Des écrivains en herbe à l’heure du virtuel – Partie 1

Écrit par : Vous

5 juin 2021

Mots-clés : ,

« Quelle aventure! Cette année, plusieurs élèves ont fait partie de l’histoire de notre province et de notre francophonie en participant à l’école en ligne du CFÉD.  Nous avons voulu garder ce précieux souvenir en créant une activité visant à documenter le passage à l’histoire de ce projet.  Les élèves racontent leur vécu à l’école en ligne. »

Hélène Gendron, directrice adjointe du Centre francophone d’éducation à distance (CFÉD)

La journée de Justin

Beep! Beep! Il est 7h du matin. Temps de se lever. Justin sort de son lit et s’habille. Il descend les escaliers et s’assoit à la table a manger.

– Bonjour, Justin. Que veux-tu manger ce matin? demande son père.

– Bonjour, P’pa. J’aimerais des œufs et du pain grillé, s’il te plait.

Cinq minutes plus tard, son père revient avec son petit déjeuner. Justin mange, puis va se brosser les dents et fait son lit. Il descend à nouveau les escaliers, puis va s’asseoir sur le canapé dans le salon, devant son ordinateur. Il regarde l’horloge de l’autre côté de la salle et voit le temps. Il est 8h20, dix minutes avant son premier cours. Justin est en troisième année, et il trouve ses cours en ligne difficiles, des fois. 

Dans le temps avant son cours, Justin réussit à finir deux des cinq choses qu’il doit faire aujourd’hui. Il rentre dans sa classe Zoom, où il voit son enseignante commencer le cours. D’abord, elle fait les présences, puis se lance dans une leçon de mathématiques. Il apprend à propos des fractions, et prends des notes sur son tableau blanc. 

À 9h15, il finit sa première classe. Il fait un autre devoir, puis fait sortir son chien. Ensuite, il commence son deuxième cours, à 10h15. Cette fois, il apprend à propos de la structure des formes en trois dimensions, et construit des petits modèles pour tester la capacité de poids et la force de ces formes. Il finit son cours de sciences à 11h, et fait un autre devoir. 

Ensuite, il mange son déjeuner, et son père lui demande de venir avec lui au supermarché, chercher les courses. Justin se demande pourquoi son père ne fait pas les courses en ligne, comme presque tout le monde maintenant. 

Son père gare la voiture dans le stationnement du supermarché, puis met son masque pour entrer dans l’édifice. Justin fait la même chose. Après avoir cherché les courses, Justin sort faire du vélo, puis fait son dernier devoir. Il se connecte sur Zoom encore à 13h50, écoute son enseignante parler à sa classe à propos de l’Ukraine. Il se déconnecte à 14h30, puis va au sous-sol voir son père. Justin lui demande s’il peut faire des jeux vidéos, puis passe une demi-heure à jouer au Nintendo SwitchTM .

Il s’arrête à 15h15, puis sort jouer au basketball. Il y joue pendant 45 minutes, puis sa mère revient du travail.Elle entre dans la maison, et commence aussitôt à faire le souper. Justin lui demande ce qu’ils vont manger. Elle lui répond distraitement.

– Ce soir, mon chéri, nous allons manger du bon bœuf bourguignon, avec une salade aux tomates et aux œufs. Comment était ta journée à l’école?

– Yum! Ca sent déjà très bon. Ma journée n’était pas mal, il lui répond.

A 5h30 du soir, Justin mange avec sa famille. Le bœuf est très bon, et la salade aussi. Une heure et demie plus tard, Justin brosse ses dents et enfile ses pyjamas. Il lit son livre préféré pendant trente minutes, puis son père le met au lit. Avant qu’il s’endorme, Justin pense : “C’est vraiment différent qu’avant, maintenant.”

Benjamin Morelli (5e année)

Benjamin a choisi le prénom de Justin comme héros imaginaire de son récit.

Photomontage par Sophia Kamel, «La maternelle en ligne, c’est sublime !» Crédit : Courtoisie

Chère Communauté francophone

J’ai passé ces différents mois en compagnie virtuellement de mes amis et de mes enseignants. J’ai aimé la façon dont chaque enseignant avait sa façon de rendre l’éducation en ligne aussi importante qu’amusante. En  deuxième  lieu, j’ai adoré  le fait que le CFED organisait des excursions virtuelles. Et en troisième lieu, ce que j’ai le plus aimé était qu’ils organisaient des rencontres pour que des élèves apprennent à connaître d’autres étudiants de notre niveau scolaire.

Tout d’abord, je parlerais de quelles manières nos enseignants rendent l’éducation en ligne formidable. À l’école en personne, nous avons des ateliers comme la cuisine, la robotique ou encore le dessin, etc. Durant ces quelques mois, j’ai eu l’occasion d’avoir fait partie de quelques ateliers pendant nos pauses. 

Vers le mois de décembre, l’une de nos enseignantes a organisé une réunion de cuisine et un autre enseignant a lui aussi créé une réunion avec des spécialistes de codage. J’ai eu la possibilité d’assister à quelques-unes des réunions et je crois que cela remet de l’ambiance et même nous redonne le sourire. Je crois que cela remet l’éducation en ligne au même niveau que l’école en personne.

En secondement, j’expliquerais pourquoi est-ce que j’ai adoré nos excursions virtuelles. Le Centre francophone d’éducation à distance avait de grandes idées concernant les excursions. Le 24 février, le conseil a organisé une rencontre avec la professeure Valérie Langlois dans son laboratoire à Québec. 

Sincèrement, je crois que même à l’école en personne, nous n’aurions pas pu avoir cette chance. Cette personnalité nous rencontre en ligne, pour nous montrer encore plus sur son travail. On a vu avec quoi et quelles étaient ces différentes machines. Je crois que je peux tout simplement dire que cela a été un honneur davoir appris d’elle tout en restant confortablement chez moi.

Pour finir avec mon dernier point, qui je crois est le plus important, était le fait de rencontrer de nouveaux amis. Le CFED a eu la générosité de nous avoir donné (nous, les élèves) une occasion de parler et communiquer à d’autres étudiants. Ils ont créé ces différents rendez-vous qui se passent tous les jeudis à 13 h – 14 h 30. Nous pouvons rencontrer de nouvelles personnes, mais aussi communiquer avec nos  anciens  potes. J’ai l’occasion d’y aller chaque jeudi et je crois que c’est une excellente idée.

Le CFED est devenu ma nouvelle famille en quelque sorte et je me sens très très bien depuis les premiers jours. C’est une façon d’apprendre en s’amusant et en collaborant avec nos pairs et enseignants. Et je le fais toujours chez moi en sécurité.

Merci.

Tchouwa Edna Kouadou (7e année)

Photomontage par Kiani Shrivastava (1ère année), «J’aime l’école en ligne». Crédit : Courtoisie

Trois écoles: Un choix

Cette année j’ai fait l’expérience de trois écoles différentes dans trois milieux différents. En septembre, j’ai commencé l’école en personne, mais avec la Covid, ce n’était pas le bon environnement pour moi.

Alors, en novembre ma mère a décidé de m’enseigner à la maison. Cela n’était pas très pratique, car ma mère devait travailler. Elle m’a donc inscrite à l’école en ligne pour le mois de février!

Lucia Lacroix, très heureuse de participer à ses cours en ligne. Crédit : Courtoisie

La veille du premier jour, un de mes enseignants m’a rencontré sur Zoom. Il m’a tout expliqué ce que je devais savoir pour les cours, et il s’est assuré que j’avais tout pour débuter mes cours du bon pied. Même si l’enseignement n’était pas en personne, je me sentais connecté et à l’aise.

Mon premier jour a été merveilleux : mes trois enseignants étaient gentils, ils s’assuraient que je comprenais bien et m’encourageaient. Je me sentais bien et pas laissé de côté. Mes enseignants du CFED s’assuraient que leurs élèves ont tous compris leurs leçons avant de continuer, ce qui m’a beaucoup aidé à apprendre.

Mon horaire a bien changé. Je n’ai plus besoin de prendre l’autobus tous les jours. J’ai le temps de promener mon chien. Je peux aussi voir ma famille plus souvent, car à l’école en ligne, on nous donne des pauses pour compléter nos travaux. Et si tu as tout fini, la pause te permet vraiment de te détendre. Les pauses m’ont donné de bonnes habitudes de travail.

L’école en ligne, c’est un bon choix pour mon apprentissage et pour ma santé mentale.

Photomontage par Ariel Niamke Gnui (1ère année), «Avec l’école en ligne on apprend aussi !» Crédit : Courtoisie

Partager