Madame «Franco-fun Calgary», sur la route du vaccin pour la COVID-19

Écrit par : Arnaud Barbet

19 mai 2021

Mots-clés :

Lorsque Suzanne de Courville Nicol, présidente et fondatrice du Bureau de visibilité de Calgary, se déplace pour se faire vacciner, elle n’oublie en aucun cas de porter les couleurs de la francophonie. Apprêtée de son masque «STOP-ARRÊT, le virus» aux couleurs de notre journal, elle nous raconte son aventure.

À 71 ans, la fervente supportrice n’arrête jamais. Avec son agenda de ministre, «je n’avais pas encore pris le temps de savoir comment réserver ma place pour le vaccin Pfizer contre la COVID-19».

Suite à une conversation avec son pharmacien Ibrahim, elle reçoit chez elle, avec ses prescriptions régulières «des pages et des pages de toutes sortes d’informations qu’il avait gentiment imprimées pour moi». Dans celles-ci, les noms et les coordonnées des nombreuses pharmacies à Calgary qui administrent les vaccins.

Un rendez-vous rapide

Sous les conseils de son ami Rob Lennard, fervent supporteur du quartier francophone de Rouleauville (Calgary) et son «Jiminy Cricket», elle décide de prendre rendez-vous. «Le 15 avril, je commence mon aventure en ligne». Elle s’étonne d’ailleurs de pouvoir prendre rendez-vous pour le lendemain matin, à 11h10, à la pharmacie Safeway, à Castleridge dans le nord-est de Calgary.

Suzanne attend patiemment son tour. Crédit: courtoisie – Lynda

«Wôw!  Je n’en revenais pas que cela soit si rapide et si facile! … Mais … ce n’était pas tout à fait le cas.» Elle arrive dans le magasin juste avant l’heure, tel qu’on lui a préconisé. Son téléphone sonne : «On s’excuse et on me dit que malheureusement, on a commis une erreur, car Castleridge distribue seulement l’AstraZeneca ! Un vaccin qui n’est pas conseillé pour les gens de mon âge, m’explique la personne au téléphone.»

Un espoir de perdu, un autre de retrouvé

Finalement, elle est redirigée vers la pharmacie du Safeway, à Whitehorn. «Cet établissement distribue le vaccin Pfizer. C’est celui qu’il me faut, et c’est d’ailleurs là où je voulais aller en premier lieu, car c’est très proche de chez moi», explique-t-elle, amusée.

Elle insiste et demande, «pouvez-vous les appeler pour leur dire qu’il y a eu une erreur et que je suis en route?». C’est par la négative qu’on lui répond en soulignant que les réservations se font en ligne, mais que le site Web de cette pharmacie n’est pas encore actif !

Suzanne reçoit son vaccin avec cette fierté francophone qu’on lui connaît. Crédit: courtoisie – Lynda

«Quoi faire ?» Elle retourne à sa voiture et se rend à ladite pharmacie, et comme de raison, «pas question de recevoir le vaccin juste comme ça !». La réservation en ligne est toujours obligatoire. On lui souligne d’ailleurs que «le site sera actif dans quelques instants et qu’il y a des disponibilités dès lundi 19 avril à midi».

«Longue histoire courte», sa réservation est enfin faite en ligne. Le 19 avril à midi !

Tout est bien qui finit bien

«C’est aujourd’hui ! Cela s’est finalement très bien passé!» 

Aucun délai, aucun effet secondaire, pas de problème. Elle remercie au passage Lynda, sa voisine de laboratoire, qui prend alors «ces photos historiques» où elle arbore ses couleurs francophones.

Pour plus d’informations :

Bureau de visibilité de Calgary : https://www.bvcalgary.ca

Rob Lennard : https://thehistorywrangler.bandcamp.com

Partager