le Samedi 18 mai 2024
le Vendredi 3 mai 2024 11:36 Éducation

30 ans d’éducation francophone

Sylvianne Maisonneuve, présidente de la Fédération des conseils scolaires francophones de l’Alberta (FCSFA). Photo : Nozomi Kamei
Sylvianne Maisonneuve, présidente de la Fédération des conseils scolaires francophones de l’Alberta (FCSFA). Photo : Nozomi Kamei
Le samedi 20 avril 2024 s’est tenue la soirée de célébration et de retrouvailles du 30e anniversaire de la gestion scolaire francophone en Alberta. L’atmosphère était à la fête lorsque 176 invités de partout en province se sont rassemblés pour célébrer ce jalon important de l’éducation francophone.
30 ans d’éducation francophone
00:00 00:00

Parmi les nombreuses personnes présentes se trouvaient des acteurs des premières heures dans la lutte pour l’éducation francophone, d’autres qui se sont impliqués dès le début dans la gestion scolaire et, finalement, ceux qui ont pris la relève et qui poursuivent le travail. 

Pourquoi se sont-ils rassemblés pour fêter ce 30e anniversaire? 

L’obtention de la gestion scolaire francophone a marqué un tournant essentiel pour l’épanouissement de nos communautés francophones. Avant 1994, les parents voulant offrir une éducation en français à leurs enfants devaient constamment revendiquer auprès des conseils anglophones. 

En 1983, des parents ont même ouvert une école privée, l’École Bugnet, afin que leurs enfants puissent recevoir une éducation en français. Cette école ne vivra qu’un an faute de fonds. Trois parents de cette école, Jean-Claude Mahé, Angéline Martel et Paul Dubé, se sont alors tournés vers les cours de justice afin de faire respecter leurs droits acquis lors de l’adoption de la Charte canadienne des droits et libertés en 1982. 

Ce n’est qu’en mars 1990 que ces parents auront gain de cause à la Cour suprême du Canada dans ce qui a été nommé la cause Mahé. Ce jugement historique a mené en mars 1994 à la mise sur pied de trois conseils scolaires francophones en Alberta, ainsi que quatre conseils de coordination. Lors de cette soirée du 20 avril, les participants ont pu exprimer leur reconnaissance à Paul Dubé qui était présent.

Entre 1984 et 1994, quatorze écoles avaient ouvert leurs portes sous l’égide de conseils anglophones et un peu plus de 2 000 élèves les fréquentaient. En 2024, l’Alberta compte quatre conseils scolaires francophones qui gèrent 43 écoles fréquentées par plus de 9 500 élèves. 

Ils sont venus nombreux fêter les 30 ans de gestion scolaire francophone. Photo : Nozomi Kamei

Des moments forts

Les discours de la soirée ont mis en lumière l’importance de la gestion scolaire francophone. Sylvianne Maisonneuve, présidente de la Fédération des conseils scolaires francophones de l’Alberta (FCSFA), a souligné, dans un discours empreint d’émotions, l’impact de son passage à l’école francophone sur le développement de sa langue, de sa fierté et de son identité francophone. 

Elle a été rejointe sur scène par ses collègues des autres conseils francophones pour encourager le public présent à se procurer un «flambeau», statuette visant à stimuler l’engagement dans la gestion scolaire francophone. 

Tout au long de la soirée, accompagné par les artistes et animateurs, Renelle Roy et Roger Dallaire, le public a pu passer en revue certains moments de la lutte vers l’obtention de la gestion scolaire francophone et les premières années de fonctionnement des écoles et de leurs conseils scolaires. Des moments émouvants qui ont permis à l’audience d’apprécier le chemin parcouru. Des vidéos mettant en scène les jeunes élèves des conseils scolaires francophones ont été aussi présentées lors de cette inoubliable soirée.

Tous s’entendent pour dire que le futur de l’éducation francophone en Alberta est prometteur et chaque participant à cette célébration a hâte de participer aux prochaines retrouvailles!

GlossaireEmpreint : Qui est marqué, qui contient