Se sucrer le bec entre amis!

Écrit par : Chloé Liberge

16 avril 2022

  • (De gauche à droite) Céline Bossé, secrétaire, Danielle Launière, présidente, et Stella Bergeron, vice-présidente du Club de l’Amitié.
(De gauche à droite) Céline Bossé, secrétaire, Danielle Launière, présidente, et Stella Bergeron, vice-présidente du Club de l’Amitié. Crédit : Chloé Liberge
Soirées de jeux, bingo ou café philosophique, au Club de l’Amitié de Calgary, c’est reparti! Après deux années sans réels rassemblements, les ainés se sont enfin retrouvés pour célébrer un temps des sucres tant attendu.
 
Chloé Liberge
IJL – Réseau.Presse – Le Franco
 
Pommes de terre, jambon à l’érable, fèves au lard et le traditionnel pouding chômeur, la table est bien dressée pour ce souper des sucres. Et pour ceux originaires de la Belle Province, c’est définitivement un véritable rituel printanier.
 
Céline Bossé en témoigne, «c’est une fête de célébration et de retrouvailles autour du sucre et pour la communauté francophone, c’est dans nos racines». Secrétaire du Club de l’Amitié depuis janvier, elle est heureuse d’être présente pour ce dîner. «Il y a eu deux soirées avant auxquelles je n’ai pas assisté, donc, là, c’est une grande première pour moi de revoir les gens et c’est vraiment fun de revoir tous ces visages.»
 

Des retrouvailles après deux années d’isolement

Accolades, rires, grandes discussions, une ambiance conviviale et joyeuse est présente dans la salle paroissiale de l’église Sainte-Famille. C’est ici que, toutes les semaines, des activités sont organisées pour les francophones âgés de plus de 55 ans. Mais pour la première fois depuis la reprise du Club, il n’y a jamais eu autant de monde. Alors qu’il compte 90 membres, la soirée a réuni 70 convives.

1. Jean-Marc Boudreault et Claudette Leclerc, membres du Club de l’Amitié depuis neuf ans. 2. Au total, 70 personnes étaient présentes pour ce souper des sucres. 3. Un buffet bien rempli pour le temps des sucres. 4. Une ambiance conviviale et joyeuse pour ce dîner. Crédit : Chloé Liberge

 
Une atmosphère chaleureuse appréciée par tout le monde. Jean-Marc Boudreault et Claudette Leclerc, installés à Calgary depuis maintenant dix ans, prennent plaisir à participer à cette soirée. «C’est un super souper! Puis il y a de la musique, alors ceux qui veulent danser peuvent danser. On s’amuse vraiment», clament-ils à l’unisson. Originaires du Québec, ils sont membres du Club depuis neuf ans. S’ils s’y sont inscrits, c’est avant tout pour «le rapport au monde», mais aussi pour la langue. «On parle français ici, ça nous aide beaucoup.»
 
Des propos que Danielle Launière, présidente du Club de l’Amitié, confirme. «Le but de ce club est de rassembler la communauté francophone en leur donnant un endroit pour qu’ils se réunissent.» Il est important pour elle de voir «qu’on n’est pas tout seuls et que la communauté est vivante».
 

Un moyen de briser l’isolement

Vivre dans une région où l’on ne parle pas sa langue maternelle peut s’avérer difficile, relate Stella Bergeron. «À mon bureau, on ne parle qu’en anglais, mes voisins sont anglais, tout le monde parle anglais.» Alors, quand elle a entendu parler d’un club où elle pouvait s’exprimer en français, elle en a été ravie. Le sourire aux lèvres, elle se souvient, «je me suis inscrite en tant que membre, puis la trésorière est partie au Québec, alors j’ai pris la relève». Depuis 2017, elle s’implique dans ce groupe pour finalement en devenir la vice-présidente l’année dernière.
 
Une contribution dont elle est fière. En effet, sans un tel engouement pour la francophonie, Stella sous-entend que peu d’activités seraient organisées. Elle poursuit, «je pense que lorsqu’on s’implique, ça attire les gens, puis plus les gens sont impliqués, plus ça en attire d’autres. C’est un cercle vicieux, mais dans le bon sens».
À lire aussi :

Partager

La francophonie albertaine vous intéresse?

Nous aussi.

Abonnez-vous gratuitement à notre infolettre pour recevoir chaque deux semaines un concentré de nos meilleures histoires!