Un moment rare

Écrit par : Le Franco

22 décembre 2022

Mots-clés :
Yic, Céline, Mohamed, Mariam et Francis à Noël 2021. Crédit : Courtoisie
Collaboration spéciale de Yic Camara, directeur des programmes (FRAP)

.

Je m’appelle Yic Camara et je suis marié à Céline Bangoura et papa de trois adorables garçons, Issa Yic, Mounir Yic et Maël Yic. Je vis dans la région d’Edmonton depuis près de 10 ans et je travaille pour Francophonie Albertaine Plurielle (FRAP) comme directeur des programmes. Je me définis comme un optimiste résolu de la vie, qui aime servir sa communauté.

.

.

Yic Camara et son épouse Céline Bangoura en décembre 2012. Crédit : Courtoisie

Yic Camara et son épouse Céline Bangoura en décembre 2012. Crédit : Courtoisie

.

.

J’ai la chance d’avoir vécu plusieurs bons temps des Fêtes, mais s’il fallait en relater un, je partagerais mon dernier temps des Fêtes avant de venir vivre à Edmonton.
Décembre 2012 a été, pour moi, le dernier temps des Fêtes passé avec mes cousins, mon frère, ma belle-famille et des amis avant de quitter pour le Canada, six mois plus tard. Nous étions tous réunis en famille dans la ville de Saint-Denis, en région parisienne (France), dans la maison familiale de ma cousine Mariam Cabeuil.

.

Nous étions une trentaine, dont mon frère Mohamed et son épouse venus de Rotterdam (Pays-Bas), mon épouse et moi-même qui venions de Bordeaux, au sud-ouest de la France, avec un autre cousin, ma belle-sœur, qui venait de Dijon, un ami d’enfance qui venait du Colorado, aux États-Unis, et tous les autres membres de la famille de la cousine Mariam qui organisait cette fête de fin d’année familiale.

.

Cette fête était la première rencontre familiale aussi élargie depuis huit ans. Autour de la table, une belle dinde rôtie et un gigot d’agneau accompagnaient des festins sénégalais (pays d’origine de l’époux de ma cousine).

.

Ces rencontres de familles, lors des temps de Fêtes, étaient formidables.

.

Le plaisir de se retrouver était palpable et de se raconter nos histoires et vacances d’enfance aussi. Nous vivions tous dans différents pays et villes depuis plusieurs années déjà, alors ces rencontres de familles, lors des temps de Fêtes, étaient formidables. J’apprécie encore davantage ces bons souvenirs depuis qu’on vit loin de tout le reste de la famille et des amis.

Partager

La francophonie albertaine vous intéresse?

Nous aussi.

Abonnez-vous gratuitement à notre infolettre pour recevoir chaque deux semaines un concentré de nos meilleures histoires!