le Samedi 13 juillet 2024
le Lundi 1 juillet 2024 13:45 Chronique «jardinage»

Jardiner, c’est collaborer avec les pollinisateurs

Les abeilles profitent bien de la période de floraison du lilas. Photo : Justine Dubrûle
Les abeilles profitent bien de la période de floraison du lilas. Photo : Justine Dubrûle
L’Alberta produit près de 40% du miel au pays, ce qui correspond au plus haut pourcentage de miel produit dans une seule province canadienne. Nous vivons bel et bien dans le pays des abeilles mellifères et la région de Rivière-la-Paix ne fait pas une exception. L’apiculture caractérise le paysage culturel et économique de la région, mais il ne faut pas oublier que la liste de défis propres à l’industrie ne fait que s’agrandir.
Jardiner, c’est collaborer avec les pollinisateurs
00:00 00:00

Je vous propose donc de plonger dans le monde du nectar et du pollen afin de faire notre possible, nous qui sommes jardiniers, pour sauver nos amis, les pollinisateurs. 

L’avenir des abeilles s’avère de plus en plus précaire. Si l’hiver ne les menace pas déjà, leur survie est encore plus fragilisée par de petites pestes et les maladies qui s’infiltrent dans les colonies. 

Les apiculteurs doivent apprendre à gérer toutes ces composantes afin d’assurer la force et la santé de leurs colonies. Cependant, ils ne sont pas seuls dans la lutte pour la survie des abeilles. 

Des fleurs pour les pollinisateurs

Nous qui avons des potagers et des jardins pouvons contribuer à cette lutte en concevant nos jardins en fonction des pollinisateurs, c’est-à-dire en choisissant des légumes et des fruits, des arbres et des buissons qui fleurissent en alternance durant l’été ou encore toute la saison. 

Je vous propose d’adopter cette perspective afin que les pollinisateurs ne se retrouvent pas dans un désert floral. Comme le nom l’indique, un désert floral est un endroit où il n’y a aucune fleur. 

Ainsi, après la période de floraison du colza, qui occupe des milliers d’hectares albertains, il y a beaucoup moins de sources de nectar et de pollen pour les pollinisateurs. À ce moment-là, il est important de leur procurer d’autres sources de nourriture dans le monde naturel afin qu’ils puissent continuer à prospérer pendant le restant de l’été. 

Je vous suggère aussi de ne pas arroser votre gazon avec des herbicides. Les abeilles mellifères adorent les pissenlits et c’est une source très importante de nourriture pour elles, surtout à un moment de l’année où peu d’autres fleurs sont encore sorties. 

Laissez-les faire leur temps. C’est une habitude qui demande un peu de patience, mais elle en vaut la peine pour nos abeilles.

Assurer la santé des ruches n’est pas une tâche facile. Photo : Justine Dubrûle

Légumes, fruits et fleurs 

Les pollinisateurs jouent un rôle important dans le cycle de production de nourriture. Sans eux, nos fruits et légumes seraient plus petits, déformés, et certains n’existeraient simplement plus. 

Alors que nous avons besoin d’eux, une très bonne façon de les aider à survivre et à continuer d’effectuer leur rôle dans la chaine alimentaire est de leur donner une multitude de fleurs. 

Les fruits de la famille des cucurbitacées (ex. : courgettes, citrouilles, concombres) ont notamment besoin d’être pollinisés afin de produire un fruit. Leur pollen est trop lourd pour qu’il voyage par le vent de la fleur mâle à la fleur femelle. C’est donc aux abeilles de transporter le pollen d’une fleur à une autre. 

Les fruits de la famille des solanacées (ex. : tomates, aubergines, poivrons) n’ont généralement pas besoin d’être pollinisés, mais produiront de plus gros fruits s’ils le sont. Dans leur cas, ce sont les bourdons qui ont la capacité de secouer leurs fleurs et de propager le pollen. 

Finalement, les légumes racines (ex. : carottes, oignons, betteraves), eux, n’ont pas besoin d’être pollinisés . 

Ainsi, dans votre potager, je vous conseille d’atteindre un équilibre entre les fruits et les légumes qui ont besoin d’être pollinisés et ceux qui n’ont pas besoin de l’être. Ou vous pouvez simplement faire l’effort de semer quelques plantes de la famille des cucurbitacées afin de donner quelques fleurs à nos pollinisateurs tout le long de la saison.

Nord-Ouest FM est la radio communautaire de la grande région de Rivière-la-Paix. Sa mission est d’être la voie et le reflet des gens de ce vaste coin du pays. Cherchant à faire parler sa communauté, Nord-Ouest FM célèbre toutes les formes de la langue française et ouvre ses portes à tous les accents. La collaboration lui tient à cœur, non seulement avec les gens de sa région, mais aussi avec les entreprises locales et, bien sûr, les organismes francophones de partout en Alberta.

Pour vos jardins, je vous conseille de planter les fleurs suivantes : le lupin, l’échinacée, le phlox paniculé, la monarde et le népéta. Les abeilles adorent ces vivaces. Ou pourquoi pas du lilas, des rosiers sauvages et même des pommiers, si votre climat le permet. 

Puis, si vous êtes à la recherche de fleurs annuelles, envisagez de planter des tournesols, de la verveine, du lantanier ou des dahlias. 

Un changement de perspective ne veut pas nécessairement dire que vous devez tout recommencer à zéro. Il s’agit simplement de considérer l’impact de nos choix sur les pollinisateurs. Si vous jardinez déjà, je vous assure que vous êtes sur la bonne piste. 

Inconsciemment, vous avez sans doute déjà sélectionné des variétés de plantes qui fleurissent toute la saison.

Justine Dubrûle est chroniqueuse à Nord-Ouest FM. Elle détient un baccalauréat en anglais de l’Université de Lethbridge et une maîtrise en études françaises de l’Université de Waterloo. Après plusieurs emplois d’été à la radio communautaire, elle s’est décidée à y revenir afin d’explorer plus en profondeur ses capacités rédactionnelles dans le but, un jour, d’aborder les thèmes du retour, du paysage, de la néo-régionalité et de l’identité francophone en tant qu’auteure. 

Glossaire – Vivace : plante qui vit plus de deux ans