le Vendredi 17 mai 2024
le Mercredi 9 août 2023 10:29 Arts et culture

Les Séries Patio de La Cité francophone : une oasis de musique tout au long de l’été

La série de concerts musicaux de La Cité francophone. Photo : Courtoisie
La série de concerts musicaux de La Cité francophone. Photo : Courtoisie
(IJL-Réseau.Presse-Le Franco) - Du 8 juin au 14 décembre 2023, la programmation musicale hebdomadaire est de retour pour la sixième année au Centre culturel et communautaire francophone d'Edmonton. De la country au rock, les artistes offrent un spectacle de qualité aux sonorités variées et dans les deux langues officielles.
Les Séries Patio de La Cité francophone : une oasis de musique tout au long de l’été
00:00 00:00

Chaque jeudi, sur la pelouse de La Cité francophone et la terrasse du Café Bicyclette, la foule se rassemble. Réchauffés par le soleil de ces longues soirées d’été, les aficionados et les néophytes apprécient le choix éclectique d’artistes proposés cette année. Enthousiastes, ces amateurs de musique live, de tous les âges, pourront dès la fraîcheur de l’automne, transhumer vers les salles communautaires de La Cité francophone. 

En effet, c’est alors dans une ambiance douillette et chaleureuse que les Séries Patio prendront leurs quartiers. De quoi prolonger les prestations de bon nombre de musiciens francophones et francophiles qui se font connaître en terre minoritaire au profit de toute la communauté.

Le Fuzz. De gauche à droite : Jason Kodie (accordéon, piano, voix), Frank Bessai (violon, voix), Dwayne Hrynkiw (tambours), Thom Golub (contrebasse) et Chris Smith (guitare, voix). Photo : Courtoisie

Un méli-mélo palpitant avec Le Fuzz

Le Fuzz est un quintette très connu dans la communauté francophone d’Edmonton. Composé de Jason Kodie (accordéon, piano, voix), de Frank Bessai (violon, voix), de Thom Golub (contrebasse), de Dwayne Hrynkiw (tambours) et de Chris Smith (guitare, voix), ses cinq membres sont des habitués de la scène musicale de La Cité francophone et étaient de retour le 25 juin dernier. 

Leur performance, caractérisée par un style aux multiples facettes mêlant le folk et le rock, a préparé le terrain pour une saison fertile en diversité musicale. Jason Kodie, le chef du groupe et résident francophone d’Edmonton, précise aussi que c’est «un mix de musique mondiale». En effet, bien que le groupe soit francophone, ils chantent aussi en espagnol et en portugais.

Raison pour laquelle Jason ne cite pas une source unique d’influence. «Je ne peux pas nommer un seul artiste» comme inspiration, avoue-t-il. Par contre, l’accordéoniste et vocaliste passionné tient à puiser son inspiration d’un peu partout pour donner naissance à de nouvelles œuvres avec ses quatre acolytes. Pour créer, «il faut un esprit d’ouverture», insiste-t-il.

Un esprit qui emmène Le Fuzz vers de nouveaux sommets artistiques. Un prochain album de chansons originales est programmé à la fin de l’année et le groupe n’en a pas fini avec la scène edmontonnienne. «On joue en trio le 24 août à La Cité», pendant le festival Fringe, souligne Jason avec beaucoup d’enthousiasme.

Jimmy and the Sleepers. De gauche à droite : «Big Bill» Hobson (tambours), Jimmy Guiboche (guitare), Jared Sowan (voix et clavier), Chris Brzezicki (contrebasse) et Ethan «Shorty» Askey (harmonica). Photo : Courtoisie

Une soirée de blues avec Jimmy and the Sleepers

Le 27 juillet, le quintette d’Edmonton a dévoilé son spectacle de blues. «Jimmy» Guiboche, guitariste et fondateur du groupe, est originaire de Snow Lake, au Manitoba. Il a été intronisé à l’Edmonton Blues Hall of Fame en 2020.

Musicien d’origine métisse, Jimmy a des racines familiales francophones des deux côtés de son arbre généalogique même s’il a grandi dans un foyer anglophone. Pour lui, et en dépit de sa grande expérience musicale, le concert à La Cité lui a permis de redécouvrir son héritage francophone et d’apprécier ses origines. «J’ai du français dans mes racines, c’est certain», s’exclame-t-il avec enthousiasme.

Au fil des années, Jimmy and the Sleepers se sont imposés comme un incontournable sur la scène blues d’Edmonton. Selon le leader de l’ensemble, ses chansons rendent hommage à la riche histoire du genre et le revigorent avec beaucoup d’innovation. «Nous sommes tout à fait traditionnels, opine-t-il en parlant de la discographie vibrante du groupe». «Mais nous apportons aussi notre propre touche» stylistique. Un mode d’interprétation influencé, sans doute, par son propre parcours de formation artistique. «J’ai beaucoup étudié le blues de Chicago», rappelle le guitariste acclamé.

Jimmy and the Sleepers jouera aussi à l’Edmonton International Blues Festival au parc William Hawrelak le samedi 26 août 2023.

Girlz With Guitarz. De gauche à droite : Michèle Gauthier (guitare), Tracy Lord (guitare) et Karen Levoir (clavier). Photo : Courtoisie

De la musique «country folk» par les Girlz With Guitarz

Le trio féminin francophone originaire de Plamondon prévoit de divertir l’audience le 31 août. Composé de Tracy Lord (guitare), de sa sœur Karen Levoir (clavier) ainsi que de leur tante, Michèle Gauthier (guitare), il a déjà bien entamé sa saison musicale.

Début juillet, elles étaient à la Fête franco-albertaine, à Nordegg, et à la «Grande fête du patio franco-canadien», une scène spéciale au festival K-Days, à Edmonton, qui a mis en vedette bien des groupes musicaux d’expression française de l’Alberta. 

Maintenant, les trois chanteuses reprennent la route pour faire une deuxième sortie à Plamondon, là où elles vivent. Elles ont hâte de revenir en terrain familier et accueillant pour jouer leur répertoire si varié. Le groupe reprend un bon nombre de tubes célèbres, mais aussi plusieurs de leurs propres créations. «Trente pour cent sont nos propres chansons», indique Karen. Parmi les reprises, on retrouve celles de Joe Dassin, icône française de la musique populaire, et de 1755, ce groupe légendaire de la musique acadienne depuis plus de quarante ans.

Les membres de Girls With Guitarz aiment faire vivre leur langue maternelle au sein d’une communauté anglo-dominante. Karen affirme que «la grande majorité [du répertoire] est en français», même si certaines de leurs chansons sont en anglais.

Si leur musique se caractérise par ce qu’elles appellent le country folk, un style qui résonne avec leurs racines rurales, elles assaisonnent parfois leurs chansons d’une touche de rock classique. «On joue toutes les tambours en même temps», ajoute-t-elle. Elles intègrent aussi d’autres instruments, comme la mandoline et le violon, ce qui accorde une variété sonore bien particulière à leurs nombreuses œuvres.

Les Séries Patio de La Cité francophone ne sera pas le seul arrêt de Girls With Guitarz pendant leur visite à Edmonton à la fin août. Elles joueront également pour des aînés, à Beaumont, quelques jours auparavant.

En plus des Séries Patio, il y aura d’autres concerts en français à La Cité francophone pendant le mois d’août, organisés en collaboration avec le festival de théâtre Fringe, qui a lieu chaque année dans la capitale albertaine.