TABITHA TSHIBULA, UNE ÉTOILE MONTANTE DE LA MUSIQUE CHRÉTIENNE

Écrit par : Gabrielle Beaupré

25 mars 2021

«Je suis chrétienne et je crois à la présence du Saint-Esprit», dit Tabitha Tshibula.  Crédit: courtoisie.

 

L’Edmontonienne Tabitha Tshibula est capable de chanter dans cinq langues ! Première artiste à performer lors de la célébration du lancement du mois de l’Histoire des Noirs le 5 février dernier, cette artiste francophone est aussi animatrice d’une chaîne de télévision communautaire.  

Chanter est pour elle « une façon d’impacter les gens et d’amener la joie dans leur cœur ». Tabitha est une chanteuse chrétienne d’origine congolaise qui navigue dans le milieu professionnel depuis deux ans. Elle chante en anglais, en français, et dans trois langues nationales du Congo, soit le lingala, le tshiluba et le swahili.

Sa première chanson, Matamando, a été lancée en février 2020 et sa deuxième, Je Louerai L’Éternel, en août 2020. Dans le vidéoclip de cette dernière, ses frères et son père jouent des instruments de musique en arrière-plan.

Un univers familial

Arrivée à Edmonton à l’âge de 4 ans, Tabitha Tshibula baigne dans un univers musical depuis sa naissance. Ses parents, ses trois frères et sa petite sœur sont également musiciens. De plus, elle mentionne avoir grandi dans une famille chrétienne à travers la culture congolaise.

Elle se souvient. « Quand j’avais 11 ans, nous avons fait beaucoup de prestations dans les milieux francophones de l’Alberta. Mon père chantait et jouait de la guitare. Mon grand frère jouait du piano, l’un de mes petits frères, de la batterie et l’autre, du tam-tam ». À l’époque, sa sœur n’était pas encore née et sa mère préférait ne pas monter sur scène.

Tabitha Tshibula en performance musicale. Crédit: courtoisie

« La Cité francophone est comme une famille », souligne-t-elle. Tabitha relate que sa famille et elle-même ont donné des spectacles à divers événements organisés notamment par la Francophonie Albertaine Plurielle (FRAP) et l’Alliance Jeunesse-Famille de l’Alberta Society (AJFAS).

Une anecdote de tournage

Tabitha raconte que le tournage de son premier vidéoclip pour la chanson Matamando a été une grande aventure. En effet, pour quelques plans, elle a choisi de tourner à l’extérieur, en hiver, et sans manteau.

« J’aime le froid. Mais pendant le tournage du vidéoclip, j’avais vraiment froid. Juste derrière les caméras, ce que vous ne voyez pas, c’est qu’il y avait une voiture très bien chauffée. [Entre chaque prise], je courais à l’intérieur de la voiture pour me réchauffer et quand [le réalisateur] disait action, je retournais [devant la caméra] et je faisais comme si de rien n’était », s’esclaffe-t-elle.

Tabitha Tshibula lors de l’enregistrement du The Tabitha Show. Crédit: courtoisie

Bien qu’elle aurait aimé tourner le vidéoclip en été, la chanteuse précise qu’une échéance pour la sortie du vidéoclip lui était imposée. « C’était pendant l’hiver, donc on n’avait pas le choix en fait que de le faire en hiver ». Tant qu’à tourner en hiver, elle s’était mis au défi de tourner des plans du vidéoclip sans manteau.

Le «Tabitha Show»

Depuis 7 ans, Tabitha anime une émission anglophone sur Alta TV Canada (une station de télévision communautaire francophone qui offre également des productions anglophones et en langues africaines) intitulée The TabithaShow. Elle a promu des événements, des artistes, des auteurs et des entreprises. Mais depuis environ trois mois, son émission a changé d’axe. Désormais, elle discute avec ses invités de sujets sensibles de la bible notamment de la relation de couple, du rôle de l’homme et de la femme, du sexe avant le mariage et des boissons alcooliques.

Elle raconte qu’elle a débuté l’animation de cette émission en raison de l’absence de l’ancienne animatrice. Elle se rappelle : « Un jour, l’animatrice n’était pas venue enregistrer l’émission, mais les invités étaient déjà arrivés. Donc, vu que je n’étais pas loin du studio de filmage, mon papa, le directeur général de la chaîne Alta TV, m’a appelé et m’a dit : “comme tu parles beaucoup, alors voici ta chance d’utiliser ce talent”. Alors, une fois arrivée à la station, lorsque j’ai demandé à mon père le nom de l’émission, il m’a répondu The Tabitha Show. »

Questionnée sur l’importance du mois de l’Histoire des Noirs, elle répond que « la vérité blessante de ce mois est un rappel de nos difficultés et de nos luttes au Canada. Cependant, ça fait du bien qu’on soit honoré pendant un mois. »

Tabitha Tshibula est née en Centrafrique, mais habite à Edmonton depuis l’âge de 4 ans. Ses parents sont originaires de la République démocratique du Congo. Crédit: courtoisie

Pour en savoir plus :

Vous pouvez retrouver les vidéoclips de Tsabitha Tshibula sur sa chaîne YouTube.

https://www.youtube.com/channel/UC9HGvVUcRZRg-_a7cTI-tZw

Et les émissions de Tabitha sur les réseaux sociaux, soit sur la chaîne YouTube Altatv Canada The Tabitha Show

https://www.youtube.com/results?search_query=Altatv+Canada+The+Tabitha+Show

ou sur la page Facebook The TabithaShow

https://www.facebook.com/TheTabithaShow

Partager

Lire des articles sur un thème similaire

Articles similaires

La francophonie albertaine vous intéresse?

Nous aussi.

Abonnez-vous gratuitement à notre infolettre pour recevoir chaque deux semaines un concentré de nos meilleures histoires!