera pas obligatoire pour le personnel électoral. Le DGE soutient que les mesures sanitaires mises en place dans les bureaux de vote assurent la sécurité des électeurs. 

«Nous recrutons des Canadiens ordinaires, servons des Canadiens ordinaires qui vont se rencontrer dans des lieux hautement contrôlés, beaucoup plus contrôlés que lors de rencontres dans une épicerie tous les jours», précise Stéphane Perreault.

Des défis logistiques à relever

En raison de la pandémie, certains lieux de vote utilisés habituellement devront être remplacés par des lieux moins communs en temps d’élection. Certains bureaux de scrutin pourraient être installés dans des hôtels au lieu des résidences pour personnes âgées, comme c’est parfois le cas. 

Le DGE avertit aussi que certains bureaux de vote pourraient être plus éloignés qu’à l’habitude pour certains électeurs, alors que d’autres bureaux ne seront pas conformes aux normes d’accessibilité. À ce jour, Élections Canada a confirmé 75 % des 16000 bureaux de scrutin.

Le recrutement de travailleurs électoraux demeure un défi selon le DGE, qui vise l’embauche de 250000 personnes pour la tenue du scrutin. Contrairement aux élections de 2019, qui étaient prévues au calendrier, Élections Canada n’a que quelques semaines pour procéder aux embauches. 

Au cours des prochains jours, Élections Canada sera en mesure d’offrir des services aux électeurs, comme l’inscription et l’accès au vote, dans 501 bureaux situés dans les 338 circonscriptions du pays. 

Partager