le Vendredi 17 mai 2024
le Dimanche 30 avril 2023 11:56 Environnement PR

Des jeunes souhaitent sensibiliser les Nunavummiut aux changements climatiques

Des jeunes souhaitent sensibiliser les Nunavummiut aux changements climatiques
00:00 00:00

Dirigé par des jeunes de 16 à 35 ans, un comité consultatif travaille à faire une différence face au changement climatique au Nunavut. Ayant débuté officiellement ses activités en 2022, cette organisation souhaite recruter de nouveaux membres pour élargir la portée de ses actions. 

IJL – Réseau.Presse – Le Nunavoix

Afin de mener des activités à travers le territoire, le comité consultatif sur le réchauffement climatique est à la recherche de jeunes Nunavummiut qui viennent de différentes régions du Nunavut et qui présentent divers profils au niveau de leur expérience.

Les personnes qui se joindront à ce comité bénévole recevront une formation gratuite.  

Le groupe, qui se rencontre toutes les deux semaines, mène des projets et propose des activités en lien avec l’impact de nos gestes sur l’environnement. Ces activités sont destinées aux milieux scolaires, mais aussi au grand public.

Sensibiliser le plus de gens possible 

«En mettant des activités ludiques, en faisant des concours, ça amène à ce qu’il y ait plus de personnes qui soient sensibilisées et qui s’intéressent au sujet.» Charlotte Lapôtre.

L’objectif du comité de travail est de sensibiliser la population au réchauffement climatique et de les informer sur les différentes actions à poser pour minimiser leur impact sur l’environnement. 

Récemment, le comité a réalisé une première rencontre dans un milieu scolaire. L’école, qui était déjà sensibilisée à l’environnement, avait un «groupe vert» et réalisait un certain nombre d’activités.

«En mettant des activités ludiques, en faisant des concours, ça amène à ce qu’il y ait plus de personnes qui soient sensibilisées et qui s’intéressent au sujet», indique Charlotte Lapôtre, membre du comité de travail.   

Le comité consultatif sur le réchauffement climatique est à la recherche de nouveaux membres pour élargir la portée de ses actions. Photo : Courtoisie

En agrandissant le comité consultatif, l’objectif est de réaliser davantage d’interventions, et ce, dans des écoles à travers tout le territoire. Pour le moment, le comité est composé de quatre membres, Charlotte Lapôtre, Jennifer Kilabuk, Siku Rojas et Ais Omilgoetok.

Avec des membres parlant en inuktitut, en anglais et en français, tous les milieux sont ciblés. 

Le comité s’affairera aussi à adapter son contenu aux différents niveaux d’âge, mais concentre pour l’instant ses activités aux adolescents.    

Trois fois par an, le groupe se rencontre en personne pendant deux jours. La coordonnatrice du comité consultatif, Sarah Holzman, tente alors de trouver un ou une ainé.e qui peut partager et témoigner des changements qu’il ou elle a observés au fil des années en lien avec le climat.

«Ils vont nous parler par exemple, de leurs habitudes de pêche, de chasse, qu’est-ce qu’ils constatent comme changement aussi au niveau de la nourriture, au niveau de la conservation de la viande, des plantes; pour un peu plus cerner aussi la thématique et voir à travers eux quels sont les véritables changements», explique Charlotte Lapôtre.

Des sorties dans la toundra et des formations avec des scientifiques présentant leur projet de recherche font aussi partie des activités du comité consultatif. 

Les membres peuvent également soumettre leurs idées concernant des formations qu’ils souhaitent recevoir. Par exemple, une formation au sujet du compostage* intéresse présentement le groupe. 

Donner la parole aux jeunes

«Dans certains cas, j’ai l’impression que, quand ce sont les jeunes qui parlent, ils sont peut-être plus écoutés.» Charlotte Lapôtre. 

Charlotte Lapôtre estime qu’il est important de donner la parole aux jeunes concernant le réchauffement climatique. 

«Dans certains cas, j’ai l’impression que, quand ce sont les jeunes qui parlent, ils sont peut-être plus écoutés», déclare-t-elle.

Alors que le phénomène du changement climatique est connu et discuté depuis un bon moment déjà, elle estime que la génération incluant les 16 à 35 ans se sent de plus en plus concernée par ces changements. 

«C’est surtout aussi que c’est la génération future, donc c’est important d’avoir l’avis de ces personnes-là et de voir aussi qu’est-ce que l’on peut changer pour améliorer les choses pour l’avenir», conclut-elle.

Les membres du comité consultatif sur le réchauffement climatique ont d’ailleurs rencontré le ministre fédéral de l’Environnement et du Changement climatique Steven Guilbeault lors de son passage à Iqaluit il y a quelques semaines.

Glossaire – Compostage : Mise en fermentation de certains déchets agricoles ou urbains, de façon à récupérer des éléments riches en minéraux et matière organique.