Campus Saint-Jean : le CSCN entre en action

Écrit par : Gabrielle Beaupré

27 novembre 2021

Mots-clés : ,
Le Campus Saint-Jean est le seul établissement postsecondaire francophone dans l’Ouest canadien. Crédit : Mélodie Charest

Le Conseil scolaire Centre-Nord (CSCN) se rallie à l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) dans son recours judiciaire dénonçant la situation de sous-financement chronique du Campus Saint-Jean. À titre de codemandeur, le CSCN sera, lui aussi, opposé au gouvernement provincial et à l’Université de l’Alberta.  

«On est très heureux que le CSCN se joigne à nous. Ensemble, nous poursuivrons nos efforts afin de sortir le Campus Saint-Jean de sa situation de sous-financement chronique», déclare Pierre Asselin, vice-président de l’ACFA. 

 Pierre Asselin, vice-président de l’ACFA. Crédit : Courtoisie

La décision de prêter main-forte à l’ACFA a été votée à l’unanimité par les conseillers scolaires du CSCN lors de leur réunion ordinaire du 24 novembre dernier. «Le Campus Saint-Jean est trop important pour la francophonie albertaine pour ne pas s’impliquer dans sa défense», souligne Tanya Saumure, présidente du CSCN. 

Une alliance naturelle 

Le CSCN appuiera l’ACFA qui allègue que le sous-financement chronique du Campus Saint-Jean viole l’article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés et le principe constitutionnel de la protection des droits des minorités.  

D’ailleurs, l’ACFA a demandé au CSCN de prendre part à la procédure judiciaire puisque c’est une «alliance naturelle», souligne Pierre Asselin. «Ce sont les conseils scolaires qui ont le mandat de mettre en œuvre les droits des parents de la section 23 de la Charte.» 

Tanya Saumure, présidente du Conseil scolaire Centre-Nord. Crédit : Courtoisie

Cet article de la Charte canadienne des droits et libertés énonce que «les parents ont le droit de faire instruire leurs enfants dans la langue officielle de la minorité aux niveaux primaire et secondaire». Un mandat que s’approprie le CSCN puisqu’il s’occupe de l’éducation des jeunes franco-albertains dans les écoles francophones primaires et secondaires. 

De plus, le Campus Saint-Jean étant le seul établissement universitaire francophone de l’Alberta, il joue un grand rôle dans la formation du personnel enseignant et administratif du CSCN. 

«La poursuite des études postsecondaires en français a aussi un impact sur l’inscription et la fidélisation des élèves dans nos écoles», poursuit Tanya Saumure. Alors, il était important pour le Conseil scolaire de s’impliquer dans le dossier.

Un rappel des faits

Le 17 août 2020, l’ACFA enclenche un recours judiciaire contre le gouvernement Kenney et l’Université de l’Alberta pour aider financièrement le Campus Saint-Jean qui se trouve en précarité financière en raison d’un sous-financement chronique de la part du gouvernement et de l’établissement postsecondaire. 

Dans ce recours judiciaire, l’ACFA accuse la province et l’Université de l’Alberta de violer l’entente qu’ils ont signée en 1976 avec les Oblats, les fondateurs du Campus Saint-Jean. Celle-ci devait assurer le développement de l’éducation postsecondaire francophone en Alberta. 

Alors que le CSCN a annoncé mercredi dernier être codemandeur dans le dossier, les conseils scolaire Nord-Ouest et Centre-Est ont emboîté le pas et ont annoncé, vendredi 26 novembre, par voie de communiqué de presse qu’ils appuieront aussi l’ACFA dans ce litige. 

Partager

Lire des articles sur un thème similaire

Articles similaires

La francophonie albertaine vous intéresse?

Nous aussi.

Abonnez-vous gratuitement à notre infolettre pour recevoir chaque deux semaines un concentré de nos meilleures histoires!