le Mardi 16 avril 2024
le Mercredi 5 juillet 2023 10:01 Opinions

Le gouvernement canadien protègera-t-il ses médias canadiens en réaction à la décision de Meta?

Simon Forgues, directeur des communications à l’Alliance des radios communautaires (ARC) du Canada, indique que si une entente est conclue entre Meta et le gouvernement canadien, l’enveloppe négociée ne bénéficiera pas aux médias communautaires. Photo : smorazanm - Pixabay
Simon Forgues, directeur des communications à l’Alliance des radios communautaires (ARC) du Canada, indique que si une entente est conclue entre Meta et le gouvernement canadien, l’enveloppe négociée ne bénéficiera pas aux médias communautaires. Photo : smorazanm - Pixabay
Dans une publication datant du 1er juin et mise à jour le 22 juin, Meta a annoncé qu’elle allait couper l’accès aux nouvelles des médias canadiens sur ses plateformes numériques Facebook et Instagram en réaction à l’adoption de la Loi C-18, qui vise à forcer la main des géants du web afin qu’ils indemnisent les médias canadiens d’information lorsque leurs articles y sont partagés.
Le gouvernement canadien protègera-t-il ses médias canadiens en réaction à la décision de Meta?
00:00 00:00

Simon Forgues, directeur des communications à l’Alliance des radios communautaires du Canada

Faut-il s’en étonner? Pas vraiment. C’est une tactique que l’entreprise de Mark Zuckerberg avait déjà empruntée en Australie en 2022, mais qui, au final, s’était soldée par la négociation d’une entente avec l’État.

Bref, il y a fort à parier, sans mettre une date sur la résolution de ce conflit, que le Canada et l’entreprise américaine réussiront sans doute à s’entendre, et ce, plus tôt que tard, afin que les Canadiens continuent de consulter leurs nouvelles sur Facebook.

Cela dit, il ne faut pas croire que tous les médias récolteront une partie du pactole dans cette entente négociée avec Meta, et bien sûr ensuite avec Google.

Soyons lucides. Ce sont essentiellement les gros médias canadiens comme The Globe and Mail, La Presse, ou même le diffuseur public CBC/Radio-Canada qui arracheront une partie de l’enveloppe négociée.

Les plus petits joueurs, eux, déjà étranglés par les géants de l’internet qui vampirisent l’assiette publicitaire à hauteur d’environ 80 % depuis des années, devront pour leur part se contenter de… Euh! Probablement rien.

Il faut en effet être lucide. Que recevraient de toute façon comme rétribution trimestrielle, votre journal local ou encore votre radio communautaire, pour le partage d’une poignée de leurs articles dans Facebook ou affichés dans Google Actualités? À peine quelques dollars, sans doute.

Un problème en partie alimenté par nos gouvernements

Je ne voudrais pas avoir l’air de lancer de roches à quiconque.

Mais, force est d’admettre que le problème des médias qui crèvent de faim en raison de la chute de leurs revenus publicitaires depuis des années est en partie alimenté par les gouvernements, et tout particulièrement le fédéral.

En partie du moins. Vous ne me croyez pas?

Pour vous en convaincre, sachez qu’en l’espace d’à peine 5 ans, les dépenses publicitaires du gouvernement du Canada dans les médias sociaux sont passées de 7,7 M$ en 2017-2018 à plus de 21 millions de dollars durant l’exercice 2021-2022. C’est pratiquement trois fois plus.

Et ça, c’est sans compter sur les dépenses faites dans les engins de recherche tels que Google et Bing de Microsoft.

Dans le Rapport annuel 2021-2022 sur les activités de publicité du gouvernement du Canada, on apprenait entre autres choses à la page 12 que le gouvernement du Canada avait dépensé par moins de 11,4 M$ de vos taxes et impôts en 2021-2022 pour des publicités dans les plateformes numériques appartenant à Meta, soit Facebook et Instagram.

C’est plus de la moitié (54 %) de toutes les dépenses publicitaires dans les médias sociaux cette année-là. Juste dans ces deux plateformes qui pénaliseront bientôt vos journaux, vos télés et vos radios.

Ça veut dire qu’en même temps que le gouvernement échafaudait son projet de loi pour contraindre Meta à rétribuer les éditeurs de contenus journalistiques, il continuait d’engraisser Facebook et Instagram pour plus de 11 millions de dollars. Je veux dire, vos dollars.

Ironiquement, pendant l’année 2021-2022, le gouvernement a mis 11,6 M$ en publicité… dans l’ensemble des stations radiophoniques canadiennes.

Songez-y deux secondes.

Le gouvernement a donné 11,4 M$ à une entreprise étrangère (Meta), qui est reconnue comme l’une des plus sournoises en matière d’évasion fiscale, au point où des enquêtes sont ouvertes sur ses malversations à plein d’endroits dans le monde.

Et, pendant ce temps-là, les plus ou moins 1 200 stations de radio titulaires d’une licence du CRTC en 2021-2022, qu’elles soient commerciales ou communautaires, se sont séparées ensemble un montant identique d’à peu près 11 millions.

Une année exceptionnelle, soit dit en passant. Dans la mesure où l’État a investi beaucoup d’argent pour diffuser de l’information sur la COVID-19. De là cette somme rondelette.

À preuve, les dépenses dans les radios en 2017-2018 et en 2018-2019 ne s’étaient élevées respectivement qu’à 391 916 $ (2017-2018) et 799 671 $ (2018-2019).

Ces mêmes années-là, Facebook/Instagram avait reçu 5,6 M$ en 2017-2018 et 5,4 M$ l’année suivante.

Comprenez-vous l’iniquité entre, d’un côté, engraisser une entreprise voyou à coups de millions à chaque année, et, de l’autre côté, appauvrir nos médias d’information?

Si demain matin le gouvernement fédéral (et vos gouvernements provinciaux aussi d’ailleurs) décidait de couper les vivres à Facebook et Instagram en réaction aux menaces de l’entreprise d’interdire l’accès aux nouvelles canadiennes à ses usagers du Canada, sans doute pourrions-nous voir l’ombre d’une solution pour les médias qui se font vampiriser par les géants du web.

Je me demande ce que le gouvernement attend pour envoyer la commande à son agence de placement publicitaire d’interrompre tout achat de publicités dans Instagram et Facebook.

Vous croyez qu’ils le feront? Le temps nous le dira. Ou pas.

Professionnel du domaine des médias électroniques avec plus de 30 ans d’expérience, Simon Forgues est à l’emploi de l’Alliance des radios communautaires du Canada depuis 2007. Diplômé en animation radio et télévision au Collège Radio Télévision de Québec, il possède aussi une attestation d’études en création de podcast du Collège Bart. Impliqué dans de nombreux projets liés à la radiodiffusion, et ce, de l’idéation de contenu jusqu’à la production, il a œuvré dans différentes radios du Québec et de l’Ontario, où il a cumulé également des tâches liées à la coordination musicale et à la programmation.