le Mardi 16 avril 2024
le Vendredi 7 avril 2023 5:56 Calgary

Le Centre d’appui familial optimise son espace et son accessibilité en déménageant

Le Centre d’appui familial optimise son espace et son accessibilité en déménageant
00:00 00:00

Quinze ans après avoir élu domicile à la Cité des Rocheuses, le Centre d’appui familial (CDAF) quitte le bercail à la fin de mars 2023 pour s’installer dans le quartier de Sunalta, à Calgary. Si ce déménagement est avant tout motivé par un besoin évident d’espace, l’organisme ne cache pas qu’il cherche aussi à se rapprocher physiquement de sa clientèle familiale.

IJL – RÉSEAU.PRESSE – LE FRANCO

«Je me suis toujours demandé comment on faisait pour travailler dans un espace aussi restreint», s’exclame Mouna Gasmi. À son arrivée à la direction générale du CDAF en 2020, la gestionnaire s’était donné pour mission de trouver des locaux mieux adaptés aux besoins grandissants de l’organisme. La salle d’activités dédiée aux familles, ainsi que les bureaux administratifs étaient devenus trop exigus, raconte-t-elle. 

«Ça paraissait moins pendant la pandémie de COVID parce qu’on donnait plusieurs de nos services en ligne. Mais avec le déconfinement et le retour en présentiel, c’est devenu encore plus clair qu’on manquait d’espace», précise la directrice générale. Rappelons que les besoins du CDAF ont évolué à la vitesse grand V* depuis son ouverture en 2007. À l’époque, ce dernier offrait «seulement» des services aux parents de Calgary qui avaient des enfants âgés de 0 à 6 ans. 

Au cours des dernières années, l’organisme a cependant élargi sa mission pour appuyer, dans leur développement et leur bien-être, «tous les membres de la famille», que ce soit les parents, les enfants ou même les aînés, raconte Mouna. Sans compter que le territoire couvert a été étendu au sud de la province, une région qui va de Calgary jusqu’à la frontière des États-Unis. 

Une nouvelle adresse plus centrale 

Les nouveaux bureaux, situés au 1921 10e avenue SO, offriront aux familles un espace «ouvert, lumineux et spacieux» sur près de 335 m2 (3600 pi2). Il s’agit «au moins du double» de la superficie qu’occupait le CDAF à la Cité des Rocheuses. «On a trouvé notre pépite», se réjouit Mouna, en espérant que le Centre pourra être opérationnel au début d’avril. Elle précise que la question de l’accessibilité a aussi joué un rôle déterminant dans le choix de cette localisation. 

Le CDAF cherchait ouvertement à se rapprocher du centre-ville de Calgary afin d’accommoder plus efficacement les familles qui habitent dans les régions éloignées au nord-est et au nord-ouest de la ville puisque ces deux régions ne sont pas forcément bien desservies par le C-Train. «Pour les familles qui n’ont pas accès à une voiture, ça pouvait prendre jusqu’à trois heures pour faire l’aller-retour jusqu’à nos [anciens] locaux en raison des longs délais avec les bus», estime la directrice générale.

La famille Najahi, arrivée de Tunisie en août 2022, en a fait l’expérience quelques fois au cours des derniers mois. Pour profiter des services offerts par le CDAF, Ramzi, sa femme et leurs deux enfants de 8 et 9 ans devaient prendre «trois bus au total». Un «aller simple» pouvait s’éterniser, parfois jusqu’à une heure quarante-cinq minutes passées dans les transports. «Et avec des jeunes enfants dans la grosse chaleur ou dans le froid, l’attente pour les bus est encore plus longue», témoigne Ramzi. 

«Je n’aurai plus à inventer des excuses à mes enfants, on va enfin pouvoir se déplacer [pour participer] à leurs activités préférées.»Ramzi Najahi. 

La nouvelle localisation du Centre d’appui familial devrait réduire ce temps de déplacement «au moins de moitié», estime le père de famille. La famille Najahi aura encore à prendre un autobus jusqu’au centre-ville, mais elle pourra ensuite se déplacer rapidement jusqu’à Sunalta en utilisant le train. À l’approche de l’été, Ramzi se sent soulagé de pouvoir profiter pleinement des activités offertes par CDAF. «Je n’aurai plus à inventer des excuses à mes enfants, on va enfin pouvoir se déplacer [pour participer] à leurs activités préférées», conclut-il.

Rama et Youssef Najahi, les enfants de Ramzi, espèrent profiter des activités de CDAF de manière plus assidue, maintenant qu’ils se sont rapprochés du centre-ville. Photo : Courtoisie

La Cité des Rocheuses réagit

Le directeur adjoint de la Cité des Rocheuses, Arnaud Favier, se dit, lui, exaspéré par les commentaires qui laissent entendre que son centre culturel, situé dans le quartier de Lincoln Park, est «mal placé». «Pour moi, ce n’est pas un argument recevable. C’est vraiment exagéré», lâche-t-il. Le directeur adjoint donne en exemple l’Université Mount Royal (MRU) qui se trouve «à proximité» et qu’on «n’accuse jamais d’être trop éloignée». 

Or, notons que des pourparlers ont eu lieu en 2015 entre des représentants de la ville de Calgary et du MRU pour lier celle-ci au reste du réseau de train justement dans le but d’accroître son accessibilité. Un projet coûteux qui n’a jamais vu le jour. Depuis, la fréquence des autobus a été augmentée lors des heures de pointe pour pallier cet enjeu.

Évasif quant au départ du CDAF, Arnaud Favier dit toutefois souhaiter à l’organisme «le meilleur» en vue de «[sa] prochaine étape de croissance». Il précise que l’espace qui était occupé par l’organisme sera repris par la garderie Pommes de Reinette Daycare qui, elle aussi, continue à se développer. «C’est très positif», affirme-t-il. 

Les deux collaborateurs tiennent d’ailleurs à préciser que le partenariat entre leurs organismes se poursuivra malgré le déménagement imminent du CDAF. «Rien ne va changer», affirme Mouna. «La Cité, c’est là où nos rêves ont été plantés. On lui gardera une place bien spéciale dans nos cœurs.»

+++++++++

Contactée par téléphone le 5 avril dernier, la directrice générale, Mouna Gasmi, est optimiste quant à l’ouverture prochaine du centre. Toute l’équipe travaille fort pour mettre le lieu à disposition de sa clientèle dans les prochaines semaines.

++++++++

Glossaire – *Vitesse grand V : À une très grande allure