Coup d’oeil sur le travail d’équipe de l’ACFA

Écrit par : Gabrielle Beaupré

28 octobre 2021

Le Congrès annuel de la francophonie albertaine a pris fin le 16 octobre dernier après trois jours d’échanges inspirants pour la communauté. Sheila Risbud, la présidente de l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA), rend hommage au dévouement des membres du conseil d’administration et du personnel dans les divers dossiers chauds pour l’organisme.

IJL – Franco-Presse – Le Franco 

«On a une équipe du tonnerre», dit Sheila Risbud avec le sourire aux lèvres et le regard illuminé. Ces mots, elle les reprend du vice-président de l’ACFA, Pierre Asselin. Elle explique que peu importe la situation, «tout le monde s’entraide». 

Ainsi, ensemble, le conseil d’administration et le personnel de l’ACFA ont chapeauté divers dossiers phares de la francophonie albertaine. Par exemple, sur les réseaux sociaux, ils ont participé activement à la campagne nationale de sensibilisation sur la modernisation de la Loi sur les langues officielles

Sheila Risbud. «Voir des résultats, ça m’encourage encore plus et ça démontre l’importance de rester engagée.» Crédit : Archives

Puis, lors du recensement 2021 (Statistique Canada), l’équipe a aussi vu ses efforts se concrétiser avec l’ajout de questions linguistiques dans les formulaires long et court. Un travail de sensibilisation qui avait commencé, au niveau national, à la suite du retrait des questions linguistiques en 2016.  

Toutefois, la plus grande fierté de la présidente est «littéralement» d’avoir réussi à donner une visibilité au Campus Saint-Jean sur la scène nationale. «Il a été nommé brièvement au débat des chefs [en français].» 

Elle est aussi très heureuse de l’annonce d’un financement de 121,3 M$ sur trois ans du fédéral pour les établissements postsecondaires francophones situés dans des provinces où le français est en situation minoritaire. «Les francophones hors Québec, on pense que l’on a pas le poids politique, mais c’est le fun de voir qu’on a plus de poids politique que ce que l’on pense et que l’on est capable d’aller chercher des gains», déclare Mme Risbud.  

L’ACFA a terminé son année financière, au 30 juin 2021, avec un excédent de 260 792$. Cette somme sera utilisée principalement comme coussin pour le recours judiciaire pour sauver le Campus Saint-Jean. Elle sera également réinvestie dans la refonte de son site web et dans l’organisation d’une consultation sur la gouvernance de l’ACFA. 

Un mandat clair  

Lors du congrès, les membres et les observateurs ont pu assister à un atelier portant sur la gouvernance de l’ACFA. Selon les participants, celle-ci devrait être révisée dans son ensemble. 

Martin Kreiner, trésorier de l’ACFA de 2019 à 2021, confirme que le conseil d’administration est en santé, mais qu’il a besoin d’être modernisé afin d’assurer une meilleure productivité. 

Martin Kreiner quitte avec regret le conseil d’administration puisqu’il déménage dans une autre province. Crédit : Courtoisie

Quant aux ACFA régionales, elles doivent souvent affronter des crises. Il faut notamment rappeler que l’ACFA régionale d’Edmonton est présentement en pleine reconstruction financière, ayant terminé son année financière avec une dette de 158 518$. Le Secrétariat provincial «a besoin de consultations pour mieux comprendre ses besoins et ceux de ses régionales», évoque-t-il.  

Sheila Risbud affirme que ce travail est l’une de ses priorités pour son prochain mandat, mais rien ne se fera «du jour au lendemain». Des analyses de la gouvernance seront nécessaires. 

Deux administrateurs manquants 

Pour les deux prochaines années, le conseil exécutif de l’ACFA sera composé de la présidente, Sheila Risbud, du vice-président, Pierre Asselin, de la vice-présidente Lesley Doell, du trésorier Adam Brown et de la secrétaire Patriciane Nankouma.

Les administrateurs et administratrices qui appuieront le conseil exécutif sont Mohamed Kammouss, Claudie-Anne Lampron, Anne-Marie Lizaire, Caroline Magnan, Lalia Sheria Mpunga et Ali Rachid. 

Néanmoins, le conseil d’administration n’est pas complet puisqu’il manque deux membres, soit un représentant pour le territoire du Nord-Est et un autre pour le territoire du Nord-Ouest.

La présidente espère que ces deux postes seront pourvus d’ici la première réunion du conseil d’administration qui aura lieu à la fin novembre. Sheila Risbud espère qu’elle se déroulera en personne à La Cité francophone si les conditions sanitaires le permettent. 

Cette rencontre marque le début du mandat des membres du conseil d’administration. Elle est l’occasion de «parler en plus de profondeur sur les dossiers et de discuter de ce que l’on veut avancer comme priorités [pour les deux années à venir]», explique Mme Risbud. 

Quant à ses priorités, la présidente espère qu’une solution de financement à long terme sera trouvée pour le Campus Saint-Jean. Elle veut aussi travailler dans l’optique d’obtenir plus de droits pour les francophones dans la Politique en matière de francophonie du gouvernement de l’Alberta qui doit être révisée l’année prochaine. 

Partager

Lire des articles sur un thème similaire

Articles similaires

La francophonie albertaine vous intéresse?

Nous aussi.

Abonnez-vous gratuitement à notre infolettre pour recevoir chaque deux semaines un concentré de nos meilleures histoires!